Liberman très agressif en conférence de presse
Rechercher

Liberman très agressif en conférence de presse

Zahava Gal-on de Meretz a dénoncé les déclarations de Liberman ; Lapid condamne le cabinet élargi

Avigdor Liberman lors de la réunion du parti Yisrael Beytenu à la Knesset, le 4 mai 2015. (Crédit : Miriam Alster / Flash90)
Avigdor Liberman lors de la réunion du parti Yisrael Beytenu à la Knesset, le 4 mai 2015. (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

Avigdor Liberman, le président d’Yisrael Beitenu, a tenu sa première grande conférence de presse depuis la semaine dernière – où il avait largué une bombe politique en annonçant qu’il ne rejoindrait pas la coalition de Netanyahu.

Avec un sourire rusé, Liberman s’en est pris à Netanyahu, aux médias et aux responsables du Likud.

« J’ai plus d’amis parmi les ministres du Likud et les militants que Netanyahu n’en a », a-t-il assuré.

Liberman rejette totalement les accusations des responsables du Likud et des médias qui affirment qu’il a trompé ses électeurs.

« Au cours de la campagne électorale, j’ai évité tout engagement à soutenir Netanyahu. Notre conflit n’a jamais été personnel, il portait sur des questions de base, sur un programme et des principes », a déclaré Liberman.

« Je l’ai répété des dizaines de fois au cours de la campagne. Même au cours de la 19e Knesset, il y avait de nombreuses offres pour changer de coalition, se débarrasser de Yesh Atid et amener les [partis] ultra-orthodoxes. Je l’ai dit – si vous voulez de nouvelles élections, organisez de nouvelles élections, mais cela ne changera pas la coalition. »

Liberman a aussi profité de cette occasion pour expliquer sa décision de recommander au président Reuven Rivlin de désigner Netanyahu : « Après les [élections], les résultats que nous avions étaient très clairs. Nous avons recommandé Netanyahu car il y avait un vote très clair. A chaque réunion avec le Likud nous l’avons dit – nous voulons être [de la coalition] mais pas n’importe quel prix. »

« Une semaine avant que le Likud ne signe un accord avec Yahadout HaTorah, nous avons envoyé nos demandes par écrit au Likud. Après que l’accord a été signé et nous avons vu que l’accord avec Shas se profilait, nous avons pris la décision de ne pas rejoindre [la coalition]. »

Liberman s’en est alors pris à Netanyahu.

« Si quelqu’un a trompé les électeurs, c’est Netanyahu. Cela ne fait aucun doute qu’il a trompé les électeurs de l’ancienne Union soviétique. Toutes les choses qu’il a dit au sujet de l’aide à intégration des nouveaux immigrants, il n’y en a aucune trace dans aucun des accords de la coalition », a-t-il dénoncé.

Après avoir vivement critiqué Netanyahu et le Likud, l’ancien ministre des Affaires étrangères s’est attaqué aux médias.

Il a accusé les journalistes d’Israel Radio et de la Première chaîne de mentir et de faire des commentaires racistes à son encontre.

L’analyste politique de la Première chaîne, Ayala Hasson, a particulièrement attiré les foudres du leader d’Yisrael Beitenu. Liberman cite Hasson : « d’après ce que j’entends, le ministère de l’Immigration et de l’Intégration sera détenu par une personne du Likud et il y aura des purges là-bas. »

Les paroles de Hasson, a expliqué Liberman, « calomnient toute une population qui vit dans le pays et qui y a contribué ». Il a ajouté qu’il a l’intention de déposer une plainte officielle auprès du directeur général de l’Autorité israélienne de la radiodiffusion et d’exiger des excuses officielles.

Enfin, le chef du parti a assuré que « nous serons une opposition mais pas avec l’opposition de gauche ; nous allons être une alternative de droite ».

Gal-on de Meretz s’attaque à son tour à Liberman

La chef du parti Meretz, Zahava Gal-on, a critiqué Avigdor Liberman pour des menaces proférées à l’encontre de journalistes lors de son intervention devant la presse, qu’elle a qualifié de « spectacle de l’horreur ».

Liberman est « malhonnête » de pleurer à propos du racisme présumé contre les immigrants de l’ancienne Union soviétique, a affirmé Gal-on.

Liberman a aussi critiqué Ayala Hasson de la Première chaîne et Hanan Crystal d’Israel Radio qui ont évoqué des « purges » à venir au ministère de l’Immigration et de l’Intégration suite à ce que Hasson décrit comme la future « conquête » du ministère par le Likud.

Le mot utilisé se réfère aux purges staliniennes et porte donc un sens particulièrement douloureux pour les Juifs de l’ex-URSS. Liberman a fait remarquer que l’affirmation de Hasson – selon laquelle les urnes ont été emmenées dans des centres d’immigrants, où « certaines personnes avec une perfusion dans leurs bras ont voté » – était particulièrement blessante car, « beaucoup de ces immigrants sont des survivants de l’Holocauste ».

Gal-on estime que Liberman étant lui-même raciste (contre les Palestiniens et les Arabes israéliens) devrait savoir mieux que quiconque qu’il ne devrait pas jouer cette carte du racisme.

Lapid continue sa croisade contre un cabinet élargi

Le responsable de Yesh Atid, Yair Lapid, a fait de la question de l’augmentation du nombre des ministres son principal point de critique contre Netanyahu.

Intervenant sur la chaîne de la Knesset, Lapid a déclaré que Netanyahu « veut dépenser des centaines de millions de shekels par commodité politique. Ce vol en plein jour relève de l’exploitation méprisable de la Knesset, et Yesh Atid mènera bataille contre ce scandale ».

Lapid, qui a servi comme ministre des Finances dans le dernier gouvernement, avait fait de la question de la limitation de la taille du cabinet un de ses principaux projets pendant son mandat.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...