Liban : Israël tente de « justifier une agression » avec les sites de missiles
Rechercher

Liban : Israël tente de « justifier une agression » avec les sites de missiles

Selon la radio libanaise, « Netanyahu répand des mensonges » avec la divulgation d’installations à Beyrouth qui auraient été utilisées par le Hezbollah pour dissimuler des armes

Capture d'écran d'une vidéo du Premier ministre Benjamin Netanyahu montrant un schéma d'un site détenu par le Hezbollah près de Beyrouth, lors de son discours devant la 73ème Assemblée générale des Nations Unies à New York, le 27 septembre 2018. (Crédit : Nations Unies)
Capture d'écran d'une vidéo du Premier ministre Benjamin Netanyahu montrant un schéma d'un site détenu par le Hezbollah près de Beyrouth, lors de son discours devant la 73ème Assemblée générale des Nations Unies à New York, le 27 septembre 2018. (Crédit : Nations Unies)

Le ministre libanais des Affaires étrangères, Gebran Bassil, a déclaré lundi qu’Israël tentait de « justifier une autre agression » en affirmant que le Hezbollah, groupe terroriste soutenu par l’Iran, possède des installations de production de missiles à Beyrouth.

Les ambassadeurs étrangers en poste dans le pays doivent participer à une visite d’au moins un des trois lieux dévoilés par le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors de son discours à l’Assemblée générale des Nations unies la semaine dernière.

Bassil a répondu au discours en déclarant : « Netanyahu répand des mensonges. »

L’armée israélienne a publié jeudi des images-satellite des sites qu’elle dit être utilisés par le Hezbollah, aidé par l’Iran, pour dissimuler des installations souterraines de production de missiles de précision.

Les sites, situés à proximité de l’aéroport international de Beyrouth, ont été révélés pour la première fois par Netanyahu jeudi soir, lors de son discours à l’ONU.

Le ministre libanais des Affaires étrangères, Gebran Bassil, assiste à une réunion avec le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, à Moscou (Russie), le 20 août 2018. (Photo AP / Pavel Golovkin)

Les usines, qui sont censées convertir les missiles réguliers en missiles de précision, ne sont pas supposées être opérationnelles actuellement.

L’armée israélienne a déclaré que les missiles sont en cours de construction avec l’aide de l’Iran.

La cible de la frappe aérienne israélienne du mois dernier, dans laquelle un avion espion russe avait été abattu par inadvertance par des défenses antiaériennes syriennes, était une machine utilisée pour la production de missiles de précision pour le Hezbollah, selon des informations recueillies par le Times of Israel.

Image tirée d’une pancarte affichée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors de son discours devant l’Assemblée générale des Nations Unies, montrant des sites de missiles de précision du Hezbollah cachés à Beyrouth. (GPO)

Selon Benjamin Netanyahu, ces missiles de précision sont capables de frapper à 10 mètres de leur cible. Le Hezbollah possèderait un arsenal de 100 000 à 150 000 roquettes et missiles, même si la grande majorité ne serait pas équipée d’une technologie de précision.

L’armée israélienne a déclaré que ces installations étaient « un autre exemple de l’implantation iranienne dans la région et de l’influence négative de l’Iran ».

Image satellite diffusée par les forces de défense israéliennes montrant un site proche de l’aéroport international de Beyrouth qui, selon l’armée, est utilisé par le Hezbollah pour convertir des missiles ordinaires en munitions à guidage de précision, le 27 septembre 2018. (Forces de défense israéliennes)

Le Premier ministre israélien, des photos aériennes des prétendues installations du Hezbollah à la main, a averti : « Israël sait ce que vous faites, Israël sait où vous le faites et Israël ne vous laissera pas vous en tirer ».

Benjamin Netanyahu a accusé le groupe terroriste libanais d’avoir
« utilisé délibérément le peuple innocent de Beyrouth comme bouclier humain ».

Selon l’armée israélienne, le Hezbollah a commencé à travailler sur ces installations de missiles sol-sol l’année dernière.

Image satellite diffusée par les forces de défense israéliennes montrant un site proche de l’aéroport international de Beyrouth qui, selon l’armée, est utilisé par le Hezbollah pour convertir des missiles ordinaires en munitions à guidage de précision, le 27 septembre 2018. (Forces de défense israéliennes)

Des informations selon lesquelles l’Iran construirait des usines de conversion de missiles souterraines au Liban ont commencé à apparaître en mars 2017.

Depuis lors, des responsables israéliens ont répété à plusieurs reprises qu’Israël ne tolérerait pas de telles installations.

En janvier, Benjamin Netanyahu a déclaré que le Liban « est en train de devenir une usine de missiles à guidage de précision qui menacent Israël. Ces missiles constituent une grave menace pour Israël, et nous ne pouvons accepter cette menace. »

Image satellite diffusée par les forces de défense israéliennes montrant un site proche de l’aéroport international de Beyrouth qui, selon l’armée, est utilisé par le Hezbollah pour convertir des missiles ordinaires en munitions à guidage de précision, le 27 septembre 2018. (Forces de défense israéliennes)

L’un des sites présumés est situé sous un terrain de football utilisé par une équipe parrainée par le Hezbollah; un autre est au nord de l’aéroport international Rafik Hariri; et le troisième se trouve sous le port de Beyrouth et à moins de 500 mètres du tarmac de l’aéroport.

Selon l’armée, ces trois installations ne sont pas les seules utilisées par le Hezbollah pour la fabrication et le stockage de missiles de précision.

« Israël surveille ces sites avec une des outils variés et nombreux, a une connaissance significative du projet en cours, et travaille à le combattre grâce à plusieurs réponses opérationnelles et techniques », a déclaré l’armée.

En mai, Benjamin Netanyahu a déclaré qu’Israël « s’opposait au transfert d’armes meurtrières de la Syrie vers le Liban ou à leur fabrication au
Liban ».

Ces dernières années, Israël a reconnu avoir mené des centaines de frappes aériennes en Syrie, frappes qui visaient à empêcher l’Iran d’établir une présence militaire permanente sur le territoire syrien, et à bloquer le transfert de munitions de pointe vers le Hezbollah au Liban.

Image satellite diffusée par les forces de défense israéliennes montrant un site proche de l’aéroport international de Beyrouth qui, selon l’armée, est utilisé par le Hezbollah pour convertir des missiles ordinaires en munitions à guidage de précision, le 27 septembre 2018. (Forces de défense israéliennes)

L’armée de l’air israélienne s’est abstenue de procéder à des raids à l’intérieur du Liban même si elle a indiqué qu’elle était prête à le faire.

Un peu plus tôt cette année, Amiram Norkin, chef de l’état-major israélien, a montré à des généraux en visite la photo d’un chasseur furtif israélien
F-35 volant à proximité de l’aéroport de Beyrouth; un message considéré comme s’adressant directement au Hezbollah.

Israël a mené une guerre acharnée contre le Hezbollah en 2006. Jérusalem estime que le groupe terroriste s’est depuis armé de dizaines de milliers de missiles qui menacent tout Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...