Les corps de sœurs israéliennes retrouvés en Argentine, le fils a été inculpé
Rechercher

Les corps de sœurs israéliennes retrouvés en Argentine, le fils a été inculpé

Les restes de Pyrhia Sarusi et Lily Pereg découverts sur la propriété appartenant à Gil Pereg, arrêté vendredi pour la mort de la mère et de la tante

Des enquêteurs se rendent au domicile de Gil Pereg à Mendoza, en Argentine, le 26 janvier 2019. (Capture d'écran : YouTube)
Des enquêteurs se rendent au domicile de Gil Pereg à Mendoza, en Argentine, le 26 janvier 2019. (Capture d'écran : YouTube)

Les corps de deux soeurs israéliennes disparues en Argentine ont été retrouvés samedi, quelques heures après que leur fils et neveu a été accusé de leurs meurtres.

Les restes de Pyrhia Sarusi, 63 ans, et de sa sœur Lily Pereg, 54 ans, ont été retrouvés sur la propriété de Gil Pereg dans la ville de Mendoza, selon la presse locale.

Pereg, 36 ans, a été arrêté vendredi après la découverte de taches de sang sur une chemise et un sac de ciment dans sa maison à Mendoza, dans le nord-ouest du pays.

Les policiers auraient également trouvé quatre armes à feu, ainsi que des euros, des dollars et des pesos totalisant 80 000 $, ainsi que des douzaines de chats et de chiens.

Sarusi et sa sœur, professeure agrégée de microbiologie à l’Université de la Nouvelle-Angleterre en Australie, ont été vues pour la dernière fois le 12 janvier à Mendoza.

La procureure Claudia Rios a déclaré que Pereg avait été accusé d’homicide aggravé dans la mort de sa mère et d’homicide simple dans celle de sa tante, selon le Mendoza Post.

Gil Pereg, arrêté pour suspicion d’implication dans la disparition de sa mère et de sa tante en Argentine, 26 janvier 2019 (Capture d’écran YouTube via Mendoza Post)

Rios a déclaré aux journalistes qu’après son arrestation, Pereg a déclaré que s’il n’était pas autorisé à rentrer chez lui et à nourrir ses chats, « vous trouverez un autre corps », a rapporté le journal.

Pereg a été soumis à une évaluation psychologique par crainte qu’il ne tente de se faire du mal et a été transféré à la prison de Boulogne sur Mer, selon le rapport.

Les preuves ADN trouvées sur les lieux ont été corroborées par des images montrant trois personnes se rendant au domicile de Gil Pereg, mais une seule personne est ressortie, a indiqué Rios.

La dernière communication des femmes avec leurs familles en Israël et en Australie a eu lieu le vendredi 11 janvier à 2h30 du matin.

Le lendemain, elles ont rendu visite à Gil Pereg qui est le président local de cinq sociétés créées par sa mère.

La chaine d’information Hadashot TV, citant les médias argentins, a rapporté que Gil Pereg était dans une situation financière précaire.

JTA a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...