Les restrictions à Gaza et Bethléem prolongées à cause de l’épidémie
Rechercher

Les restrictions à Gaza et Bethléem prolongées à cause de l’épidémie

Bennett autorise les Palestiniens de moins de 50 ans de continuer à entrer en Israël tout en interdisant l'entrée à tous les autres

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Des passagers au point de passage frontalier d'Erez qui est emprunté par les Gazaouis venant recevoir un traitement médical en Israël. (Gili Yaari/Flash90)
Des passagers au point de passage frontalier d'Erez qui est emprunté par les Gazaouis venant recevoir un traitement médical en Israël. (Gili Yaari/Flash90)

Mercredi, le ministère de la Défense a annoncé qu’il prolongerait les fermetures imposées sur la bande de Gaza et la ville cisjordanienne de Bethléem, afin d’endiguer la propagation du coronavirus.

Israël a fermé les points de passage avec Gaza dimanche comme c’est habituellement le cas pour la fête de Pourim. La fermeture, prévue pour 4 jours, durait un jour de plus que la norme pour le festival, qui a commencé lundi soir dans la majorité du pays. Un porte-parole de l’armée israélienne a déclaré que cette décision n’était pas liée aux préoccupations de propagation du COVID-19 ou à toute autre question, mais la décision a été prise pour des considérations pratiques.

Le communiqué du ministère de la Défense de mercredi expliquait que la fermeture de Gaza serait prolongée jusqu’au coucher du soleil samedi, alors qu’aucune date définitive n’a été donnée pour la fermeture de Bethléem. La ville du sud de la Cisjordanie a été complètement isolée la semaine dernière en coordination avec l’Autorité palestinienne, il est interdit d’entrer ou de sortir de la ville.

L’épicentre de l’épidémie est l’hôtel Angel, situé à Beit Jala, une ville située aux alentours de Bethléem, où un groupe de touristes grecs, qui a ensuite été testé positif au virus, avait séjourné. Le porte-parole de l’AP Ibrahim Milhem a déclaré mardi que 29 personens en Cisjordanie avaient maintenant été testées positives au virus, mais avec un seul cas à Bethléem.

Un prête marche dans l’enceinte de l’Eglise de la Nativité à Bethléem en Cisjordanie, le 8 mars 2020, après la mise en quarantaine de la ville il y a deux jours dans le cadre de mesures visant à limiter la propagation du nouveau coronavirus. (Musa Al Shaer/AFP)

Dimanche, le ministère de la Santé d’Israël a déclaré que les personnes qui étaient allées dans la « zone de Bethléem » ces deux dernières semaines devaient entrer en période de quarantaine à domicile pendant 14 jours

Plus tôt cette semaine, le Premier ministre de l’Autorité palestinienne Mohammed Shtayyeh a déclaré que personne ne serait autorisé à sortir ou à entrer à Bethléem, sauf en cas d’urgence. Des vidéos publiées sur les réseaux sociaux semblent montrer que Bethléem s’est globalement transformée en ville fantôme.

En outre, le ministère de la Défense a également annoncé que l’entrée en Israël pour les Palestiniens de Cisjordanie serait seulement autorisée aux travailleurs de moins de 50 ans. Les Israéliens n’auront également pas le droit d’entrer dans les zones A et B, a ajouté le ministère. La signification de cette directive n’était pourtant pas très claire dans la mesure où ces zones sont sous contrôle civil palestinien, selon les Accords d’Oslo de 1994. De fait, les Israéliens ne sont généralement pas autorisés à s’y rendre dans tous les cas.

« Il faut souligner que ces mesures visent à prévenir la propagation du coronavirus tout en minimisant les effets négatifs sur l’économie autant que possible, a déclaré le ministère de la Défense, ajoutant qu’il travaillait à coordonner ses efforts avec l’Autorité palestinienne.

Le point de passage Allenby, la voie principale de la Cisjordanie palestinienne vers la Jordanie voisine, est photographié le 10 mars 2020, après avoir été partiellement fermé par crainte du coronavirus. (Photo par ABBAS MOMANI / AFP)

Le Coordinateur des Activités du Gouvernement dans les Territoires (COGAT) d’Israël, l’organisme du ministère de la Défense responsable de la liaison avec les Palestiniens, a annoncé mardi que le point de passage d’Allenby entre la Cisjordanie et la Jordanie serait fermé aux voyageurs dans les deux sens.

Le COGAT a clarifié que les « résidents locaux », une apparente référence aux Palestiniens de Cisjordanie, de la bande de Gaza et de Jérusalem est qui sont actuellement en Jordanie, seraient autorisés à rentrer chez eux, s’ils se coordonnent avec les autorités.

Dimanche, le ministre de la Défense Naftali Bennett a déclaré qu’il envisageait sérieusement de fermer totalement toutes les parties sous contrôle de l’AP en Cisjordanie dans le cadre de l’effort actuel d’Israël pour contrôler la propagation du coronavirus, même s’il n’a pas pris cette option, au final.

Peu après que les autorités palestiniennes de Santé ont confirmé les premiers cas de coronavirus en Cisjordanie jeudi dernier, le président de l’AP Mahmoud Abbas a déclaré l’état d’urgence pour 30 jours.

Depuis lors, Shtayyeh a annoncé la fermeture des écoles et des universités, l’annulation de toutes les réservations d’hôtels et des conférences, la fermeture des sites touristiques et religieux, l’interdiction des rassemblements publics et des manifestations, entre autres mesures.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...