L’État islamique fournit la « preuve » des frappes israéliennes dans le Sinaï
Rechercher

L’État islamique fournit la « preuve » des frappes israéliennes dans le Sinaï

Le groupe djihadiste a montré des étiquettes en hébreu sur des munitions prétendument trouvées à la suite d'un raid dans la péninsule égyptienne

Un membre de la filiale de l'État islamique du Sinaï prétend montrer des munitions de fabrication israélienne trouvées dans les décombres d'une attaque aérienne dans une vidéo publiée par l'agence de presse Amaq le 23 mai 2018. (Capture d'écran, Amaq)
Un membre de la filiale de l'État islamique du Sinaï prétend montrer des munitions de fabrication israélienne trouvées dans les décombres d'une attaque aérienne dans une vidéo publiée par l'agence de presse Amaq le 23 mai 2018. (Capture d'écran, Amaq)

Le média officiel de l’Etat islamique a affirmé mercredi que des avions de combat israéliens ont récemment frappé des maisons civiles dans la péninsule du Sinaï en Egypte.

Une vidéo publiée par l’agence de presse Amaq montrait des étiquettes en hébreu sur les munitions trouvées dans les décombres de l’attaque aérienne dans le nord du Sinaï.

« Ce sont les restes des bombardements par les Juifs, les petits-enfants de singes et de cochons, qui sont aidés par le dictateur Abdel Fattah al-Sissi, contre les moudjahidin dans le Sinaï », a déclaré un combattant dans la vidéo.

Israël a aidé l’Égypte tout au long de sa lutte contre le groupe terroriste de l’État islamique dans le Sinaï et ses précurseurs. Selon les médias étrangers, cela inclut la conduite de frappes de drones dans la péninsule sur des cibles de l’État islamique. Il aurait également pris la forme d’un important échange de renseignements.

De manière plus officielle, depuis 2013, Israël a également autorisé la présence de forces égyptiennes supplémentaires dans la péninsule, au-delà des limites prévues par l’accord de paix de 1979 entre les deux pays. Des armes lourdes, comme des chars, de l’artillerie et des hélicoptères d’attaque, ont été introduites dans le Sinaï pour combattre les islamistes, signe que Jérusalem ne craint pas que les gros canons égyptiens pourraient être retournés contre elle.

Plus tôt cette année, le New York Times a rapporté qu’Israël menait clandestinement une campagne aérienne contre les cibles de l’EI dans le Sinaï, avec la bénédiction de Sissi. Les avions israéliens seraient souvent non immatriculés et emprunteraient parfois des routes indirectes pour tenter de dissimuler l’origine des frappes.

Au début de cette année, l’armée égyptienne a lancé une opération de sécurité massive dans le nord du Sinaï dans le cadre de ses efforts pour chasser le groupe djihadiste du nord de la péninsule.

Mardi, Human Rights Watch a averti que la campagne anti-EI de l’Égypte comprenait la destruction à grande échelle de maisons civiles, de bâtiments commerciaux et de fermes dans la province du Nord-Sinaï.

« Transformer les maisons des gens en décombres fait partie du même plan de sécurité autodestructeur qui a restreint la nourriture et les déplacements pour infliger des souffrances aux résidents du Sinaï », a déclaré Sarah Leah Whitson, directrice de l’organisation de surveillance Moyen Orient.

HRW a également déclaré que les destructions se sont étendues bien au-delà des deux zones tampons de sécurité définies par le gouvernement dans les villes du Sinaï d’al-Arish et de Rafah.

Une photo prise le 28 novembre 2017 à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, montre une fumée qui s’échappe après une explosion près de la frontière du côté égyptien de la ville divisée. (AFP Photo/Said Khatib)

L’Égypte a construit une zone tampon le long de la frontière de Gaza afin d’empêcher les jihadistes d’utiliser un vaste réseau de tunnels souterrains qui a été créé pour contourner les blocus israélien et égyptien du territoire depuis une dizaine d’années. Elle a également détruit des maisons et des oliveraies autour de l’aéroport d’el-Arish où les combattants de l’EI ont tenté de tuer les ministres de la Défense et de l’Intérieur du pays en décembre.

L’Égypte combat les djihadistes islamiques depuis des années dans le Sinaï, mais l’insurrection a gagné en force après le renversement du président islamiste Mohamed Morsi en 2013.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...