L’Iran « réagira » à une prolongation des sanctions américaines
Rechercher

L’Iran « réagira » à une prolongation des sanctions américaines

L'ayatollah Ali Khamenei considère que la prolongation serait "une violation" de l'accord nucléaire et qu'elle ne laissera pas l'Iran indifférente

Ayatollah Ali Khamenei (Crédit : CC-BY-SA DragonFire1024/Wikipedia)
Ayatollah Ali Khamenei (Crédit : CC-BY-SA DragonFire1024/Wikipedia)

L’Iran « réagira certainement » à une prolongation des sanctions américaines pour dix ans, a mis en garde mercredi le guide suprême Ali Khamenei en affirmant que ce serait « une violation » de l’accord nucléaire.

Conclu en juillet 2015 et entré en vigueur en janvier, cet accord entre six grandes puissances –dont les Etats-Unis– et l’Iran prévoit une levée progressive des sanctions internationales visant Téhéran, en échange d’un strict encadrement de ses activités nucléaires à des fins civiles par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

« Si les sanctions américaines sont prolongées pour 10 ans, c’est assurément une violation » de l’accord nucléaire et les Américains « doivent savoir que la République islamique d’Iran réagira certainement à cela », a déclaré le guide lors d’un discours prononcé devant des milliers de membres de la milice des Bassijis, retransmis à la télévision d’Etat.

« L’accord nucléaire de doit pas devenir un outil pour mettre la pression sur le peuple iranien », a-t-il ajouté.

La Chambre des représentants américaine a voté la semaine dernière une prolongation des sanctions pour 10 ans, le Sénat devant le faire en décembre. Ce sera ensuite au président américain sortant Barack Obama d’approuver ou non cette prolongation.

Les Etats-Unis ont suspendu les sanctions anti-iranniennes liées au nucléaire, mais en imposent d’autres liées au non-respect des droits de l’Homme par Téhéran, à son soutien au terrorisme au Moyen-Orient et à son programme de missiles balistiques.

L’ensemble des sanctions américaines, imposées depuis 1996, est renouvelé tous les dix ans.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...