L’envoyé de l’ONU demande à Ramallah de reprendre la coopération sécuritaire
Rechercher

L’envoyé de l’ONU demande à Ramallah de reprendre la coopération sécuritaire

Nickolay Mladenov a également appelé l’État juif à "faciliter les déplacements des employés palestiniens ainsi que l'entrée des marchandises" en Israël, en Cisjordanie et à Gaza

L'envoyé spécial des Nations unies pour le Moyen-Orient, Nickolay Mladenov, s'exprime lors d'une conférence de presse à Jérusalem, le 25 juin 2020. (Menahem KAHANA / AFP)
L'envoyé spécial des Nations unies pour le Moyen-Orient, Nickolay Mladenov, s'exprime lors d'une conférence de presse à Jérusalem, le 25 juin 2020. (Menahem KAHANA / AFP)

Lors d’une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies, le Coordinateur spécial de l’ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient Nickolay Mladenov a appelé, lundi, l’Autorité palestinienne (AP) à reprendre la coopération sécuritaire avec Israël.

Ramallah y avait mis un terme au mois de mai pour protester contre les projets d’annexion israéliens en Cisjordanie. Ces derniers ont depuis été suspendus, mais la coordination n’a toujours pas recommencé.

Dans le cadre de la fin de la coordination avec l’État juif, l’AP a refusé d’accepter les revenus fiscaux collectés en son nom par Jérusalem. Ces revenus constituent une part importante du budget palestinien.

« J’appelle les dirigeants palestiniens à reprendre la coordination avec Israël et à accepter les recettes fiscales – un argent qui appartient aux Palestiniens et qui ne peut pas être remplacé par le financement de donateurs », a-t-il ajouté.

Le refus de Ramallah d’accepter ces recettes a entraîné des retards de paiement des salaires – ou leur baisse – dans toute la Cisjordanie et a nuit gravement à l’économie palestinienne dans un contexte de crise sanitaire, au pic de l’épidémie de coronavirus.

« La viabilité de l’Autorité palestinienne est sévèrement sapée par une crise fiscale et économique qui a été exacerbée par la décision palestinienne de cesser la coordination civile et sécuritaire avec Israël », a expliqué l’envoyé onusien.

Il a également appelé l’État juif à « faciliter les déplacements des employés palestiniens ainsi que l’entrée des produits et des marchandises en Israël, en Cisjordanie occupée et dans la bande de Gaza ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...