Rechercher

Liban : les Emirats se joignent au fonds d’aide franco-saoudien

L'Arabie saoudite et la France ont annoncé vouloir "s'engager" en vue d'une relance des liens entre Beyrouth et le royaume, mise à mal par la puissance grandissante du Hezbollah

Drapeau des Emirats arabes unis. Illustration. (Crédit : domaine public/Pixabay)
Drapeau des Emirats arabes unis. Illustration. (Crédit : domaine public/Pixabay)

Les Emirats arabes unis vont se joindre au fonds d’aide mis en place par la France et l’Arabie saoudite pour la population libanaise, a indiqué mardi soir le chef de la diplomatie française.

« Lors de la visite du président Macron (en décembre) dans le Golfe, on a pu renouer ces liens » entre le Liban et les pays du Golfe, s’est-il félicité devant la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale.

« C’est une nouveauté qui va permettre la mise en place d’un fonds franco-saoudien d’aide et de soutien aux Libanais, accompagné demain ou après demain par la contribution des Emirats », a-t-il ajouté.

L’Arabie saoudite et la France ont annoncé en décembre vouloir « s’engager pleinement » en vue d’une relance des liens entre Beyrouth et le royaume, mise à mal par la puissance grandissante du Hezbollah, un groupe terroriste chiite libanais pro-iranien.

Une grave crise diplomatique oppose depuis fin octobre le Liban à plusieurs monarchies arabes du Golfe sur fond d’un bras de fer au sujet de ce mouvement, poids lourd de la politique libanaise, qui est armé et financé par l’Iran, grand rival régional de l’Arabie saoudite.

Ryad a alors rappelé son ambassadeur à Beyrouth, expulsé l’ambassadeur libanais et interdit les importations en provenance du Liban.

Trois autres pays du Golfe – Bahreïn, les Emirats arabes unis et le Koweït – ont pris des mesures de rétorsion à l’égard de Beyrouth. Ce qui a encore aggravé la sévère crise économique libanaise.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...