Rechercher

L’Iran dit attendre le déblocage d’une partie de ses fonds gelés

Des dizaines de milliards de fonds iraniens sont gelés notamment en Chine, en Corée du Sud et au Japon, depuis le rétablissent des sanctions américaines en 2018

Drapeau iranien. (Photo libre de droits)
Drapeau iranien. (Photo libre de droits)

L’Iran attend le déblocage de sept milliards de dollars de ses fonds gelés à l’étranger, a annoncé dimanche un média officiel, après qu’un Américano-iranien détenu par Téhéran a été autorisé à quitter le pays.

« Avec la finalisation des négociations entre l’Iran et les Etats-Unis pour libérer les prisonniers des deux pays, sept milliards de dollars des ressources bloquées de l’Iran seront libérés », a indiqué l’agence officielle Irna.

Cette déclaration intervient après que l’ONU a annoncé samedi que Baquer Namazi, un Américano-iranien de 85 ans, détenu ou interdit de quitter l’Iran depuis février 2016, a été autorisé à partir. Son fils détenu depuis sept ans a lui été libéré et se trouve « à la maison avec ses parents à Téhéran », a indiqué son avocat.

Des dizaines de milliards de fonds iraniens sont gelés dans plusieurs pays, notamment en Chine, en Corée du Sud et au Japon, depuis le rétablissent des sanctions américaines en 2018 par l’ancien président américain Donald Trump.

En janvier 2021, Téhéran avait accusé Séoul de tenir « en otage » sept milliards de dollars (7,1 milliards d’euros) lui appartenant, appelant à plusieurs reprises la partie coréenne à les débloquer.

L’agence Irna a précisé que « Washington poursuit en même temps la libération de ses citoyens détenus en Téhéran et le déblocage des fonds iraniens en Corée du Sud ».

Des négociations sont en cours depuis avril 2021 entre Téhéran et les Occidentaux pour tenter de faire revenir les Etats-Unis dans l’accord international sur le programme nucléaire iranien de 2015, avec à la clé pour la République islamique une levée des mesures punitives qui permettrait à l’Iran de disposer de ses fonds gelés à l’étranger.

Le retrait unilatéral des Etats-Unis de l’accord en 2018 et la réimposition de sanctions économiques sévères avaient incité l’Iran à revenir sur ses propres engagements.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...