Rechercher

L’envoyé de Trump sera en Israël pour évoquer le plan de paix et Gaza

Selon la Maison Blanche, le voyage de Jason Greenblatt entre dans le cadre de "l'attachement à l'engagement productif" de l'administration Trump

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

Jason Greenblatt, représentant spécial pour les négociations internationales du président américain Donald Trump, s'adresse au déjeuner de printemps de l'American Jewish Committee's Women's Leadership Board à New York le 24 avril 2018. (Crédit : autorisation / Ellen Dubin Photographie)
Jason Greenblatt, représentant spécial pour les négociations internationales du président américain Donald Trump, s'adresse au déjeuner de printemps de l'American Jewish Committee's Women's Leadership Board à New York le 24 avril 2018. (Crédit : autorisation / Ellen Dubin Photographie)

WASHINGTON — L’envoyé de l’administration Trump pour le processus de paix israélo-palestinien viendra en Israël la semaine prochaine, pour rencontrer des responsables, alors que la Maison Blanche se prépare à divulguer son plan de paix et tente d’apaiser la situation à la frontière avec Gaza.

« Je peux confirmer que le représentant spécial Jason Greenblatt se rendra en Israël la semaine qui vient », a indiqué un responsable de la Maison Blanche jeudi au Times of Israel. « Ce déplacement reflète l’attachement de l’administration à l’engagement productif, ainsi que la valeur qu’elle accorde à la compréhension de la situation sur le terrain, en particulier dans le contexte des récentes tensions ».

L’agenda de Greenblatt reste encore indéterminé. Il devrait néanmoins probablement rencontrer le Premier ministre Benjamin Netanyahu, mais pas le président de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas.

Les relations entre Washington et les Palestiniens sont dans l’impasse depuis la reconnaissance par le président américain Donald Trump de Jérusalem en tant que capitale d’Israël, et le transfert de l’ambassade des Etats-Unis dans la ville.

Le Président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas s’adresse à l’Assemblée générale des Nations Unies à sa 73e session, au siège de l’ONU, le jeudi 27 septembre 2018 (Crédit : AP Photo/Craig Ruttle)

Abbas et les autres responsables de l’AP ont depuis refusé de s’entretenir avec l’administration Trump, notamment avec le vice-président Mike Pence lorsqu’il est venu dans la région récemment.

Le responsable de la Maison Blanche n’a pas précisé si Greenblatt prévoyait de rencontrer d’autres représentants palestiniens pendant son voyage. Selon le site d’information Axios, des officiels israéliens auraient expliqué que l’ancien avocat de la Trump Organization rencontrera Netanyahu et d’autres hauts responsables israéliens.

Le site d’information a également fait savoir que les Israéliens prévoyaient de discuter non seulement du plan de paix de l’équipe de Trump mais également des violences récentes dans la bande de Gaza, et notamment des tentatives des Nations unies et de l’Egypte de stabiliser les relations entre Israël et le Hamas.

Trump a expliqué, le mois dernier, qu’il espérait dévoiler sa proposition de paix israélo-palestinienne avant le mois de janvier. Il a également indiqué – pour la première fois depuis son arrivée dans le bureau ovale – qu’il favorisait une solution à deux Etats au conflit.

Le président américain Donald Trump (à droite) et le Premier ministre Benjamin Netanyahu se réunissent à l’Assemblée générale des Nations Unies le 26 septembre 2018 au siège de l’ONU (Crédit : AP Photo/Evan Vucci).

« J’aime la solution à deux Etats », a-t-il dit aux journalistes alors qu’il se trouvait aux côtés de Netanyahu, lors de l’Assemblée générale de l’ONU à New York. « C’est ce qui fonctionne le mieux, selon moi. Je n’ai même pas à en parler avec qui que ce soit, c’est de l’ordre du sentiment ».

Il a fait machine arrière quelques heures plus tard, disant qu’il souscrirait avec toute solution proposée au conflit vieux de plusieurs décennies si les deux parties y souscrivaient.

« Au bout du compte : si les Israéliens et les Palestiniens ne veulent qu’un Etat, c’est OK pour moi », a-t-il dit. « S’ils veulent deux Etats, c’est OK pour moi. Je suis heureux s’ils sont heureux ».

Les membres de l’équipe du président chargés de négocier un accord – le gendre de Trump, Jared Kushner, et Greenblatt — ont indiqué œuvrer sur la finalisation de la proposition mais n’ont pas dit lorsqu’ils avaient exactement l’intention de rendre public son contenu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...