L’ex-ministre afghan, devenu livreur en Allemagne, parle à un média israélien
Rechercher

L’ex-ministre afghan, devenu livreur en Allemagne, parle à un média israélien

Sayed Sadaat, qui améliore son allemand dans l'espoir d'obtenir un poste au gouvernement, explique pourquoi il faut que le monde reconnaisse les talibans

Un ancien ministre du gouvernement afghan qui travaille désormais comme livreur de nourriture en Allemagne a déclaré au radiodiffuseur public israélien qu’il n’a pas honte de son nouveau travail.

« J’aime mon travail actuel, car comme je suis nouveau ici, je peux explorer Leipzig avec mon vélo », a déclaré Sayed Sadaat à Kan dans une interview diffusée lundi soir.

Pendant six heures en semaine et de midi à 22 heures les samedis et dimanches, Sadaat revêt son manteau orange et son grand sac à dos carré, faisant la navette entre les pizzas et les autres commandes des clients. Il fait partie des milliers d’Afghans qui ont trouvé un foyer en Allemagne ces dernières années.

Depuis 2015, lorsque l’Europe a connu un énorme afflux de réfugiés fuyant les guerres principalement de Syrie et d’Irak, environ 210 000 Afghans ont demandé l’asile en Allemagne. Et avec le retour au pouvoir des talibans au début du mois, l’Allemagne a cette fois évacué environ 4 000 Afghans, dont ceux qui ont travaillé avec les forces de l’OTAN et d’autres qui ont besoin de protection.

Sadaat a occupé le poste de ministre des Communications en Afghanistan de 2016 à 2018. Mais le quinquagénaire a déclaré avoir quitté son poste parce qu’il en avait assez de la corruption au sein du gouvernement.

« En faisant le travail de ministre, il y avait une différence entre le cercle proche du président et moi-même », a-t-il déclaré à l’AFP. « Leurs demandes étaient pour des bénéfices privés, je voulais que l’argent destiné aux projets gouvernementaux soit correctement utilisé. Je n’ai donc pas pu satisfaire leurs demandes et ils ont alors essayé de me pousser, de faire pression sur moi du côté du président. »

Sayed Sadaat, ancien ministre des Communications en Afghanistan, donne une interview à l’AFP à Leipzig, dans l’est de l’Allemagne, le 29 août 2021. (Crédit : JENS SCHLUETER / AFP)

Deux ans après avoir démissionné pour prendre un poste dans le secteur des télécommunications, dit-il, la situation sécuritaire en Afghanistan s’est détériorée.

« En Afghanistan, comme vous pouvez le voir, la sécurité s’est dégradée et le gouvernement n’était pas en mesure de sécuriser les employés du gouvernement précédent », a déclaré Sadaat à Kan.

En tant que double citoyen afghan et britannique, il a décidé de s’installer en Allemagne à la fin de 2020, avant que le Brexit ne rende plus possible pour les Britanniques d’obtenir une résidence dans l’UE sans conditions, comme une offre d’emploi.

Il aurait pu obtenir un poste en Grande-Bretagne, mais il a expliqué à l’AFP qu’il voyait plus d’opportunités pour son secteur en Allemagne. Mais sans allemand, Sadaat, qui est venu seul et refuse de parler de sa famille, dit avoir eu du mal à trouver un emploi.

« Ici, pour obtenir un emploi, il faut avoir un niveau de base en langue allemande », a-t-il expliqué à Kan. Il a commencé à suivre un cours de langue à raison de quatre heures par jour, « puis le soir, je fais le travail temporaire de Lieferando », le service de livraison de nourriture.

Il a été troublé par l’évolution de la situation en Afghanistan au cours des deux dernières semaines.

Des personnes parmi les premiers évacués de Kaboul, arrivent à l’aéroport international de Francfort, dans l’ouest de l’Allemagne, aux premières heures du 18 août 2021. (Crédit : Armando BABANI / AFP)

« C’est très triste de voir mes compatriotes dans un problème, dans la peur, et qui courent et quittent leur pays », a-t-il déclaré à Kan. « J’espère que la situation reviendra à la normale ».

Mais il a suggéré aux puissances occidentales de normaliser leurs relations avec le gouvernement dirigé par les talibans.

« Je pense qu’il n’y a pas d’autre option, les pays occidentaux, les gouvernements, ils devraient soutenir et parler aux talibans et les reconnaître », a-t-il dit. « Un pays stable est dans l’intérêt de l’Afghanistan et aussi un avantage pour l’Occident, parce que s’il y a un gouvernement plus faible et un Afghanistan instable, les groupes fanatiques peuvent y aller. »

Il a déclaré qu’il accueillerait favorablement une opportunité « de travailler pour le gouvernement allemand au sein du ministère des Affaires étrangères en tant que conseiller sur le bureau de l’Afghanistan », chose qui, selon lui, est encore plus critique que jamais en ce moment. Il admet toutefois qu’aucun contact n’a encore été pris avec les autorités allemandes sur cette question.

Et il affirme que les pays ne devraient pas tourner le dos aux réfugiés afghans qui fuient leur pays.

« Je pense que les pays européens devraient accepter les Afghans parce que les Afghans sont des gens qui travaillent dur », a-t-il déclaré. « Vous pouvez voir, je suis ici, je travaille, je paie des impôts ».

Et s’il n’a pas honte de son emploi actuel de livreur, il s’est fixé des objectifs futurs dans son nouveau pays d’adoption.

« Les télécoms allemandes sont mon plus grand rêve, revenir dans mon domaine des télécoms ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...