Israël en guerre - Jour 150

Rechercher

Hagari : 3 citoyens considérés comme disparus sont actuellement otages à Gaza

Le COGAT accuse l'ONU de "bloquer" l'aide à Gaza et "d'ignorer les faits" Opération anti-terroriste de 40 heures en Cisjordanie ; Le Hezbollah et Israël ne souhaitent pas clairement entrer en guerre - responsable US ; Antony Blinken et Amos Hochstein en Israël

  • De gauche à droite : Hanan Yablonka, Idan Shtivi et Ilan Weiss, qui, selon l'armée israélienne, font partie des personnes détenues à Gaza au 4 janvier 2024. (Autorisation)
    De gauche à droite : Hanan Yablonka, Idan Shtivi et Ilan Weiss, qui, selon l'armée israélienne, font partie des personnes détenues à Gaza au 4 janvier 2024. (Autorisation)
  • Le 22 décembre 2023, des soldats israéliens inspectent des camions d’aide humanitaire arrivant d’Égypte, du côté israélien du poste frontalier de Kerem Shalom avec le sud de la bande de Gaza, en pleine guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien Hamas. (Crédit : Alberto Pizzoli/AFP)
    Le 22 décembre 2023, des soldats israéliens inspectent des camions d’aide humanitaire arrivant d’Égypte, du côté israélien du poste frontalier de Kerem Shalom avec le sud de la bande de Gaza, en pleine guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien Hamas. (Crédit : Alberto Pizzoli/AFP)
  • L'envoyé spécial américain Amos Hochstein (au centre) arrive à une réunion avec le président du Parlement libanais à Beyrouth, le 7 novembre 2023, dans un contexte de tensions persistantes à la frontière libano-israélienne, un mois après le début de la guerre entre le Hamas et Israël. (Crédit : AFP)
    L'envoyé spécial américain Amos Hochstein (au centre) arrive à une réunion avec le président du Parlement libanais à Beyrouth, le 7 novembre 2023, dans un contexte de tensions persistantes à la frontière libano-israélienne, un mois après le début de la guerre entre le Hamas et Israël. (Crédit : AFP)
  • Le secrétaire d'État Antony Blinken s'exprime lors d'une réunion avec des responsables des droits de l'homme au département d'État, le 7 décembre 2023, à Washington. (Crédit : AP/Alex Brandon)
    Le secrétaire d'État Antony Blinken s'exprime lors d'une réunion avec des responsables des droits de l'homme au département d'État, le 7 décembre 2023, à Washington. (Crédit : AP/Alex Brandon)
  • Des partisans du Hezbollah, soutenu par l'Iran, lors du discours du chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, lors d'une cérémonie marquant le quatrième anniversaire de l'assassinat du général Qassem Soleimani, à Beyrouth, le 3 janvier 2024. (Crédit : ANWAR AMRO / AFP)
    Des partisans du Hezbollah, soutenu par l'Iran, lors du discours du chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, lors d'une cérémonie marquant le quatrième anniversaire de l'assassinat du général Qassem Soleimani, à Beyrouth, le 3 janvier 2024. (Crédit : ANWAR AMRO / AFP)
  • Le discours du chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, lors d'une cérémonie marquant le quatrième anniversaire de l'assassinat du général Qassem Soleimani, à Beyrouth, le 3 janvier 2024. (Crédit : AP/Hassan Ammar)
    Le discours du chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, lors d'une cérémonie marquant le quatrième anniversaire de l'assassinat du général Qassem Soleimani, à Beyrouth, le 3 janvier 2024. (Crédit : AP/Hassan Ammar)

Hanan Yablonka, Idan Shtivi et Ilan Weiss, les 3 Israéliens portés disparus confirmés otages

De gauche à droite : Hanan Yablonka, Idan Shtivi et Ilan Weiss, qui, selon l'armée israélienne, font partie des personnes détenues à Gaza au 4 janvier 2024. (Autorisation)
De gauche à droite : Hanan Yablonka, Idan Shtivi et Ilan Weiss, qui, selon l'armée israélienne, font partie des personnes détenues à Gaza au 4 janvier 2024. (Autorisation)

Les trois Israéliens dont l’armée israélienne a confirmé plus tôt dans la soirée qu’ils faisaient partie des personnes captives à Gaza se nomment Hanan Yablonka, Idan Shtivi et Ilan Weiss.

Les trois hommes étaient portés disparus jusqu’à aujourd’hui.

187 camions humanitaires sont entrés à Gaza aujourd’hui via Israël et l’Egypte — COGAT

Des camions d'aide humanitaire se dirigent vers Gaza, le 4 janvier 2024. (Crédit : COGAT)
Des camions d'aide humanitaire se dirigent vers Gaza, le 4 janvier 2024. (Crédit : COGAT)

187 camions transportant de la nourriture, de l’eau, des fournitures médicales et du matériel d’abri ont été inspectés et transférés aujourd’hui vers la bande de Gaza via les points de passage de Rafah en Égypte et de Kerem Shalom en Israël, a indiqué la liaison militaire israélienne avec les Palestiniens.

Quatre-vingt-huit camions ont été inspectés au terminal israélien de Nitzana et sont entrés à Gaza via le terminal de Rafah.

Quatre-vingt-dix-sept camions ont été inspectés et transférés à Gaza via le terminal de Kerem Shalom.

Israël s’est engagé, lors d’une trêve en novembre, à autoriser l’arrivée de deux cents camions d’aide chaque jour.

Le pays affirme inspecter des centaines de camions chaque jour, mais indique que l’ONU et l’Égypte n’ont pas réussi à suivre le rythme, ce qui a conduit à une quantité insuffisante d’aide arrivant à Gaza.

L’ONU affirme que la distribution de grandes quantités d’aide est pratiquement impossible tant que la campagne militaire israélienne se poursuivra.

Des anciens responsables militaires vont enquêter sur les échecs qui ont mené au 7 octobre

Le chef d'état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi (au centre), visite la frontière nord d'Israël, le 3 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Le chef d'état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi (au centre), visite la frontière nord d'Israël, le 3 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Le chef d’état-major de Tsahal, le général Herzi Halevi, a formé une équipe d’anciens responsables militaires pour enquêter sur les échecs de l’armée qui ont conduit au massacre mené par le Hamas le 7 octobre.

La décision intervient 90 jours après que le Hamas a lancé son attaque terroriste contre le sud d’Israël.

La formation de l’équipe a été rapportée par le site d’information Ynet, puis confirmée au Times of Israel par Tsahal.

L’ancien chef d’état-major de Tsahal Shaul Mofaz, l’ancien chef de la Direction du renseignement militaire Aharon Zeevi-Farkash, l’ancien chef du Commandement du Sud Sami Turgeman et l’ancien chef de la Direction des opérations Yoav Har-Even devraient faire partie de l’équipe d’enquêteurs.

Kirby : pas de la faute de l’UNRWA, que le Hamas utilise ses infrastructures civiles

Une femme porte un nourrisson dans la cour de récréation d'une école contrôlée par l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) qui a été convertie en abri pour les Palestiniens déplacés, à Khan Yunis dans le sud de la bande de Gaza, le 25 octobre 2023. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
Une femme porte un nourrisson dans la cour de récréation d'une école contrôlée par l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) qui a été convertie en abri pour les Palestiniens déplacés, à Khan Yunis dans le sud de la bande de Gaza, le 25 octobre 2023. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Lors de son point presse ce jeudi, John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, a déclaré que l’UNRWA accomplissait un « travail important » à Gaza.

Il répondait à un journaliste qui a suggéré que les États-Unis devraient repenser leur soutien à l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens, l’UNRWA, suite à des rapports de longue date selon lesquels ses installations seraient utilisées par les terroristes du Hamas.

« En fait, ils font actuellement le gros du travail en essayant d’acheminer de la nourriture, de l’eau et des médicaments à la population de Gaza dans toute la bande de Gaza… et ils le font malgré le grand risque », a dit Kirby.

« Vous ne pouvez pas les tenir responsables des déprédations du Hamas et de la manière dont le Hamas utilise les infrastructures civiles, y compris les hôpitaux, comme centres de commandement et de contrôle, pour le stockage d’armes, pour la détention d’otages », a-t-il poursuivi.

« Je vais laisser l’ONU évoquer cela avec son agence, et déclencher ou non certaines alarmes », a ajouté Kirby.

Des manifestants bloquent l’autoroute de Tel Aviv pour une libération des otages

Des dizaines de manifestants bloquent l'autoroute Begin à Tel Aviv, appelant à la libération des otages à Gaza, le 4 janvier 2024. (Autorisation)
Des dizaines de manifestants bloquent l'autoroute Begin à Tel Aviv, appelant à la libération des otages à Gaza, le 4 janvier 2024. (Autorisation)

Des dizaines de manifestants bloquent actuellement l’autoroute Begin à Tel Aviv, appelant les autorités à tout mettre en œuvre pour la libération des otages de Gaza.

La Maison Blanche ne songe pas à réduire son soutien à Israël

Le porte-parole du Conseil national de sécurité, John Kirby, s'exprimant lors d'une conférence de presse, à la Maison Blanche, à Washington, le 13 décembre 2023. (Crédit : Andrew Harnik/AP Photo)
Le porte-parole du Conseil national de sécurité, John Kirby, s'exprimant lors d'une conférence de presse, à la Maison Blanche, à Washington, le 13 décembre 2023. (Crédit : Andrew Harnik/AP Photo)

Pressé par l’augmentation des pertes civiles à Gaza, le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby, a déclaré que les États-Unis « n’ont rien vu qui puisse nous convaincre que nous devrions adopter une approche différente pour essayer d’aider Israël ».

Kirby a néanmoins estimé que le nombre de victimes civiles était trop élevé et déclaré que les États-Unis continuaient de discuter avec Israël sur la manière de réduire ce chiffre.

Gaza: Tsahal découvre et détruit une usine souterraine de fabrication d’armes du Hamas

Cette image de Tsahal montre l'entrée d'un réseau de tunnels sur la côte au centre de Gaza, le 4 janvier 2024. (Crédit : armée israélienne)
Cette image de Tsahal montre l'entrée d'un réseau de tunnels sur la côte au centre de Gaza, le 4 janvier 2024. (Crédit : armée israélienne)

Tsahal a annoncé que ses troupes avaient découvert, et détruit, une usine souterraine de fabrication d’armes du Hamas près de la côte au centre de la bande de Gaza.

La semaine dernière, les troupes de la 179e brigade blindée, l’unité commando Shayetet 13 de la marine et l’unité de génie de combat d’élite Yahalom ont effectué un raid dans un complexe du Hamas, où ils ont localisé plusieurs puits de tunnel, selon Tsahal.

Les puits de tunnel menaient à un réseau souterrain s’étendant sur des centaines de mètres, selon Tsahal, qui a ajouté que les troupes ont trouvé une cache d’armes, y compris des mortiers, des grenades et des RPG.

Non loin de là, plusieurs autres puits de tunnel ont été découverts par les troupes de Shayetet 13 et de Yahalom, qui menaient à un autre réseau souterrain de tunnels ramifiés, selon Tsahal.

Tsahal a précisé que les tunnels comportaient des sas d’explosion et que, derrière ceux-ci, les troupes ont découvert une usine de fabrication d’armes. La salle souterraine contenait des machines, des ventilateurs de refroidissement, des matériaux explosifs et du carburant pour fusées.

Les tunnels ont ensuite été détruits par les troupes du génie militaire.

Hagari : 3 citoyens considérés comme disparus sont actuellement otages à Gaza

Des gens passant devant des photos de civils pris en otage par des terroristes du Hamas à Gaza, sur la "Place des Otages", à Tel Aviv, le 19 décembre 2023. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)
Des gens passant devant des photos de civils pris en otage par des terroristes du Hamas à Gaza, sur la "Place des Otages", à Tel Aviv, le 19 décembre 2023. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré que trois Israéliens portés disparus depuis le 7 octobre sont actuellement retenus en otages par le Hamas dans la bande de Gaza.

Cela porte le nombre total d’otages dans la bande de Gaza à 136 – tous ne sont pas en vie.

Ce chiffre comprend les corps des soldats tombés au combat, Oron Shaul et Hadar Goldin depuis 2014, ainsi que deux civils israéliens, Avera Mengistu et Hisham al-Sayed, qui seraient tous deux vivants après être entrés dans la bande de Gaza de leur propre gré en 2014 et 2015 respectivement.

Gallant : Le Hamas ne doit pas s’attendre à voir Tsahal quitter la bande de Gaza de sitôt

Le ministre de la Défense Yoav Gallant visite la frontière du centre de Gaza, le 4 janvier 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant visite la frontière du centre de Gaza, le 4 janvier 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Lors d’une visite à la frontière au centre de la bande de Gaza aujourd’hui, le ministre de la Défense Yoav Gallant a déclaré que les terroristes du Hamas qui comptent sur un départ prochain de Tsahal de la bande de Gaza « devront revoir leur position et commencer à compter les heures qui les séparent de la fin de leur vie ».

« Dans le nord de la bande de Gaza, les troupes sont en train d’achever la mission en cours. Elles se réorganisent dans le but de mener bientôt des raids et des frappes aériennes », a expliqué le général Gallant.

Il a ajouté que dans le centre de la bande de Gaza, les combats « sont intenses ».

« Nos troupes travaillent en surface et sous la terre, détruisant les infrastructures centrales de l’organisation du Hamas, y compris les endroits où le Hamas fabriquait tous ses missiles et les distribuait à travers toute la bande de Gaza », a indiqué Gallant.

« Dans le sud de la bande de Gaza, une opération musclée est en cours et elle ne cesse de se consolider, tant en surface que sous terre », a-t-il ajouté.

Gallant a conclu en disant que « les terroristes qui ont commencé le décompte des heures jusqu’au départ des troupes de Tsahal vont devoir se raviser et commencer à compter les heures qui les séparent de la fin de leur vie sur cette terre, ce qui ne saurait tarder ».

Le groupe terroriste Etat islamique revendique l’attentat en Iran qui a fait 84 morts

Les services d'urgence iraniens arrivent sur le site où deux explosions successives ont frappé une foule célébrant l'anniversaire de l'assassinat en 2020 du général de la Garde Qasem Soleimani, près de la mosquée Saheb al-Zaman dans la ville de Kerman, dans le sud de l'Iran, le 3 janvier 2024. (Crédit : MEHR NEWS / AFP)
Les services d'urgence iraniens arrivent sur le site où deux explosions successives ont frappé une foule célébrant l'anniversaire de l'assassinat en 2020 du général de la Garde Qasem Soleimani, près de la mosquée Saheb al-Zaman dans la ville de Kerman, dans le sud de l'Iran, le 3 janvier 2024. (Crédit : MEHR NEWS / AFP)

Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué jeudi, alors que l’Iran observait une journée de deuil national, l’attentat dans le sud du pays qui a fait la veille 84 morts, près de la tombe du général Qassem Soleimani, ex-architecte des opérations militaires iraniennes au Moyen-Orient.

L’EI a indiqué via ses chaînes Telegram que deux de ses membres avaient « activé leur ceinture explosive » au milieu « d’un grand rassemblement d’apostats, près de la tombe de leur leader ‘Qassem Soleimani’ hier à Kerman, dans le sud de l’Iran ».

Jeudi, le ministre de l’Intérieur, Ahmad Vahidi, avait indiqué à l’agence locale Isna que la sécurité serait renforcée aux frontières poreuses avec l’Afghanistan et le Pakistan, qui sont un point de passage pour des groupes armés combattant le pouvoir iranien.

Plus tôt dans la journée, l’agence officielle Irna avait cité « une source informée », indiquant que la première déflagration avait été provoquée par un kamikaze, un homme, dont le corps avait été déchiqueté. Pour la seconde, l’enquête se poursuit mais il s’agissait très probablement également d’un kamikaze, a ajouté Irna.

L’armée indique avoir trouvé une garderie de l’UNRWA piégée par des terroristes en Cisjordanie

Des troupes trouvent des engins explosifs dans le camp de réfugiés de Nur Shams, en Cisjordanie, le 4 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Des troupes trouvent des engins explosifs dans le camp de réfugiés de Nur Shams, en Cisjordanie, le 4 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Les troupes de l’armée israélienne opérant dans le camp de réfugiés de Nur Shams en Cisjordanie ont découvert qu’une garderie de l’UNRWA avait été piégée par des terroristes locaux.

L’armée israélienne a rapporté avoir terminé un raid de 40 heures dans le camp situé près de Tulkarem, au cours duquel les troupes ont interrogé des centaines de suspects et arrêté 11 d’entre eux.

Les troupes ont également saisi de nombreuses armes et détruit des centaines d’engins explosifs, notamment ceux placés dans le bâtiment de l’UNRWA.

Deux soldats ont été blessés, un légèrement et un modérément, au cours du raid après qu’un engin explosif a été lancé sur eux.

Lors d’un autre raid aujourd’hui, dans la ville de Sir, dans le nord de la Cisjordanie, près de Jénine, un soldat a été grièvement blessé par un engin explosif, a ajouté l’armée israélienne.

L’unité d’élite de sauvetage 669 de Tsahal a évacué des centaines de soldats de Gaza

L'unité 669 effectue une évacuation médicale de la bande de Gaza, pendant l'offensive terrestre d'Israël, dans une image publiée le 4 janvier 2024. (Crédit : armée israélienne)
L'unité 669 effectue une évacuation médicale de la bande de Gaza, pendant l'offensive terrestre d'Israël, dans une image publiée le 4 janvier 2024. (Crédit : armée israélienne)

L’unité d’élite 669 de recherche et de sauvetage héliportée de l’armée de l’air israélienne a effectué des centaines d’évacuations médicales depuis l’intérieur de la bande de Gaza en pleine offensive terrestre de l’armée, transportant ainsi plus de 1 000 soldats blessés vers des hôpitaux en Israël, a indiqué l’armée.

Tsahal a précisé que l’unité 669, ainsi que l’unité d’élite 5515, une unité de mobilité opérationnelle et le réseau d’hélicoptères de transport de l’armée israélienne, ont opéré en étroite collaboration avec les forces terrestres dans la bande de Gaza au cours des combats contre le Hamas.

Selon les dernières données de Tsahal, l’offensive terrestre à Gaza, lancée le 27 octobre, a fait 175 morts et 1 006 blessés parmi les soldats.

Parmi les soldats blessés, 224 sont dans un état grave, 372 dans un état modéré et 410 dans un bon état.

L’armée indique avoir mené des frappes contre des sites du Hezbollah au sud du Liban

Une frappe aérienne de Tsahal au Liban contre des cibles du Hezbollah, le 4 janvier 2024. (Capture d’écran/X)
Une frappe aérienne de Tsahal au Liban contre des cibles du Hezbollah, le 4 janvier 2024. (Capture d’écran/X)

L’armée israélienne a indiqué qu’un avion de combat avait récemment mené des frappes aériennes sur plusieurs sites du Hezbollah dans le sud du Liban.

Les cibles comprenaient une position de tirs de roquettes, un poste d’observation et d’autres infrastructures utilisées par le groupe terroriste, selon Tsahal.

Un autre poste d’observation du Hezbollah a été touché par Tsahal dans le village de Maroun el-Ras, au sud du Liban, ajoute le communiqué.

L’armée israélienne a rapporté que les troupes avaient également ouvert le feu pour « éliminer une menace » dans la région d’Ayta ash-Shab, proche de la frontière israélienne.

Le Hezbollah a lui lancé plusieurs missiles sur Manara et Misgav Am au cours de la dernière heure.

L’armée israélienne a indiqué qu’elle bombardait les sites de lancement avec de l’artillerie.

Washington et Paris appellent à « éviter l’escalade au Liban et en Iran »

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken et son homologue française Catherine Colonna ont échangé mercredi pour travailler à « éviter l’escalade au Liban et en Iran » après des attaques dans ces deux pays du Moyen-Orient, a fait savoir jeudi le département d’Etat américain.

Les deux ministres ont discuté par téléphone de « l’importance de mesures visant à prévenir que le conflit à Gaza ne s’étende, dont des mesures visant à faire baisser la tension en Cisjordanie et à éviter l’escalade au Liban et en Iran », selon un communiqué du porte-parole Matthew Miller.

GB : Les attaques des Houthis en mer Rouge doivent cesser

Cette image satellite diffusée par Maxar Technologies le 28 novembre 2023 montre le navire Galaxy Leader, récemment saisi par les combattants Houthis le 19 novembre, à côté d'un navire de soutien dans le sud de la mer Rouge, près de Hodeida, au Yémen. (Crédit : Image satellite ©2023 Maxar Technologies/AFP)
Cette image satellite diffusée par Maxar Technologies le 28 novembre 2023 montre le navire Galaxy Leader, récemment saisi par les combattants Houthis le 19 novembre, à côté d'un navire de soutien dans le sud de la mer Rouge, près de Hodeida, au Yémen. (Crédit : Image satellite ©2023 Maxar Technologies/AFP)

Les attaques des houthis sur les routes maritimes de la mer Rouge doivent cesser, faute de quoi des mesures internationales seront prises, a affirmé le ministre britannique des Affaires étrangères, David Cameron.

Interrogé à ce sujet, Cameron a refusé de spécifier les mesures envisagées par la Grande-Bretagne.

« C’est illégal. Cela n’a rien à voir avec Gaza ou Israël. Il s’agit de la liberté de navigation. Il s’agit de permettre aux navires de transporter leur cargaison », a-t-il déclaré aux journalistes lors d’une visite au Kosovo.

« L’économie mondiale, toutes les économies, souffriront si les navires continuent d’être attaqués de cette manière illégale et inacceptable. Ces attaques doivent cesser, faute de quoi des mesures seront prises. »

Le ministère de la Santé du Hamas annonce un nouveau bilan de 22 438 morts

Des Palestiniennes pleurent leurs proches tués dans la bande de Gaza, devant une morgue à Khan Younis, le jeudi 4 janvier 2024. (Crédit : AP Photo/Mohammed Dahman)
Des Palestiniennes pleurent leurs proches tués dans la bande de Gaza, devant une morgue à Khan Younis, le jeudi 4 janvier 2024. (Crédit : AP Photo/Mohammed Dahman)

Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé jeudi un bilan de 22 438 morts depuis le début de la guerre le 7 octobre suite aux massacres barbares que ses membres et des civils ont perpétrés ce Shabbat noir.

Parmi ces morts figurent 125 personnes tuées au cours des dernières 24 heures, a précisé le ministère, qui a aussi fait état de 57 614 personnes blessées depuis le 7 octobre.

Les chiffres du Hamas ne font pas la distinction entre civils et terroristes et inclut les Palestiniens tués par des tirs de roquettes manqués à Gaza. De plus, Israël affirme avoir éliminé 8 500 terroristes depuis le début de la guerre.

Tsahal annonce avoir éliminé une « figure centrale du Jihad islamique » à Gaza

L'armée israélienne élimine un commandant  du Jihad islamique palestinien lors d'une frappe aérienne, le 4 janvier 2024. (Capture d'écran/X)
L'armée israélienne élimine un commandant du Jihad islamique palestinien lors d'une frappe aérienne, le 4 janvier 2024. (Capture d'écran/X)

L’armée israélienne annoncé avoir éliminé un commandant senior du Jihad islamique palestinien lors d’une frappe aérienne dans la bande de Gaza.

Dans une déclaration conjointe avec le Shin Bet, Tsahal indique que Mamdouh Lulu occupait le poste d’assistant des commandants de la division nord du Jihad islamique à Gaza.

La déclaration précise également que Lulu entretenait des contacts avec des responsables du Jihad islamique à l’étranger.

« Lulu était une figure centrale du Jihad islamique palestinien, initiant et dirigeant de nombreuses attaques terroristes et assauts depuis Gaza contre l’État d’Israël, de manière routinière et pendant la guerre », ajoute la déclaration conjointe.

L’armée a diffusé des images de la frappe.

Gallant à Hochstein: « il y a une courte fenêtre » pour un accord avec le Hezbollah

Le ministère de la Défense Yoav Gallant rencontre l'envoyé spécial américain Amos Hochstein au ministère de la Défense à Tel Aviv, le 4 janvier 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministère de la Défense Yoav Gallant rencontre l'envoyé spécial américain Amos Hochstein au ministère de la Défense à Tel Aviv, le 4 janvier 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense, Yoav Gallant, informe l’envoyé spécial américain dans la région, Amos Hochstein, qu’il existe « une courte fenêtre de temps pour parvenir à des accords diplomatiques » avec le Hezbollah, alors que le groupe terroriste libanais mène des attaques quotidiennes dans le nord d’Israël.

« Il n’y a qu’un seul résultat possible – une nouvelle réalité dans l’arène nord, qui permettra le retour sécurisé de nos citoyens », déclare Gallant à Hochstein, selon les propos fournis par son bureau, faisant référence aux résidents de la zone frontalière nord qui ont été déplacés par les attaques.

« Pourtant, nous nous trouvons à un moment charnière. Il y a une courte fenêtre de temps pour des ententes diplomatiques, ce que nous préférons. Nous ne tolérerons pas les menaces posées par le supplétif iranien, le Hezbollah, et nous assurerons la sécurité de nos citoyens », ajoute-t-il.

Le chef d’état-major de l’armée israélienne, le lieutenant-général Herzi Halevi, l’ambassadeur d’Israël aux États-Unis, Michael Herzog, et d’autres hauts responsables de la défense ont également assisté à la rencontre entre Gallant et Hochstein au siège du ministère de la Défense à Tel Aviv.

Le ministère de la Défense indique que Hochstein a été informé « de la situation sécuritaire à la frontière nord d’Israël et des conditions requises par l’appareil de défense pour faciliter le retour sécurisé des communautés du nord d’Israël dans leurs foyers de la région ».

« La détermination de l’appareil de défense d’Israël à changer la réalité sécuritaire dans le nord d’Israël et le long de la frontière avec le Liban a été soulignée par Gallant, qui a mis l’accent sur la priorité absolue de permettre à plus de 80 000 Israéliens déplacés de retourner chez eux », précise son bureau.

Le bureau de Gallant ajoute que le ministre de la Défense a exprimé sa gratitude à Hochstein pour « son travail dans la région et pour refléter l’engagement des États-Unis et du président américain Biden envers la sécurité de l’État d’Israël ».

Opération anti-terroriste en cours depuis plus de 30 heures en Cisjordanie

De la fumée s'élève au-dessus des bâtiments dans le camp de réfugiés de Nur Shams en Cisjordanie, lors d'une opération continue de l'IDF le 4 janvier 2024. (Crédit : Zain JAAFAR / AFP)
De la fumée s'élève au-dessus des bâtiments dans le camp de réfugiés de Nur Shams en Cisjordanie, lors d'une opération continue de l'IDF le 4 janvier 2024. (Crédit : Zain JAAFAR / AFP)

L’armée israélienne annonce poursuivre ses opérations antiterroristes dans le camp de réfugiés de Nur Shams, en Cisjordanie, plus de 30 heures après le début de l’opération.

Jusqu’à présent, les troupes ont interrogé des centaines de suspects dans le camp près de Tulkarem et a procédé à quelques arrestations.

L’armée indique que les troupes ont également saisi plusieurs armes lors de l’opération.

Tsahal annonce avoir procédé à l’arrestation de 29 Palestiniens recherchés lors de raids nocturnes, dans l’ensemble de la Cisjordanie.

Depuis le 7 octobre, les troupes ont arrêté plus de 2 600 Palestiniens recherchés dans toute la Cisjordanie, dont plus de 1 300 affiliés au Hamas, selon Tsahal.

Tsahal a tué de nombreux terroristes dans le sud et a affaibli le Hamas à Khan Younès

Les troupes de Tsahal vues en train d'opérer à l'intérieur de la bande de Gaza dans cette photo handout diffusée pour publication le 4 janvier 2023. (Crédit : Tsahal)
Les troupes de Tsahal vues en train d'opérer à l'intérieur de la bande de Gaza dans cette photo handout diffusée pour publication le 4 janvier 2023. (Crédit : Tsahal)

Tsahal a fait savoir que les réservistes de la brigade blindée Kiryati et de la 55e brigade parachutiste opérant dans le sud de la bande de Gaza avaient tué de nombreux terroristes du Hamas appartenant aux bataillons du nord et de l’est de Khan Younès du groupe terroriste, et qu’ils avaient sérieusement endommagé leur commandement et leur contrôle, empêchant ainsi les membres du groupe terroriste de lancer des attaques de grande envergure contre les troupes.

Tsahal a publié des images des deux brigades de réserve qui opèrent dans la région de Khan Younès, au moment où elles neutralisent des terroristes du Hamas dans des tunnels et appréhendent des membres de la Nukhba, la force d’élite du groupe terroriste.

Le commandant de la brigade de Kiryati, le colonel Mickey Sharvit, a déclaré que dans la zone où ils opèrent, « aucune infrastructure n’est inoffensive ».

« Nous sommes confrontés au terrorisme dans presque toutes les maisons, les hôpitaux et les écoles. Nos forces ont même éliminé des terroristes qui sortaient d’un [tunnel] souterrain dans une école », a-t-il ajouté.

Selon Tsahal, les troupes de réservistes ont localisé et détruit un puits de tunnel du Hamas menant à un passage souterrain de plusieurs centaines de mètres dans la région de Khan Younès.

Sharvit a ajouté qu’une vingtaine de terroristes du Hamas, dont un commandant de compagnie, ont été tués par Tsahal à l’intérieur du tunnel.

Cinq membres de la force d’élite Nukhba du groupe terroriste ont pu s’échapper du tunnel et se sont rendus aux troupes, selon Tsahal.

Tsahal a indiqué que les terroristes qui se sont rendus ont indiqué aux enquêteurs sur le terrain que de nombreux membres du groupe terroriste avaient été tués lors de frappes sur des repaires souterrains du Hamas dans la région, dont deux commandants de compagnie des bataillons du Nord et de l’Est de Khan Younès du Hamas.

Le commandant de la 55e brigade, le colonel Oded Ziman, a, pour sa part, salué la coopération « extraordinaire » avec l’armée de l’air israélienne.

« En tant que commandant de brigade, je n’avais jamais imaginé une coopération aussi efficace et aussi rapide », a confié le colonel Ziman, évoquant un incident survenu ce matin, au cours duquel un hélicoptère d’attaque a apporté un soutien aérien dans les deux minutes qui ont suivi sa requête par radio.

Tsahal frappe des cibles du Hezbollah après des tirs de missiles ciblant Israël

Une photo prise depuis le nord d'Israël montre de la fumée s'élevant de l'autre côté de la frontière, dans le sud du Liban, le 3 janvier 2024. (Crédit : Alberto PIZZOLI / AFP)
Une photo prise depuis le nord d'Israël montre de la fumée s'élevant de l'autre côté de la frontière, dans le sud du Liban, le 3 janvier 2024. (Crédit : Alberto PIZZOLI / AFP)

L’armée israélienne annonce qu’un avion de chasse a frappé un poste d’observation du Hezbollah et un site militaire à Maroun el-Ras, dans le sud du Liban, suite à des attaques répétées menées par le groupe terroriste libanais à la frontière.

Peu de temps après la frappe, les troupes ont attaqué un groupe équipé de missiles antichars dans la région, ajoute Tsahal.

Pendant la nuit, selon l’armée, les troupes ont lancé des mortiers « pour éliminer une menace » dans la région du village libanais de Rab el-Thalathine.

Ce matin, le Hezbollah a tiré plusieurs projectiles sur le nord d’Israël, près de Shtula, Arab al-Aramshe, Manara et Metula.

Aucun blessé n’a été signalé.

Les conseils d’Aharon Haliva aux nouveaux officiers du renseignement

Le chef de la Direction du Renseignement Militaire, le major-général Aharon Haliva, s'exprime lors d'une cérémonie de remise des diplômes des officiers du renseignement, le 3 janvier 2024. (Crédit : armée israélienne)
Le chef de la Direction du Renseignement Militaire, le major-général Aharon Haliva, s'exprime lors d'une cérémonie de remise des diplômes des officiers du renseignement, le 3 janvier 2024. (Crédit : armée israélienne)

S’exprimant lors d’une cérémonie de remise des diplômes des officiers du renseignement, le chef de la Direction du Renseignement Militaire déclare que le renseignement militaire permet des « frappes généralisées contre nos ennemis, de Gaza à l’Iran ».

« Pendant près de 90 jours, l’État d’Israël et l’armée israélienne ont été engagés dans une guerre sur plusieurs fronts. L’armée, y compris la Direction du Renseignement Militaire, opère dans toutes les arènes et fronts, en défense et en attaque », déclare le Major Général Aharon Haliva.

« L’action de Tsahal, dans toutes les dimensions du combat, est basée sur le renseignement. »

« Le renseignement, aussi riche que qualitatif, que fournit la Direction du Renseignement Militaire sauve quotidiennement la vie des nombreux soldats qui risquent leur vie sur le terrain et entraîne des frappes généralisées contre nos ennemis de Gaza à l’Iran, dans toutes les arènes face à des défis complexes », ajoute Haliva.

« Cette campagne n’est pas facile. Elle prendra du temps. Mais nous atteindrons les objectifs. Nous avons la force, le pouvoir et la capacité. Et nous vous avons vous ; vous êtes notre plus précieux et plus important atout », poursuit-il.

Faisant allusion à des informations selon lesquelles des officiers supérieurs du renseignement ont ignoré les avertissements de soldats de rang inférieur concernant l’attaque planifiée par le Hamas le 7 octobre, Haliva déclare « s’attendre à ce que vous exprimiez toujours votre opinion professionnelle. Partout, devant chaque échelon et chaque grade. Même si c’est différent, critique et désagréable. »

« Vous tous, êtes la génération future de la Direction du Renseignement. Ceux qui appliqueront les leçons de la guerre, les transmettront et feront tout pour qu’un pareil événement ne se reproduise jamais. Apprenez des erreurs et rappelez-vous de garder les bonnes choses », conclut-il.

Mer Rouge : 18 transporteurs contournent l’Afrique pour éviter les attaques – ONU

Photo de la US Navy montrant le destroyer à missiles guidés de classe Arleigh Burke USS Carney (DDG 64) abattant des missiles houthis et des drones en mer Rouge, le 19 octobre 2023. (Crédit : Aaron Lau / US NAVY / AFP)
Photo de la US Navy montrant le destroyer à missiles guidés de classe Arleigh Burke USS Carney (DDG 64) abattant des missiles houthis et des drones en mer Rouge, le 19 octobre 2023. (Crédit : Aaron Lau / US NAVY / AFP)

Dix-huit compagnies de transport maritime contournent actuellement le continent africain pour éviter la mer Rouge où des navires sont la cible d’attaques des Houthis du Yémen pro-Iran, a annoncé mercredi une institution spécialisée des Nations unies.

« Un nombre important de sociétés, environ 18 transporteurs, ont déjà décidé de dérouter leurs navires autour de l’Afrique du Sud afin de réduire (le risque) d’attaques », a déclaré au siège de l’ONU le chef de l’Organisation maritime internationale (OMI) Arsenio Dominguez.

Ryad condamne Smotrich et Ben Gvir pour avoir préconisé le déplacement des Gazaouis

Des journalistes regardent un grand écran montrant le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Fayçal ben Farhan, s'adressant au sommet international de la paix organisé par le président égyptien dans la nouvelle capitale administrative (NAC), à environ 45 kilomètres à l'est du Caire, le 21 octobre 2023, en pleine guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien Hamas. (Crédit : Khaled Desouki/AFP)
Des journalistes regardent un grand écran montrant le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Fayçal ben Farhan, s'adressant au sommet international de la paix organisé par le président égyptien dans la nouvelle capitale administrative (NAC), à environ 45 kilomètres à l'est du Caire, le 21 octobre 2023, en pleine guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien Hamas. (Crédit : Khaled Desouki/AFP)

L’Arabie saoudite rejette les « remarques extrémistes » des deux ministres israéliens qui ont appelé au déplacement de la population de Gaza, à la réoccupation de la bande de Gaza et à la construction d’implantations dans cette région, a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Les ministres d’extrême droite Bezalel Smotrich et Itamar Ben Gvir ont tous deux fait des commentaires dans ce sens ces derniers jours, suscitant une vague de critiques de la part de la communauté internationale ainsi que du gouvernement israélien et de membres de l’opposition.

Le COGAT accuse l’ONU de « bloquer » l’aide à Gaza et « d’ignorer les faits »

Le 22 décembre 2023, des soldats israéliens inspectent des camions d’aide humanitaire arrivant d’Égypte, du côté israélien du poste frontalier de Kerem Shalom avec le sud de la bande de Gaza, en pleine guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien Hamas. (Crédit : Alberto Pizzoli/AFP)
Le 22 décembre 2023, des soldats israéliens inspectent des camions d’aide humanitaire arrivant d’Égypte, du côté israélien du poste frontalier de Kerem Shalom avec le sud de la bande de Gaza, en pleine guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien Hamas. (Crédit : Alberto Pizzoli/AFP)

L’organe du ministère de la Défense chargé des affaires civiles palestiniennes accuse une nouvelle fois l’ONU pour son manque d’efforts dans le traitement de l’aide humanitaire destinée à la bande de Gaza.

« Vous ne pouvez pas continuer à refuser de voir les faits : Il n’y a pas de punition collective. 2 points de passage sont ouverts. Vous avez dit que vous pouviez transférer 200 camions par jour à Kerem Shalom, mais vous n’arrivez même pas à en transférer 100 », a indiqué le COGAT dans une publication sur X, en réponse aux accusations de Philippe Lazzarini, le commissaire général de l’UNRWA, qui a affirmé que « le peuple palestinien est soumis à une punition collective avec trop peu d’aide humanitaire autorisée à être acheminée. »

« Au cours de ces 80 derniers jours, nous nous sommes adaptés, tout ce que vous avez fait, c’est gagner du temps », a poursuivi le COGAT.

Avant l’attaque brutale du Hamas contre Israël le 7 octobre et la guerre qui a suivi entre Israël et le groupe terroriste de Gaza, quelque 500 camions d’aide humanitaire entraient quotidiennement dans la bande de Gaza, principalement par le point de passage israélien de Kerem Shalom.

Après l’assaut, Israël n’a autorisé l’entrée de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza que par le point de passage égyptien de Rafah, où tous les camions étaient soumis à une inspection.

Israël a récemment accepté de rouvrir le point de passage de Kerem Shalom afin de permettre à un plus grand nombre de camions d’aide humanitaire d’entrer chaque jour dans la bande de Gaza pour acheminer l’aide.

Le numéro 2 du Hamas tué par un avion de chasse israélien – responsable libanais

Le site d'une frappe, rapportée par les médias libanais comme étant une frappe israélienne visant un bureau du Hamas dans la banlieue sud de Beyrouth, le 2 janvier 2024 ; en médaillon : le chef adjoint du Hamas, Saleh al-Arouri, qui a été tué dans l'explosion. (Crédit : Anwar Amro/AFP ; réseaux sociaux)
Le site d'une frappe, rapportée par les médias libanais comme étant une frappe israélienne visant un bureau du Hamas dans la banlieue sud de Beyrouth, le 2 janvier 2024 ; en médaillon : le chef adjoint du Hamas, Saleh al-Arouri, qui a été tué dans l'explosion. (Crédit : Anwar Amro/AFP ; réseaux sociaux)

Un responsable de sécurité libanais, informé des enquêtes préliminaires et qui a requis l’anonymat a expliqué que le numéro deux du Hamas avait été tué « non pas par un drone, mais par des missiles guidés tirés depuis un avion de chasse israélien ».

Il évoque le caractère hautement « précis » de la frappe d’une part, et le poids conséquent des missiles, qui pesaient environ « 100 kilogrammes » chacun.

Parmi les six missiles tirés, quatre ont explosé, selon le responsable dont deux ayant détruit deux étages avant de toucher directement la salle de réunion des responsables du Hamas.

L’armée libanaise a constaté que les restes de missiles correspondaient à ceux qu’Israël avait tirés sur le sud du Liban, a-t-il ajouté.

Le Premier ministre libanais, Najib Mikati, a accusé Israël de « vouloir entraîner le Liban dans une nouvelle phase de confrontation ».

Cameron affirme qu’il « faut en faire plus » pour acheminer l’aide à Gaza

Le ministre britannique des Affaires étrangères David Cameron s'exprime lors d'une conférence de presse avec son homologue égyptien au Caire, le 21 décembre 2023. (Crédit : Ahmed HASAN / AFP)
Le ministre britannique des Affaires étrangères David Cameron s'exprime lors d'une conférence de presse avec son homologue égyptien au Caire, le 21 décembre 2023. (Crédit : Ahmed HASAN / AFP)

Le ministre britannique des Affaires étrangères, David Cameron, a estimé mercredi qu’il fallait « en faire plus » pour acheminer l’aide à Gaza, appelant Israël à autoriser un nombre important de fournitures pour réduire le risque de famine.

« Le Royaume-Uni souhaite également la libération immédiate des otages et des progrès vers un cessez-le-feu durable », a ajouté le ministre, précisant qu’il avait discuté de ces questions avec le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères, Israël Katz.

L’entretien avec M. Cameron intervient après l’arrivée en Égypte, cette semaine, de la première cargaison maritime britannique d’aide à Gaza, transportant près de 90 tonnes de couvertures thermiques et d’autres articles de première nécessité, selon le gouvernement britannique.

La cargaison, qui contenait plus de 10 000 couvertures thermiques, près de 5 000 abris et des fournitures médicales, a été livrée par navire depuis Chypre, a indiqué Londres mardi.

Elle devrait être transférée au point de passage de Rafah par le Croissant rouge égyptien et distribuée à Gaza par l’Agence controversée des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), selon la même source.

Blinken va se rendre au Moyen-Orient, ira en Israël

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken débarquant à l'aéroport israélien Ben Gurion pour une visite inopinée à Ramallah, en Cisjordanie, afin de rencontrer le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le 5 novembre 2023. (Crédit : Jonathan Ernst/POOL/AFP)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken débarquant à l'aéroport israélien Ben Gurion pour une visite inopinée à Ramallah, en Cisjordanie, afin de rencontrer le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le 5 novembre 2023. (Crédit : Jonathan Ernst/POOL/AFP)

Le secrétaire d’Etat américain partira jeudi soir pour le Moyen-Orient, alors que les Etats-Unis poursuivent leurs consultations diplomatiques sur le conflit opposant Israël aux terroristes palestiniens du Hamas, a déclaré mercredi un haut responsable américain, ajoutant qu’Antony Blinken irait également en Israël.

Antony Blinken se rendra « dans un certain nombre de capitales, ainsi qu’en Israël », a précisé le responsable, qui préfère conserver l’anonymat, sans fournir d’autres détails.

Le responsable a indiqué que le médiateur américain Amos Hochstein se rendrait également en Israël pour tenter d’apaiser les tensions entre l’Etat hébreu et le Hezbollah.

Amos Hochstein, conseiller principal du président américain Joe Biden, s’adresse aux journalistes à l’aéroport international Rafik Hariri de Beyrouth après sa réunion avec des responsables libanais, à Beyrouth, le 31 août 2023. (Crédit : Bilal Hussein/AP)

Intensification des combats à Gaza ; Tsahal frappe plusieurs escadrons antichars du Hamas

Les troupes de Tsahal vues en train d'opérer à l'intérieur de la bande de Gaza dans cette photo de handout diffusée pour publication le 4 janvier 2023. (Crédit : Tsahal)
Les troupes de Tsahal vues en train d'opérer à l'intérieur de la bande de Gaza dans cette photo de handout diffusée pour publication le 4 janvier 2023. (Crédit : Tsahal)

Tsahal affirme avoir frappé plusieurs escadrons antichars du Hamas à Gaza ces dernières 24 heures, alors que les combats s’intensifient dans le sud et le centre de la bande de Gaza.

A Khan Younès, Tsahal a indiqué que des réservistes de la Brigade Kiryati ont demandé à un avion de l’armée de l’air israélienne de frapper trois terroristes du Hamas qui tentaient de poser une bombe à proximité des forces armées.

Les troupes ont tué deux autres terroristes du Hamas qui se cachaient dans un bâtiment voisin, selon Tsahal.

Un avion de chasse de l’armée israélienne a également frappé un dépôt d’armes du Hamas à Khan Younès, a ajouté Tsahal.

Toujours dans le sud de la bande de Gaza, Tsahal a déclaré que des terroristes du Hamas avaient tiré des missiles antichars sur la 7e brigade blindée et que, peu de temps après, un avion de l’armée de l’air avait frappé la cellule à l’origine de l’attaque ainsi que la position de lancement.

Dans le centre de Gaza, à Deir al Balah, Tsahal a indiqué que la 98e division avait dirigé une frappe aérienne sur un bâtiment utilisé par le Hamas comme position de lancement de missiles antichars.

Un avion de chasse de l’armée de l’air a frappé le site de lancement, ainsi que deux autres bâtiments dans la zone où certains des membres de l’organisation terroriste s’étaient enfuis.

Tsahal a précisé qu’un autre terroriste du Hamas, arrivé plus tard pour chercher des armes dans la zone, a été touché lors d’une autre frappe aérienne.

À al-Bureij, également dans le centre de Gaza, Tsahal a indiqué que les troupes de la Brigade Golani avaient localisé plusieurs lance-roquettes à longue portée.

Pendant ce temps, la marine a continué à mener des frappes le long de la côte de Gaza, pour assister les forces terrestres. Selon Tsahal, les frappes de la marine au cours de la journée écoulée ont tué plusieurs terroristes du Hamas qui tentaient de tendre une embuscade aux forces terrestres.

Amos Hochstein attendu en Israël pour apaiser les tensions à la frontière libanaise

Le conseiller principal américain pour la sécurité énergétique, Amos Hochstein, arrivant à une réunion à Beyrouth, le 31 juillet 2022. (Crédit : Anwar Amro/AFP)
Le conseiller principal américain pour la sécurité énergétique, Amos Hochstein, arrivant à une réunion à Beyrouth, le 31 juillet 2022. (Crédit : Anwar Amro/AFP)

Amos Hochstein, l’envoyé spécial du président américain Joe Biden, devrait arriver en Israël jeudi, selon un haut responsable de l’administration Biden, alors que les États-Unis intensifient leur engagement diplomatique pour faire baisser les tensions entre Israël et le Hezbollah.

Les responsables israéliens prévoient de dire à Hochstein qu’en l’absence d’un accord diplomatique visant à éloigner le Hezbollah de la frontière, il sera impossible de faire revenir les habitants des villes du nord, rapporte la chaîne publique Kan.

Selon un reportage publié par Ynet en début de semaine, Israël espère que l’accord conduira à des pourparlers sur l’établissement d’une frontière officielle entre les deux pays, qui n’ont qu’une ligne de cessez-le-feu et restent techniquement en état de guerre.

Hochstein s’est fortement impliqué dans les négociations qui ont abouti à la délimitation d’une frontière maritime entre Israël et le Liban en 2022.

Un haut responsable de l’administration Biden a indiqué aux journalistes qu’il venait de rencontrer le ministre libanais des Affaires étrangères Abdallah Bouhabib et que les États-Unis avaient entrepris un « effort diplomatique pour aider à résoudre certaines des tensions » entre Israël et le Hezbollah, sans donner plus de détails.

Le Hezbollah et Israël ne souhaitent pas clairement entrer en guerre – responsable US

Saleh al-Arouri, numéro deux du groupe terroriste palestinien du Hamas. (Autorisation)
Saleh al-Arouri, numéro deux du groupe terroriste palestinien du Hamas. (Autorisation)

Les États-Unis ne pensent pas que le Hezbollah cherche à ouvrir un nouveau front contre Israël après l’assassinat attribué aux forces israéliennes du chef adjoint du Hamas, Saleh al-Arouri, à Beyrouth mardi, a déclaré un haut responsable de l’administration Biden.

« Je pense que d’après tout ce que nous pouvons dire, le Hezbollah ne souhaite pas clairement entrer en guerre avec Israël, et vice versa », a déclaré à la presse ce haut responsable de l’administration sous couvert d’anonymat.

Le haut fonctionnaire de Joe Biden ne va pas jusqu’à justifier l’assassinat présumé, mais note que les États-Unis ont offert une récompense de 5 millions de dollars pour toute information sur Arouri, ajoutant que les hauts responsables du Hamas « doivent être tenus pour responsables ».

Le fonctionnaire fait également écho à une affirmation faite mardi par l’un des porte-parole du Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui a ostensiblement cherché à convaincre le Hezbollah de ne pas réagir en déclarant que l’assassinat visait spécifiquement des personnalités du Hamas et qu’il ne s’agissait pas d’une attaque contre le mandataire iranien ou contre le Liban.

Interrogé sur les explosions meurtrières survenues mercredi en Iran près de la tombe de l’ancien chef de la Force Qods, Qassem Soleimani, le haut fonctionnaire de l’administration a déclaré que l’attaque était similaire à celles menées par l’État islamique dans le passé.

« C’est l’hypothèse qui prévaut actuellement. »

Expliquant la déclaration conjointe des États-Unis contre les Houthis soutenus par l’Iran au Yémen plus tôt dans la journée de mercredi, le haut fonctionnaire américain expliqué que le président Biden voulait envoyer « un avertissement très clair aux Houthis qu’ils porteront l’entière responsabilité et les conséquences de toute nouvelle attaque contre des navires commerciaux dans la mer Rouge ».

« Je ne m’attendrais pas à un autre avertissement, car cet avertissement parle de lui-même », a déclaré le haut fonctionnaire.

Washington insatisfait de l’aide entrant à Gaza et s’efforce d’en obtenir davantage

Un camion d'aide du côté égyptien du poste frontière de Rafah attend de passer dans le sud de la bande de Gaza, le 6 décembre 2023. (Crédit : AFP)
Un camion d'aide du côté égyptien du poste frontière de Rafah attend de passer dans le sud de la bande de Gaza, le 6 décembre 2023. (Crédit : AFP)

Le porte-parole du département d’État américain, Matt Miller, a déclaré que l’administration Biden n’était pas satisfaite de la quantité de nourriture, d’eau et d’aide humanitaire entrant actuellement dans la bande de Gaza, et que cette question faisait l’objet de discussions entre les deux pays.

« Il n’y a pas assez d’aide qui arrive. C’est trop irrégulier et le nombre de camions qui entre chaque jour doit augmenter considérablement, et il doit rester élevé », a déclaré Miller.

« C’est toujours l’objet de notre engagement et de nos conversations directes et franches avec le gouvernement d’Israël ainsi qu’avec d’autres pays de la région qui peuvent jouer un rôle important », ajoute le porte-parole du département d’État.

Les sirènes d’alerte à la roquette retentissent autour d’Ashkelon

Les sirènes d’alerte à la roquette retentissent à Ashkelon et dans les communautés environnantes, près du nord de la bande de Gaza, après environ 15 heures d’accalmie dans la région.

La municipalité d’Ashkelon a déclaré plus tard qu’il y avait eu deux interceptions par le Dôme de Fer au-dessus de la ville.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.