Les rivaux de Netanyahu saluent l’échec de la loi des caméras
Rechercher

Les rivaux de Netanyahu saluent l’échec de la loi des caméras

Accusé par ses adversaires de s'être livré à des incitations, le Premier ministre a notamment réagi en qualifiant Gantz, Lapid et Liberman de "gauchistes"

Une caméra cachée sur un observateur du Likud, dans un bureau de vote d'une ville arabe, lors des élections du 9 avril 2019. (Crédit : Hadash-Taal)
Une caméra cachée sur un observateur du Likud, dans un bureau de vote d'une ville arabe, lors des élections du 9 avril 2019. (Crédit : Hadash-Taal)

Les adversaires politiques du Premier ministre Benjamin Netanyahu ont réagi lundi à l’échec du projet de loi avancé par le Likud qui prônait l’installation de caméras dans les bureaux de vote lors du prochain scrutin.

« Le projet de législation sur les caméras a échoué, et Netanyahu est entré dans une bataille finale contre la communauté arabe, le système judiciaire et l’espace démocratique tout entier », a commenté Ayman Odeh, leader de la Liste arabe unie réunissant les partis arabes et à majorité arabe.

« Le spectacle de Bibi en train de jouer les victimes touche à sa fin », a-t-il ajouté.

Pour le député Itzik Shmuli, de l’alliance passée entre le Parti travailliste et le Gesher, « nous sommes parvenus grâce à un effort combiné à empêcher cet acte de sabotage contre les élections et la démocratie ».

« Peut-être qu’au lieu d’inventer un nouveau stratagème, Netanyahu va enfin dorénavant se tourner vers ce qui nous inquiète tous : la négligence de la sécurité dans le sud, les hôpitaux surpeuplés dans le nord, les milliers de jeunes et de personnes âgées qui ont été oubliés par le gouvernement et que ce dernier a l’intention de frapper pour recouvrir la dette qu’il a lui-même créée », a-t-il continué.

L’élu de Kakhol lavan Ofer Shelah a indiqué « [qu’]aujourd’hui, Netanyahu a subi sa première défaite au cours de ces élections. Son mauvais stratagème grossier d’incitations et sa tentative avortée de dresser la population contre le système judiciaire, la commission centrale électorale et un important groupe d’électeurs – tout cela visait à pouvoir mettre quelqu’un en cause pour sa défaite pendant le scrutin ».

« C’est la première défaite – et la semaine prochaine, ce sera sa dernière », a-t-il ajouté.

Pour sa part, le Premier ministre a réagi à l’échec du projet de loi en répétant que les leaders de Kakhol lavan, Benny Gantz et Yair Lapid, ainsi que le dirigeant d’Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, avaient l’intention de former un gouvernement avec des membres de l’alliance de la Liste arabe unie et les partis à majorité arabe. L’idée d’un tel gouvernement a été rejetée par les intéressés de manière répétée.

« Il n’y a aucune raison que ceux qui veulent véritablement des élections propres s’opposent à la loi sur les caméras, qui empêche la fraude électorale », a fait savoir le Premier ministre dans un communiqué. « Mais il n’est finalement pas du tout surprenant que Lapid et Gantz aient rejoint Ahmad Tibi et Ayman Odeh pour enterrer la loi sur les caméras, parce qu’ils participeront ensemble au même gouvernement de gauche où Ahmad Tibi et Ayman Odeh seront désignés ministres ».

« Ce qui est particulièrement décevant, c’est que Liberman ait rejoint la gauche et les formations arabes. Il avait dit, par le passé, qu’il éliminerait Haniyeh dans les 48 heures et là, en 48 heures, il a fait volte-face et rejoint Ahmad Tibi et Ayman Odeh », a-t-il continué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...