Israël en guerre - Jour 147

Rechercher

Les redevances sur le gaz fossile font un bond de 23 % par rapport à 2022

Israël s'attend à percevoir 2 milliards de shekels de redevances sur le gaz et autres ressources naturelles en 2023, alors que d'autres exportations vers l'Égypte ont été approuvées

Sharon Wrobel est journaliste spécialisée dans les technologies pour le Times of Israel.

Une corvette de classe Saar 6 de la marine israélienne surveillant le navire flottant de production, de stockage et de déchargement Energean sur le champ gazier de Karish, sur une image publiée le 23 avril 2023. (Crédit : Armée israéliennes)
Une corvette de classe Saar 6 de la marine israélienne surveillant le navire flottant de production, de stockage et de déchargement Energean sur le champ gazier de Karish, sur une image publiée le 23 avril 2023. (Crédit : Armée israéliennes)

Israël a perçu plus d’un milliard de shekels en redevances sur le gaz fossile au cours du premier semestre de l’année, ce qui représente une augmentation de 23 % par rapport à la même période en 2022, a déclaré mardi le ministère de l’Énergie et de l’Infrastructure.

L’augmentation des recettes provenant des redevances a été attribuée à l’augmentation de la production de gaz fossile pour les exportations, à la production de liquides d’hydrocarbures, ainsi qu’à la faiblesse du shekel par rapport au dollar, selon un rapport de la Division des Redevances, de la Comptabilité et de l’Économie du ministère de l’Énergie.

Plus de la moitié des recettes provenant des redevances sur le gaz fossile, soit environ 590 millions de shekels, ont été générées par les exportations, principalement vers l’Égypte et la Jordanie, selon le rapport. Pour 2023, Israël devrait percevoir un total de 2 milliards de shekels au titre des redevances sur le gaz fossile et les autres ressources naturelles, selon les estimations du ministère.

L’augmentation des redevances est due au fait que le gaz fossile du champ offshore israélien de Karish a commencé à jaillir en octobre 2022, ce qui a généré 145 millions de shekels grâce à la production d’environ 1,97 milliard de mètres cubes de gaz fossile et d’environ 947 000 barils de liquides d’hydrocarbures.

Karish est le troisième gisement offshore d’Israël après que le gisement de gaz fossile Leviathan, le plus grand du pays, a commencé à pomper en décembre 2019, et que le gaz fossile a commencé à couler en 2013 dans le puits Tamar voisin, le deuxième plus grand, qui contient environ 10 trillions de pieds cubes (tcf) de gaz fossile, soit la moitié de la quantité contenue dans Leviathan.

Les redevances perçues sur le réservoir de Leviathan ont augmenté de 6,4 % au cours du premier semestre de l’année et se sont élevées à environ 482 millions de shekels pour une production d’environ 5,44 milliards de mètres cubes de gaz fossile. La plupart des revenus provenant des redevances du réservoir Leviathan proviennent des ventes à l’exportation et le reste, soit environ 13,88 %, provient des ventes sur le marché intérieur.

La plateforme de traitement du gaz fossile Leviathan vue depuis la réserve naturelle de Dor Habonim Beach, le 1er janvier 2020. (Crédit : Flash90)

Les redevances générées par le champ gazier de Tamar ont augmenté de 3,4 % et se sont élevées à 379 millions de shekels pour une production de 4,91 milliards de m3 de gaz fossile.

La semaine dernière, le ministre de l’Énergie, Yisrael Katz, a donné son accord pour l’expansion des exportations de gaz fossile vers l’Égypte à partir du gisement de Tamar, au large de la côte méditerranéenne du pays. L’autorisation porte sur des exportations supplémentaires de gaz fossile d’environ 3,5 milliards de m3 par an au cours des 11 prochaines années à partir du gisement de Tamar, situé à quelque 90 kilomètres à l’ouest de Haïfa, dans le nord d’Israël.

« L’exportation de gaz fossile, que j’ai décidée avec le Premier ministre, est une mesure spectaculaire qui rapportera des milliards de dollars aux citoyens israéliens, contribuera à la lutte contre le coût de la vie et renforcera les liens avec nos voisins de la région et les pays européens », a déclaré Katz mardi. « Ma politique consiste à garantir l’approvisionnement en gaz fossile de l’économie israélienne pour les prochaines décennies et à apporter de l’argent dans la lutte contre le coût [élevé] de la vie. »

Environ un tiers du gaz fossile supplémentaire produit par la plateforme Tamar sera alloué au marché intérieur, selon le ministère. Dans l’ensemble, la production de gaz fossile du champ Tamar à partir de 2026 augmentera de 60 %, soit 6 milliards de m3 par an.

Lundi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a organisé un examen de la politique d’exportation de gaz fossile d’Israël, au cours duquel Katz a présenté les réserves actuelles de gaz du pays, le volume des exportations et les prévisions de la demande pour les 25 prochaines années.

Ils ont également discuté des avantages politiques et des moyens d’exporter du gaz vers les pays méditerranéens et vers l’Europe. Netanyahu a ordonné la mise en place d’une équipe composée des ministères de l’Énergie et des Finances, ainsi que du Conseil économique national, afin d’examiner la politique future et son impact sur l’économie.

Le champ gazier de Tamar. (Crédit : NewMed Energy/Delek Drilling)

En Israël, les besoins croissants en énergie domestique ont suscité de vives discussions sur l’autorisation des exportations de gaz fossile. En juin, le directeur du budget israélien, Yogev Gardos, avait déclaré, dans une lettre envoyée au directeur-général du ministère de l’Énergie. qu’il était « nécessaire d’examiner immédiatement » la politique d’exportation et a averti qu’exporter trop « pourrait mettre en danger la sécurité énergétique d’Israël » et entraîner une hausse des prix de l’électricité.

Ces dernières années, l’exploitation du gaz fossile par Israël a mis le pays sur la voie de l’indépendance énergétique et l’a protégé des pires conséquences de la crise énergétique déclenchée par la guerre de la Russie contre l’Ukraine, dans une région où les ressources naturelles sont rares. À ce jour, Israël a perçu un total de plus de 11,7 milliards de shekels au titre des redevances sur le gaz fossile, a déclaré le ministère de l’Énergie.

Israël exporte du gaz du champ Tamar vers la Jordanie depuis janvier 2017, et le champ Leviathan a commencé à exporter vers l’Égypte en janvier 2020. Les accords concernant le champ Leviathan sont considérés comme plus importants et plus significatifs pour l’économie.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.