Rechercher

Liberman dit qu’Israël travaille au retour des soldats disparus en mission

Au cimetière militaire de Tel Aviv, le ministre de la Défense rend hommage aux soldats morts en défendant l’Etat juif

Avigdor Liberman, ministre de la Défense, pendant la cérémonie de Yom HaZikaron au cimetière militaire 
Kiryat Shaul de Tel Aviv, le 1er mai 2017. (Crédit : Ariel Harmoni/ministre de la Défense)
Avigdor Liberman, ministre de la Défense, pendant la cérémonie de Yom HaZikaron au cimetière militaire Kiryat Shaul de Tel Aviv, le 1er mai 2017. (Crédit : Ariel Harmoni/ministre de la Défense)

Avigdor Liberman, ministre de la Défense, a rendu hommage lundi aux soldats d’Israël morts au combat pendant une cérémonie de Yom HaZikaron à Tel Aviv. Il a déclaré que la perte des jeunes hommes et femmes du pays au front était le prix de la lutte du peuple juif pour établir un état souverain en terre d’Israël.

« C’est le prix terrible et douloureux de la décision du peuple juif d’être les maîtres de leur propre destin, de retourner dans leur patrie et d’y vivre une vie et une culture libre, souveraine et nationale », a-t-il dit au cimetière militaire de Kiryat Shaul.

« Il y a 69 ans, l’Etat d’Israël a été fondé, le rêve et le souhait de nombreuses générations de Juifs pendant des milliers d’années. L’Etat d’Israël était né et établir au cœur de la bataille. Soixante-neuf ans après, nous ne pouvons [toujours] pas nous reposer. ‘Une guerre sans fin à l’horizon’. »

« Génération après génération, nous sommes obligés, à chaque fois, d’accompagner dans leur dernière demeure les meilleurs de nos fils et de nos filles, nos jeunes talentueux, le sel de la Terre », a-t-il déclaré, ajoutant que « le temps qui passe n’apaise pas la douleur, mais ne fait que renforcer la reconnaissance de l’importance de la perte. »

Avigdor Liberman, ministre de la Défense, pendant la cérémonie de Yom HaZikaron au cimetière militaire Kiryat Shaul de Tel Aviv, le 1er mai 2017. (Crédit : Ariel Harmoni/ministre de la Défense)
Avigdor Liberman, ministre de la Défense, pendant la cérémonie de Yom HaZikaron au cimetière militaire Kiryat Shaul de Tel Aviv, le 1er mai 2017. (Crédit : Ariel Harmoni/ministre de la Défense)

Rappelant les discours de Yom HaZikaron du Premier ministre Benjamin Netanyahu et du président Reuven Rivlin, Liberman a également dit qu’Israël continuerait à travailler pour le retour de ceux qui ont disparu pendant une mission.

« Avec une main douce et une épaule en soutien, nous continuerons à travailler pour le retour de ceux qui ont disparu au combat, et de ceux qui sont tombés pendant les campagnes d’Israël et dont le lieu d’enterrement est inconnu, et ensemble nous prions pour que la liste des morts ne s’étendent plus », a-t-il dit.

Le Hamas, groupe terroriste qui règne sur la bande de Gaza, affirme détenir les corps de deux soldats israéliens, Hadar Goldin et Oron Shaul, tués pendant la guerre de 2014 dans la bande de Gaza. Retrouver les corps des soldats, et le prix que pourrait coûter des négociations avec le Hamas, restent des sujets douloureux pour la société israélienne.

Les corps de plusieurs autres soldats n’ont toujours pas été récupérés, notamment ceux de Yehuda Katz, Zachary Baumel et Zvi Feldman, qui ont disparu au Liban en 1982, et celui de Ron Arad, disparu en 1986.

Liberman a également dit que grâce à ceux qui ont perdu leur vie en combattant les guerres de l’Etat juif, Israël était devenu « une source d’inspiration pour de nombreuses nations et pays dans le monde entier » en raison de ses réussites.

« Ces réussites sont le fruit du travail d’Israël, de ses compétences inspirantes et de sa créativité collective. Ils n’auraient cependant jamais pu voir le jour sans la promesse de sécurité et d’existence qui a été tenue, d’abord et avant tout, par ceux qui sont morts au combat », a-t-il dit.

Depuis 1860, quand le premier quartier juif a été fondé à l’extérieur des murs de la Vieille Ville de Jérusalem, 23 544 hommes et femmes sont morts en servant au sein des services de sécurité d’Israël et de la communauté juive pré-étatique, selon les chiffres officiels.

Quatre-vingt-dix-sept noms ont été ajoutés à la liste des soldats morts cette année, dont 37 étaient des vétérans de Tsahal blessés et handicapés qui ont succombé à leurs blessures.

Yom HaZikaron a commencé dimanche soir à 20h00 par le son des sirènes qui ont figé la nation pendant une minute, puis par la cérémonie officielle au mur Occidental.

Minutes de silence à Jérusalem pendant Yom HaZikaron, le 1er mai 2017. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Minutes de silence à Jérusalem pendant Yom HaZikaron, le 1er mai 2017. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Lundi, à 11h00, une sirène de deux minutes a retenti, marquant le début des cérémonies de commémoration officielles dans tout le pays, auxquelles devaient assister 1,5 million d’Israéliens. La cérémonie honorant les 3 117 personnes tuées par le terrorisme commence à 13h00 au mont Herzl, à Jérusalem.

En plus des cérémonies officielles, quelque 1,5 million d’Israéliens devraient se rendre sur les tombes de leurs proches et de leurs amis pour des évènements plus privés dans tout le pays pendant la journée.

Yom HaZikaron, établi en 1951 par David Ben Gurion, alors Premier ministre et ministre de la Défense, a été fixé au 4 du mois d’Iyyar, la veille de Yom HaAtsmaout, qui commence immédiatement après Yom HaZikaron lundi soir. Cette année, la journée est commémorée avec un jour de retard pour ne commencer directement après Shabbat, ce qui empêcherait les familles pieuses d’assister aux premières cérémonies qui ont lieu au soir de Yom HaZikaron.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...