Israël en guerre - Jour 257

Rechercher

L’armée indique que plus de 100 membres du Hamas ont été tués mardi à Khan Younès

Le bilan des victimes militaires israéliennes dans l'enclave est de 219 morts ; le plus grand site souterrain de production d’armes découvert à ce jour dans le sud de Gaza ; Tsahal annonce la destruction au Liban d’un "atout militaire" du Hezbollah et de l’Iran

Illustration : Une photo prise à Rafah montre de la fumée s'élevant au-dessus de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, lors de frappes aériennes israéliennes, le 22 janvier 2024. (Crédit : AFP)
Illustration : Une photo prise à Rafah montre de la fumée s'élevant au-dessus de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, lors de frappes aériennes israéliennes, le 22 janvier 2024. (Crédit : AFP)

Les frappes américaines ont détruit plus de 25 sites de tirs de missiles Houthis et 20 missiles

Les États-Unis ont détruit ou dégradé plus de 25 installations de tirs de missiles des Houthis et plus de 20 missiles au Yémen depuis le début de leurs frappes dans le pays au début du mois, a indiqué le Pentagone.

Netanyahu voudrait que Washington exerce davantage de pression sur le Qatar, médiateur « problématique »

Lors d’une récente réunion avec des familles des otages, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que le rôle de médiateur du Qatar entre Israël et le groupe terroriste palestinien était « problématique ». Il a semblé exprimer sa déception à l’égard de Washington, qui n’exerce pas davantage de pression sur l’État du Golfe qui abrite des dirigeants du Hamas.

« Je pense que vous devez parler au cœur de la communauté internationale pour faire pression sur ceux qui peuvent faire pression », a dit Netanyahu aux familles, selon un enregistrement divulgué ce soir par la Douzième chaîne.

Il a affirmé qu’il était important de s’adresser d’abord au Qatar, notant qu’il ne remerciait pas pour autant publiquement le pays pour le rôle qu’il joue.

« Le Qatar, de mon point de vue, n’est pas différent par essence des Nations unies… et la Croix-Rouge. [Le Qatar] est encore plus problématique », a-t-il dit, ajoutant toutefois qu’il était prêt à parler à toute personne « qui pourrait m’aider à les ramener à la maison ».

« Je ne me fais aucune illusion à leur sujet. Ils ont une influence [sur le Hamas]… Parce que [le Qatar] les finance. »

Netanyahu dit qu’il s’est mis « récemment en colère contre les Américains » pour avoir renouvelé un accord visant à prolonger la présence militaire américaine dans une base au Qatar pour 10 ans supplémentaires.

En plus d’héberger les dirigeants du Hamas, le Qatar abrite également la plus grande base américaine au Moyen-Orient et est un allié majeur des États-Unis hors OTAN.

Modifier l’accord militaire entre les deux pays « exercerait une pression [sur le Qatar] », a déclaré Netanyahu dans l’enregistrement.

Il a également déclaré que le Qatar avait donné à Israël son engagement sur le fait que des médicaments indispensables à la vie des otages leur parviendraient, comme convenu dans un accord négocié par Doha et Paris la semaine dernière. L’accord prévoyait également la fourniture d’équipements médicaux, de nourriture et d’autres aides aux Palestiniens de la bande de Gaza, déchirée par la guerre.

Netanyahu a précédemment admis que l’engagement du Qatar à livrer des médicaments aux otages était le seul élément dont disposait Israël pour s’assurer que les produits seraient bien livrés.

« Nous le saurons dans quelques jours, peut-être avant », a déclaré Netanyahu aux familles présentes lors de la réunion.

Le secrétaire militaire de Netanyahu, le général de brigade Avi Gil, a déclaré aux familles qu’Israël était « censé recevoir, via les Qataris, une sorte de confirmation… que [les otages] ont reçu les médicaments ».

Tsahal déclare que plus de 100 membres du Hamas ont été tués aujourd’hui autour de Khan Younès

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré lors d’une conférence de presse dans la soirée que les troupes avaient tué aujourd’hui, au cours de combats intenses, plus de 100 membres du Hamas dans la région ouest de Khan Younès.

« Les troupes sur le terrain poursuivent leur mission avec détermination », a déclaré Hagari, un jour après qu’une explosion ait tué 21 soldats, l’incident le plus meurtrier pour l’armée israélienne dans le cadre de ses opérations terrestres à Gaza.

« Nos forces poursuivent une vaste offensive sur l’ouest de Khan Younès, l’un des principaux bastions du Hamas. Il s’agit d’une zone complexe, densément peuplée, et de nombreux terroristes du Hamas s’y cachent, y compris dans des sites sensibles, essayant de surprendre nos forces », a-t-il dit.

« Les forces se battent courageusement, avec diverses méthodes… et avec un soutien aérien et de renseignement rapproché », a expliqué Hagari.

Il a affirmé que les troupes étaient occupées à détruire les infrastructures du Hamas, notamment les tunnels, et qu’elles avaient tué plus de 100 hommes armés dans la région aujourd’hui.

Interrogé sur le drame d’hier, au cours duquel une cellule du Hamas a réussi à lancer des RPG sur des troupes opérant à seulement 600 mètres de la frontière, Hagari a répondu : « Il existe encore des cellules terroristes isolées près de la frontière. »

« Des forces de Tsahal continuent d’attaquer ces escouades afin de créer les conditions nécessaires au retour des habitants », a-t-il dit.

Hagari a prévenu que de petites cellules du Hamas « continueraient à nous attaquer et qu’il faudra constamment revenir en arrière et approfondir les acquis ».

Au Caire, l’envoyé américain se concentrera sur une pause humanitaire et un éventuel accord

L’envoyé américain au Moyen-Orient, Brett McGurk, est au Caire pour des discussions « actives » sur la libération des otages détenus par le Hamas à Gaza et l’obtention d’une pause humanitaire, a indiqué la Maison Blanche.

Le porte-parole de la Maison Blanche, John Kirby, a déclaré que l’administration Biden soutiendrait une pause humanitaire plus longue. Il a refusé de préciser un calendrier et a prévenu qu’il ne qualifierait pas les discussions de « négociations ».

Il a ajouté que McGurk discutait également d’autres questions, notamment l’obtention d’une évaluation au sujet des opérations militaires israéliennes et de leurs efforts pour protéger les civils, ainsi que de la poursuite de l’idée d’une normalisation des relations israélo-saoudiennes.

Kirby a réitéré l’insistance de Washington sur le fait que la future direction de Gaza après le conflit ne pourrait pas inclure les dirigeants du Hamas.

« Quelle que soit la forme que prendra la gouvernance à Gaza, une fois celle-ci terminée, elle devra être représentative des aspirations du peuple palestinien, qui n’est pas représenté par le Hamas », a-t-il déclaré.

Un journal arabe révèle comment les dirigeants du Hamas à Gaza et à l’extérieur communiquent

Le quotidien saoudien de langue arabe Asahrq Al-Awsat, basé à Londres, a révélé le système de communication utilisé par les dirigeants et responsables du Hamas afin d’échanger des messages dans la clandestinité sans être détecté par Israël.

Citant des sources proches des dirigeants du groupe terroriste, le quotidien a rapporté que le Hamas et sa branche militaire, les Brigades al-Qassam, s’appuyaient depuis 2009 sur un réseau de communications terrestres initialement développé par les ingénieurs d’al-Qassam et amélioré au fil des années avec une technologie introduite clandestinement de l’étranger.

Les standards auraient été installés sous terre et connectés à d’anciennes lignes fixes en surface.

Les sources ajoutent qu’Israël a connaissance de ce système depuis des années et avait tenté de le pirater ou de le détruire à plusieurs reprises.

Le réseau aurait fonctionné jusqu’au début de la guerre et aurait été utilisé pour discuter des détails de la trêve de novembre avec Israël et de la libération des otages, selon des sources. Certaines personnes ont été chargées de suivre les requêtes de la direction du groupe à l’étranger et de relayer les décisions prises à Gaza grâce à l’utilisation de logiciels cryptés.

Après la conclusion de la trêve et à la lumière des avancées de Tsahal sur le terrain à Gaza, les dirigeants du Hamas auraient été contraints de recourir à une méthode de communication plus rudimentaire – en échangeant des messages écrits sur des morceaux de papier portés par les membres et les collaborateurs du Hamas.

La même méthode est utilisée pour transmettre des messages à ceux qui sont en contact avec les dirigeants à l’étranger. Ces derniers n’ont cependant pas le droit de prendre des décisions sans l’approbation des plus hauts niveaux au sein de la bande de Gaza, en particulier de celle de Yahya Sinwar, selon des sources.

Le plus grand site souterrain de production d’armes découvert à ce jour dans le sud de Gaza

Les troupes israéliennes opèrent à l’intérieur d’un tunnel du Hamas dans la région de Khan Younès, sur une image publiée par Tsahal le 23 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Les troupes israéliennes opèrent à l’intérieur d’un tunnel du Hamas dans la région de Khan Younès, sur une image publiée par Tsahal le 23 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne affirme avoir localisé un important réseau de tunnels du Hamas dans la région de Khan Younès, qui abrite le plus grand site souterrain de production d’armes découvert à ce jour dans le sud de Gaza.

Les troupes de la 7e brigade blindée et l’équipe d’élite du génie de combat Yahalom ont opéré dans ce que Tsahal qualifie de bastion « stratégique et central » du Hamas à Khan Younès, dans une zone résidentielle et à proximité de deux écoles.

Alors que les troupes effectuaient un raid dans la zone, Tsahal a affirmé que des membres du Hamas avaient ouvert le feu et lancé des RPG, et fait exploser les entrées de plusieurs tunnels dans la zone, dans le but d’empêcher les troupes d’y entrer.

L’armée israélienne affirme avoir mené plusieurs combats contre « de nombreux » hommes armés du Hamas dans la région, les tuant lors de combats rapprochés, par des tirs de mitrailleuses, des bombardements de chars et des frappes aériennes.

La 7e Brigade et les soldats de Yahalom ont localisé plusieurs entrées de tunnels dans la zone, qui, selon Tsahal, menaient à un réseau de tunnels d’environ 1,5 kilomètres de long, où le Hamas cachait une usine souterraine de fabrication de roquettes, la plus grande du sud de Gaza.

Après enquête, l’ouverture du tunnel a été détruite par les ingénieurs de combat.

Tsahal annonce la destruction au Liban d’un « atout militaire » du Hezbollah et de l’Iran

Illustration : Des volutes de fumée s'élèvent au-dessus du village de Shihine, dans le sud du Liban, à la frontière avec Israël, lors d'une frappe aérienne israélienne le 22 janvier 2024. (Credit : KAWNAT HAJU / AFP)
Illustration : Des volutes de fumée s'élèvent au-dessus du village de Shihine, dans le sud du Liban, à la frontière avec Israël, lors d'une frappe aérienne israélienne le 22 janvier 2024. (Credit : KAWNAT HAJU / AFP)

L’armée israélienne affirme avoir détruit des « moyens militaires » appartenant au Hezbollah et aux forces iraniennes au Liban.

Ces frappes auraient eu lieu en riposte à une attaque de missiles du Hezbollah sur une importante base de contrôle du trafic aérien dans le nord d’Israël plus tôt dans la journée.

Par voie de communiqué, l’armée israélienne a déclaré que ses avions de chasse avaient détruit « un actif militaire utilisé par l’organisation terroriste du Hezbollah et exploité par les forces iraniennes ».

D’autres cibles du Hezbollah ont été détruites aujourd’hui dans le sud du Liban, a ajouté Tsahal.

Le Hamas a tiré avec un RPG sur le bâtiment, puis sur le char, tuant 21 réservistes

Selon les nouveaux détails de l’enquête menée par Tsahal sur l’explosion survenue hier dans le centre de Gaza, qui a coûté la vie à 21 réservistes, un RPG aurait été tiré sur le bâtiment, par des terroristes du Hamas qui se cachaient à proximité, dans une plantation.

Deux bâtiments, situés à quelque 600 mètres de la frontière israélienne, avaient été truffés d’une vingtaine de mines destinées à exploser. Des tirs de RPG tirés d’une distance de quelques dizaines de mètres ont vraisemblablement déclenché les mines, provoquant l’effondrement des structures et la mort de 19 soldats qui se trouvaient à l’intérieur et à proximité des bâtiments.

Un char de Tsahal qui surveillait l’opération a repéré les terroristes du Hamas et s’apprêtait à riposter, mais avant qu’il ne puisse le faire, les terroristes ont tiré un autre RPG, qui a touché le char, tuant deux soldats.

La cellule du Hamas a fui après l’attaque.

Tsahal examine actuellement les mécanismes de sécurité prévus pour ces opérations, ainsi que le nombre de soldats présents à proximité et à l’intérieur des bâtiments à démolir.

Halevi sur les 21 réservistes tués : « Nous partageons la douleur, trop grande, des familles »

Le chef d'état-major des Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, le 23 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Le chef d'état-major des Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, le 23 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, a publié un vidéocommuniqué sur la mort de 21 soldats dans une explosion suivie de l’effondrement d’un bâtiment dans le centre de la bande de Gaza hier.

« Nous partageons le chagrin de leurs familles pour cette lourde perte, et nous savons que la douleur est trop grande pour être supportée », dit Halevi.

« Ce que j’aimerais que les familles sachent, si cela peut les réconforter, c’est que les soldats sont tombés au combat près de la barrière frontalière, au cours d’une opération défensive dans la zone tampon entre les communautés israéliennes et la bande de Gaza. Cette mission a pour objectif de créer les conditions de sécurité nécessaires au retour des habitants [des communautés frontalières de Gaza] chez eux », a-t-il ajouté.

« C’est à cette fin que nous menons cette guerre, qui a été déclenchée par une tentative cruelle de mettre fin à la vie, et nous sommes plus déterminés que jamais à ramener la vie ici, avec plus d’intensité encore », a poursuivi Halevi.

Le chef d’état-major a indiqué qu’il s’était rendu sur les lieux de l’incident, où il a rencontré les commandants et été informé des premiers éléments de l’enquête sur l’explosion.

« Nous allons, comme toujours, mener une enquête approfondie sur l’incident et tirer les leçons des combats, afin qu’un tel incident ne se reproduise plus », a affirmé Halevi.

Il a prévenu que les combats à Gaza se prolongeront et qu’ils entraîneront « de nombreux autres défis », raison pour laquelle Tsahal fait sortir ses forces pour des périodes de repos et de récupération.

« En ce jour difficile, il est important d’ajouter que nous nous battons depuis 108 jours et que nous n’oublions pas le 7 octobre, que nous n’oublions pas la raison qui nous a entraînés dans cette guerre », a continué Halevi.

Tsahal a, selon lui, « étendu les combats à Khan Younès, obtenant des résultats plus importants, tout en continuant à se battre dans le nord de la bande de Gaza et en approfondissant les résultats obtenus ».

« En ce jour, nous ressentons le coût élevé et douloureux de la guerre, mais la guerre que nous menons actuellement est nécessaire et ne ressemble à aucune autre. Nous continuerons à nous battre pour notre droit évident à vivre ici en sécurité », a conclu Halevi.

Tsahal détruit des tunnels du Hamas en périphérie de Khan Younès

Illustration : Une capture d'écran d'une vidéo d'un vaste réseau de tunnels du Hamas découvert dans le camp de Jabaliya, au nord de Gaza, et révélé le 24 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Illustration : Une capture d'écran d'une vidéo d'un vaste réseau de tunnels du Hamas découvert dans le camp de Jabaliya, au nord de Gaza, et révélé le 24 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne, qui intervient en ce moment-même au coeur de Khan Younès, vient d’annoncer que les réservistes de la brigade sud de la division de Gaza avaient mis un terme aux opérations offensives et défensives en périphérie de cette ville du sud de Gaza.

Les troupes du 630e bataillon de réserve sont intervenus, avec le concours des ingénieurs de combat, pour localiser et détruire les sorties de « tunnel d’attaque » du Hamas et d’autres infrastructures souterraines dans le nord de Khan Younès, a expliqué l’armée israélienne.

Toujours dans le cadre des opérations de la Brigade Sud, des réservistes de la 261e Brigade ont contribué à la destruction des infrastructures du Hamas dans la zone frontalière, a ajouté Tsahal.

Lors de l’opération d’hier, le Hamas a utilisé des lance-grenades contre les soldats, touché un char et déclenché des mines que l’armée israélienne destinait à la démolition de deux bâtiments, pour un bilan humain de 21 soldats tués.

Il s’agit à ce jour de l’incident le plus meurtrier de l’offensive terrestre de Tsahal à Gaza.

Une base stratégique du contrôle aérien légèrement endommagée par un tir du Hezbollah

Tsahal a signalé qu’un barrage de roquettes et de missiles lancés par le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah depuis le Liban avait légèrement endommagé une base stratégique de contrôle du trafic aérien située au sommet du mont Meron.

Selon Tsahal, plusieurs des projectiles ont été interceptés par le système de défense aérienne Dôme de fer.

La frappe sur la base du mont Meron n’a fait aucun blessé, selon Tsahal, ajoutant que l’incident fait l’objet d’une enquête plus approfondie.

Tsahal a déclaré avoir mis en place des systèmes d’urgence afin d’assurer le fonctionnement de la base de contrôle du trafic aérien, ajoutant que « les capacités de détection de l’armée de l’air n’ont pas été endommagées ».

Netanyahu, Gallant, Gantz : « Nous nous inclinons, mais nous ne nous arrêterons pas avant une victoire aboslue »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu fait une déclaration sur la mort de 21 soldats à Gaza, depuis un meeting à Ramat Korazim, dans le nord d'Israël, le 23 janvier 2024 (Crédit : Capture d'écran ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu fait une déclaration sur la mort de 21 soldats à Gaza, depuis un meeting à Ramat Korazim, dans le nord d'Israël, le 23 janvier 2024 (Crédit : Capture d'écran ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le ministre de la Défense Yoav Gallant et le ministre du Cabinet de guerre Benny Gantz ont publié un vidéocommuniqué commun dans lequel ils s’engagent à poursuivre la guerre avec toute la force nécessaire, malgré la perte de 24 soldats hier.

« Nous nous inclinons à la mémoire de ceux qui sont tombés au combat, mais nous ne relâchons pas un seul instant nos efforts pour atteindre notre objectif incontournable : la victoire totale », a déclaré Netanyahu, avant une réunion à Ramat Korazim avec les responsables des municipalités du nord. « C’est ensemble que nous nous battrons et c’est ensemble que nous gagnerons. »

« Nous continuons en ce moment même, dans l’esprit de ceux qui sont tombés au champ d’honneur, » a ajouté le général Gallant, « à mener à bien nos missions et à faire tout ce qu’il faut pour cela. Nos forces opèrent en plein territoire ennemi, à Khan Younès ; les combattants des paras, de la 7e brigade, de Givati, sont présents dans tout le sud de l’enclave. »

Concernant la frontière nord, Gallant a indiqué qu’Israël « garde un œil sur tout ce qui se passe dans le nord. Le Hezbollah continue ses provocations… »

« Nous sommes prêts, nous ne voulons pas la guerre, mais nous sommes prêts à faire face à toute situation qui pourrait se développer dans le nord. »

« Ce matin, nos cœurs étaient meurtris en pensant à ceux qui sont tombés et à leurs familles, mais nous sommes tous unis par la tâche importante pour laquelle ils sont tombés et l’objectif qu’il nous reste à atteindre : assurer la sécurité d’Israël, la sécurité de nos enfants et l’avenir de ce pays », a affirmé Gantz.

Le ministre Benny Gantz fait une déclaration sur la mort de 21 soldats à Gaza, lors d’une réunion à Ramat Korazim, dans le nord d’Israël, le 23 janvier 2024 (Crédit : Capture d’écran ; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur les droits d’auteur)

« Nous le ferons ensemble, nous le ferons unis. Je vous demande de soutenir les familles endeuillées, afin qu’elles sachent que nous devons continuer. Je n’ai aucun doute sur le fait que quand nos soldats sont partis en mission hier, ils voulaient que nous continuions, et c’est ce que nous ferons », a ajouté Gantz.

Menace de « famine imminente » dans la bande de Gaza – ONU

Cette photographie prise le 22 janvier 2024, à la périphérie sud de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, montre des familles palestiniennes fuyant la ville. (Crédit : AFP)
Cette photographie prise le 22 janvier 2024, à la périphérie sud de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, montre des familles palestiniennes fuyant la ville. (Crédit : AFP)

Gaza est « menacée d’une famine imminente », a averti le Programme alimentaire mondial (PAM) mardi.

Déjà en décembre, l’agence onusienne avait fait état de la situation pour les 2,2 millions de personnes vivant à Gaza, qui se trouvaient à un niveau d’insécurité alimentaire aiguë, voire pire.

« Chaque jour qui passe on évolue, bien sûr, vers une situation encore bien plus catastrophique », a affirmé Abeer Etefa, la porte-parole du PAM pour le Moyen-Orient lors du briefing régulier de l’ONU à Genève.

Elle a pointé « une menace imminente de famine », en visioconférence du Caire, ajoutant que « le risque d’avoir des poches de famine à Gaza est toujours présent. »

« Plus d’un demi-million de personnes à Gaza sont confrontées à des niveaux d’insécurité alimentaire catastrophiques et le risque de famine augmente chaque jour, car le conflit limite la fourniture d’une aide alimentaire vitale pour les personnes dans le besoin », a souligné Mme Etefa.

Selon Mme Etefa environ 70% des demandes de livraison de nourriture au nord de Gaza ont été rejetées par les autorités israéliennes.

Les deux dernières livraisons vers le nord de 200 tonnes de nourriture pour 15 000 personnes ont eu lieu autour de la mi-janvier.

« C’est vraiment un très petit nombre », a déclaré la porte-parole.

« C’est pourquoi nous voyons les gens devenir plus désespérés », car ils ne savent si et quand les camions vont pouvoir repasser.

Depuis le début janvier, plus de 730 camions transportant plus de 13 000 tonnes de nourriture sont entrés à Gaza, a indiqué le PAM.

Des responsables occidentaux et arabes ont soutenu l’affirmation d’Israël selon laquelle le Hamas stocke de la nourriture et du carburant dans la bande de Gaza, empêchant ainsi les habitants qui en ont désespérément besoin de s’en procurer.

Israël accuse en outre les organisations internationales de retard dans le transfert de l’aide à la bande de Gaza.

Le président iranien Raïssi en visite mercredi à Ankara

Le président iranien Ebrahim Raïssi lors d'une interview avec la chaîne de télévision publique qatarie Al-Jazeera, à Téhéran, le 28 octobre 2023. (Crédit : Présidence iranienne/AFP)
Le président iranien Ebrahim Raïssi lors d'une interview avec la chaîne de télévision publique qatarie Al-Jazeera, à Téhéran, le 28 octobre 2023. (Crédit : Présidence iranienne/AFP)

Le président iranien Ebrahim Raïssi se rendra mercredi à Ankara, après deux reports de sa visite, pour s’entretenir avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, a indiqué mardi à l’AFP une source diplomatique turque.

L’agence de presse officielle iranienne Irna a également annoncé la visite en Turquie du chef de l’Etat iranien, déjà annoncée fin novembre puis début janvier après un double attentat revendiqué par le groupe jihadiste État islamique, qui avait fait 89 morts.

Selon des analystes, les deux dirigeants s’entretiendront de la guerre entre Israël et le Hamas qui menace de s’étendre en conflit régional..

Alertes à la roquette à Kfar Giladi

Les sirènes de roquettes retentissent à Kfar Giladi, près de la frontière nord avec le Liban.

Les communautés proches de la frontière nord sont en grande partie évacuées des civils.

Plus tôt, le Hezbollah a déclaré qu’il avait de nouveau pris pour cible une base sensible de contrôle du trafic aérien des forces israéliennes dans le nord d’Israël avec un barrage de roquettes.

Le Hezbollah dit avoir visé la base militaire de Meron

Le Hezbollah libanais a affirmé avoir visé mardi « pour la deuxième fois » une base militaire dans le nord d’Israël, en réponse « aux récents assassinats et agressions répétées contre les civils » au Liban et en Syrie.

Le Hezbollah a déclaré dans un communiqué avoir ciblé la base de Meron à l’aide « d’un grand nombre de missiles ». Il avait déjà annoncé avoir ciblé cette base le 6 janvier, en représailles à l’élimination imputée à Israël du numéro deux du groupe terroriste islamiste palestinien du Hamas au Liban.

L’armée n’a fait aucun commentaire.

La Compagnie israélienne d’électricité indique que le courant est interrompu dans la région, vraisemblablement en raison des tirs de roquettes.

Au début du mois, les forces israéliennes ont déclaré que la base avait été endommagée par une attaque de missiles du Hezbollah.

Troisième alerte à la roquette en une heure au nord d’Israël

Pour la troisième fois en un peu plus d’une heure, des sirènes de roquettes retentissent dans des villes proches de la frontière avec le Liban.

Des alertes signalant des tirs imminents sont entendues à Zivon, Kfar Hoshen, Sassa et Shefer.

Depuis le 8 octobre, les forces dirigées par le Hezbollah ont attaqué presque quotidiennement des communautés israéliennes et des postes militaires le long de la frontière, le groupe terroriste soutenu par l’Iran affirmant qu’il le fait pour soutenir Gaza dans le cadre de la guerre d’Israël contre le groupe terroriste Hamas.

Nouvelles alertes dans des villes proches de la frontière libanaise

Des sirènes de roquettes retentissent dans les villes d’Avivim, Baram et Yir’on, à la frontière libanaise.

C’est la deuxième fois en l’espace d’une heure que des alertes signalent des tirs de roquettes dans des villes proches de la frontière septentrionale.

Depuis le 8 octobre, les forces dirigées par le Hezbollah ont attaqué presque quotidiennement des communautés israéliennes et des postes militaires le long de la frontière, le groupe terroriste soutenu par l’Iran affirmant qu’il le fait pour soutenir Gaza dans le cadre de la guerre d’Israël contre le groupe terroriste Hamas.

Alerte à la roquette dans les villes du nord près de la frontière libanaise

Des sirènes de roquettes retentissent dans les villes d’Arab al-Aramshe, d’Idmit, d’Eilon et de Goren, situées au nord de la frontière libanaise.

Depuis le 8 octobre, les forces dirigées par le Hezbollah ont attaqué presque quotidiennement des communautés israéliennes et des postes militaires le long de la frontière, le groupe terroriste soutenu par l’Iran affirmant qu’il le fait pour soutenir Gaza dans le cadre de la guerre d’Israël contre le groupe terroriste Hamas.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.