Les Arabes « ont 22 autres pays », dit Netanyahu, défendant la loi de l’Etat juif
Rechercher

Les Arabes « ont 22 autres pays », dit Netanyahu, défendant la loi de l’Etat juif

Le Premier ministre a écarté les critiques sur la loi controversée et affirmé que les droits individuels sont déjà ancrés dans les législations pré-existantes

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le Premier ministre Bejamin Netanyahu lors de la signature d'un accord portant sur la construction de nouveaux appartements à Jérusalem, le 11 mars 2019 (Crédit : Aharon Krohn/Flash90)
Le Premier ministre Bejamin Netanyahu lors de la signature d'un accord portant sur la construction de nouveaux appartements à Jérusalem, le 11 mars 2019 (Crédit : Aharon Krohn/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a semblé suggérer lundi que les citoyens arabes israéliens étaient davantage affiliés aux autres Etats arabes de la région qu’à Israël, répondant à une controverse suscitée par des propos qu’il avait tenus la veille et où il avait affirmé qu’Israël était un Etat juif et non un pays appartenant vraiment à tous ses citoyens.

Netanyahu a été rapidement et âprement critiqué, accusé d’utiliser une rhétorique anti-arabe dans le cadre de sa campagne électorale. Il a répondu dimanche à une plainte émise par la mannequin Rotem Sela à ce sujet en disant que la loi sur l’Etat-nation adoptée l’année dernière ancrait Israël comme « Etat-nation du peuple juif seulement ».

« Les citoyens arabes ont 22 états-nations autour d’eux et un 23e ne leur est pas nécessaire. Nous définissons Israël comme étant un état juif et démocratique, l’Etat-nation du peuple juif avec l’égalité des droits garantie à tous », a-t-il dit sur Likud TV, la chaîne de son parti, interrogé sur l’impact de la législation controversée sur les citoyens arabes israéliens et druzes d’Israël.

Netanyahu a expliqué lundi que le texte de loi « n’est pas relatif aux droits de l’individu parce que l’égalité des droits est garantie pour tous. La loi fondamentale ne traite que des questions fondamentales des droits du peuple juif, du drapeau bleu et blanc, de la Hatikva [hymne national] et ainsi de suite ».

L’affirmation qu’il existe 22 autres états arabes est souvent utilisée par les Israéliens de droite comme argument contre un Etat palestinien mais il n’est généralement pas exploité contre les citoyens arabes du pays qui forment presque un quart de la population.

La discussion sur la Loi fondamentale : Israël – l’Etat-nation du peuple juif a été ravivée ce week-end après que le mannequin et actrice Rotem Sela a fustigé la ministre de la Culture Miri Regev (Likud) pour son affirmation selon laquelle Benny Gantz et Yair Lapid du parti Kakhol lavan veulent former un gouvernement avec le soutien des partis arabes.

La présentatrice télé, mannequin et actrice israélienne Rotem Sela. (Crédit : CC-BY-SA-4.0 דבש סדן/Wikipedia)

« Quel est le problème avec les Arabes ??? », a ainsi écrit l’actrice de 35 ans sur Instagram. « Bon sang, il y a aussi des citoyens arabes dans ce pays. Quand donc quelqu’un dans ce gouvernement passera le message au public qu’Israël est l’État de tous ses citoyens et que tous les gens ont été créés égaux, et que même les Arabes, les Druzes, les LGBT et – grand choc – les gauchistes sont humains », a-t-elle déclaré.

Netanyahu a apporté à la publication de la jeune femme une « correction importante » et ce de manière inattendue – disant qu’Israël n’est pas « l’État de tous ses citoyens » mais l’État-nation du peuple juif seulement.

Lors de la réunion hebdomadaire du cabinet de dimanche, Netanyahu a soulevé encore une fois la question.

« Je voudrais clarifier un point qui apparemment n’est pas clair aux yeux de certains qui semblent légèrement confus au sein du public israélien. Israël est un Etat juif et démocratique. Ce qui signifie qu’il est l’Etat-nation des Juifs seulement », a-t-il déclaré. « Il respecte, bien sûr, les droits individuels de tous les citoyens – Juifs et non-Juifs de la même manière. Mais il est l’Etat-nation, non de tous ses citoyens, mais du peuple juif seulement ».

Les non-Juifs ont une « représentation nationale » dans d’autres Etats, a-t-il continué. « La représentation nationale du peuple juif se trouve au sein de l’Etat d’Israël. Israël est l’Etat-nation du peuple juif et du peuple juif seul ».

Les affirmations fréquentes clamant que le centre-gauche voudrait coopter les partis arabes au sein d’un gouvernement ont été également fustigées par l’ADL (Anti-Defamation League), basée aux Etats-Unis.

« Le rôle des partis arabes dans la Knesset apparaît de plus en plus comme un argument clef de l’actuelle campagne électorale, alors que plusieurs dirigeants de partis et responsables politiques promettent de ne pas les inclure dans toute coalition future, tout en accusant leurs adversaires politiques de vouloir le faire », a déclaré Carole Nuriel, directrice du bureau israélien de l’ADL.

Le président Reuven Rivlin a semblé lancer lundi une attaque violente contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à la suite de sa récente déclaration sur les Arabes israéliens, en affirmant que tous les citoyens bénéficient de la pleine égalité devant la loi. « Il n’y a pas et il n’y aura pas de citoyens de première zone et il n’y a pas d’électeurs de seconde zone », a assuré Rivlin.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...