Israël en guerre - Jour 252

Rechercher

Tsahal frappe des cibles du Hezbollah dans le sud Liban après des tirs de roquettes sur le nord du pays

Blinken en tournée au Proche-Orient afin de mettre un terme à la guerre Israël-Hamas * L'armée américaine frappe deux drones houthis qui, selon elle, représentaient une "menace imminente"

  • Le secrétaire d'État américain Antony Blinken salue alors qu'il monte à bord d'un avion quittant la Crète pour Amman, le 6 janvier 2024, dans le cadre de la première étape d'un voyage qui comprend des visites en Israël et en Cisjordanie. (Crédit : Evelyn Hockstein/Pool/AFP)
    Le secrétaire d'État américain Antony Blinken salue alors qu'il monte à bord d'un avion quittant la Crète pour Amman, le 6 janvier 2024, dans le cadre de la première étape d'un voyage qui comprend des visites en Israël et en Cisjordanie. (Crédit : Evelyn Hockstein/Pool/AFP)
  • Des Palestiniens manifestant pour demander le maintien du soutien international à l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 30 janvier 2024. (Crédit : AFP/Dossier)
    Des Palestiniens manifestant pour demander le maintien du soutien international à l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 30 janvier 2024. (Crédit : AFP/Dossier)
  • Des missiles tirés depuis un navire de guerre en mer Rouge contre des cibles houthies au Yémen, le 3 février 2024. (Crédit : Commandement central des États-Unis/AFP)
    Des missiles tirés depuis un navire de guerre en mer Rouge contre des cibles houthies au Yémen, le 3 février 2024. (Crédit : Commandement central des États-Unis/AFP)
  • Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, rencontrant des soldats, à Latrun, le 5 février 2024. (Crédit : Haïm Zach/GPO)
    Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, rencontrant des soldats, à Latrun, le 5 février 2024. (Crédit : Haïm Zach/GPO)
  • Les troupes israéliennes opérant à la frontière nord sur une photo publiée par l'armée le 6 février 2024. (Crédit : armée israélienne)
    Les troupes israéliennes opérant à la frontière nord sur une photo publiée par l'armée le 6 février 2024. (Crédit : armée israélienne)
  • Les troupes israéliennes opérant à la frontière nord sur une photo publiée par l'armée le 6 février 2024. (Crédit : armée israélienne)
    Les troupes israéliennes opérant à la frontière nord sur une photo publiée par l'armée le 6 février 2024. (Crédit : armée israélienne)
  • Les troupes israéliennes opérant dans la bande de Gaza sur une photo publiée par l'armée le 6 février 2024. (Crédit : armée israélienne)
    Les troupes israéliennes opérant dans la bande de Gaza sur une photo publiée par l'armée le 6 février 2024. (Crédit : armée israélienne)

Israël frappe des infrastructures du Hezbollah dans le sud Liban

Illustration : Une colonne de fumée s'élève après une frappe aérienne israélienne dans le sud Liban, vue du côté israélien de la frontière, le 8 février 2024. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)
Illustration : Une colonne de fumée s'élève après une frappe aérienne israélienne dans le sud Liban, vue du côté israélien de la frontière, le 8 février 2024. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)

L’armée israélienne a revendiqué des frappes contre plusieurs sites du Hezbollah dans le sud Liban il y a peu.

Selon elle, les sites touchés par des avions de chasse à Marwahin étaient un pas de tir de roquettes et d’autres infrastructures utilisées par l’organisation terroriste soutenue par l’Iran.

À Ramyah, Yaroun et Chihine, Tsahal dit avoir bombardé un poste d’observation, un bâtiment et d’autres infrastructures du Hezbollah.

Elle affirme par ailleurs avoir ouvert le feu sur un suspect repéré dans la région de Kafr Kila, dans le sud Liban.

La brigade Givati inflige de nouvelles pertes au Hamas à Khan Younès, le groupe terroriste perd du terrain

Des soldats de la brigade Givati opèrent à Khan Younès, dans le sud de Gaza, sur une image publiée par Tsahal le 11 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Des soldats de la brigade Givati opèrent à Khan Younès, dans le sud de Gaza, sur une image publiée par Tsahal le 11 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne affirme que la brigade Givati a encore « aggravé » les pertes infligées au bataillon Khan Younès du Hamas, dans l’ouest du pays, et ainsi renforcé son « contrôle opérationnel » dans la zone du sud de Gaza.

Selon Tsahal, ces deux dernières semaines, les soldats Givati ont tué une centaine de membres du Hamas lors de combats rapprochés, de tirs de chars ou de tireurs embusqués et parfois de frappes aériennes appelées en renfort.

Des images diffusées par Tsahal montrent l’une de ces frappes aériennes contre trois membres du Hamas repérés par les soldats de Givati. Ces hommes transportaient à moto un engin explosif de grosse taille.

Un officier et 2 soldats blessés par des missiles antichars du Hezbollah

De la fumée s'échappant lors d'un bombardement israélien sur le village de Khiyam dans le sud du Liban, sur une photo prise depuis une position près de la frontière dans le nord d'Israël, le 8 février 2024. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)
De la fumée s'échappant lors d'un bombardement israélien sur le village de Khiyam dans le sud du Liban, sur une photo prise depuis une position près de la frontière dans le nord d'Israël, le 8 février 2024. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)

Un sous-officier a été grièvement blessé et deux soldats légèrement blessés par des missiles antichars du Hezbollah dans le secteur de Kiryat Shmona, ce matin, a annoncé l’armée israélienne.

Selon Tsahal, des avions de chasse ont bombardé un bâtiment et d’autres infrastructures du Hezbollah dans la ville de Khiam, dans le sud Liban, d’où les projectiles avaient été tirés sur Kiryat Shmona.

Toujours selon Tsahal, d’autres projectiles ont été tirés depuis le Liban sur la base de Biranit et le mont Hermon. Ses soldats auraient riposté par des tirs d’artillerie sur les bases de lancement du Hezbollah.

Un haut responsable du Hamas déclare que le groupe souhaite la libération du plus grand nombre possible de prisonniers palestiniens

Ghazi Hamad, membre du bureau politique du Hamas, lors d'une interview accordée à l'Associated Press, à Beyrouth, au Liban, le 26 octobre 2023. (Crédit : Bilal Hussein/AP)
Ghazi Hamad, membre du bureau politique du Hamas, lors d'une interview accordée à l'Associated Press, à Beyrouth, au Liban, le 26 octobre 2023. (Crédit : Bilal Hussein/AP)

Ghazi Hamad, haut responsable du Hamas, a déclaré à Reuters que le groupe terroriste avait l’intention de faire libérer le plus grand nombre possible de Palestiniens emprisonnés par Israël.

Les commentaires de Hamad interviennent après que le Hamas a annoncé plus tôt qu’il avait apporté une réponse à un accord-cadre élaboré par l’Égypte et le Qatar qui vise à au moins suspendre les combats à Gaza et libérer les otages de Gaza.

Mais le Hamas exige la fin complète de la guerre et un cessez-le-feu permanent – ce qui n’est pas une solution pour Israël, qui recherche des pauses temporaires et une libération progressive des otages.

« Netanyahu essaie de faire croire à tout le monde qu’il a remporté ou qu’il remportera la guerre afin de préserver son gouvernement de coalition », a déclaré Hamad à Reuters.

Il ajoute qu’il avait fallu un certain temps au Hamas – plus d’une semaine – pour donner une réponse car « de nombreuses questions [de l’accord] étaient floues et ambiguës ».

Les médias syriens rapportent une frappe aérienne israélienne dans la région de Homs

Les médias syriens ont rapporté une apparente frappe aérienne israélienne dans la région de Homs, dans le nord de la Syrie.

La radio pro-gouvernementale Sham FM a affirmé que les défenses aériennes visaient des « missiles hostiles » au-dessus de la zone.

Certains missiles auraient touché des zones proches d’al-Qusayr, au sud de Homs, provoquant un incendie.

Aucune victime n’a été signalée dans l’immédiat à la suite de cette frappe.

L’armée israélienne ne commente pas de telles informations.

Israël aurait intensifié ses frappes contre des cibles appartenant à l’Iran et à des groupes soutenus par l’Iran en Syrie ces derniers mois, dans le contexte de la guerre dans la bande de Gaza.

Tsahal affirme que les troupes ont trouvé à Gaza des preuves montrant des liens directs avec l’Iran

De l'argent liquide découvert par les troupes de Tsahal dans un tunnel du Hamas dans la bande de Gaza, dans des images diffusées par Tsahal le 6 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)
De l'argent liquide découvert par les troupes de Tsahal dans un tunnel du Hamas dans la bande de Gaza, dans des images diffusées par Tsahal le 6 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Le contre-amiral Daniel Hagari, porte-parole de Tsahal, a déclaré que l’armée avait découvert des documents et d’autres éléments provenant d’un tunnel dans la bande de Gaza, indiquant des liens directs et une coordination du Hamas avec l’Iran.

« Nous avons trouvé des documents officiels du Hamas datant de 2020, y compris les détails des fonds transférés de l’Iran au Hamas et à [Yahya] Sinwar, entre 2014 et 2020. Plus de 150 millions de dollars ont été transférés de l’Iran au Hamas », a-t-il dit.

« C’est un autre exemple de la manière dont l’Iran exporte le terrorisme à travers le Moyen-Orient. Il s’agit d’un problème mondial », a déclaré Hagari.

Il a affirmé que ces informations allaient être transmises aux alliés d’Israël pour être vérifiées.

Hagari a dit que, dans le même complexe souterrain, les troupes avaient aussi trouvé un coffre-fort et des sacs contenant plus de 20 millions de shekels en espèces.

Il a affirmé que les troupes avaient trouvé des millions de dollars dans des sites du Hamas à travers la bande de Gaza.

Sur les images publiées par Tsahal, plusieurs enveloppes d’argent liquide sont adressées à Sinwar.

Pour Gantz, l’aide à Gaza doit être fournie par des entités indépendantes du Hamas

Illustration : L'entrée du siège de l'UNRWA, l'Office controversé de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient, à Gaza. (Crédit : Autorisation)
Illustration : L'entrée du siège de l'UNRWA, l'Office controversé de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient, à Gaza. (Crédit : Autorisation)

Benny Gantz, ministre du cabinet de guerre, a déclaré qu’Israël « avait perdu un temps précieux » en vue du démantèlement du Hamas à Gaza en raison d’« atermoiements », en particulier dans la partie nord de l’enclave.

Lors d’une conférence de presse donnée dans la soirée, Gantz a déclaré : « Dorénavant, il faut de toute urgence mettre en oeuvre un système en vertu duquel l’aide alimentaire sera distribuée à Gaza par l’intermédiaire d’entités internationales indépendantes du Hamas, pas comme l’UNRWA, même si cela impose de suspendre ou réduire les volumes d’aide. »

S’agissant de la future administration civile de Gaza, Gantz a déclaré : « Tout est possible… Tout, sauf le Hamas. Notre objectif est d’assurer un contrôle de sécurité à 100 % et un contrôle civil à 0 %. »

« Pour que cela soit possible, il faut que la communauté internationale prenne ses responsabilités. Ce n’est qu’à cette condition que la population pourra bénéficier de plus d’aide, qui ne passera plus par les mains des terroristes », a-t-il poursuivi.

Gantz a paru critiquer à nouveau le Premier ministre Benjamin Netanyahu et ceux « qui sèment la discorde à la Knesset, transforment les réunions du gouvernement en attaques contre l’armée, comparent les studios de télévision à nos ennemis ».

Lors d’une conférence de presse, le 18 janvier dernier, Netanyahu avait accusé les médias israéliens de contribuer à répandre des idées pessimistes sur la guerre, affirmant que l’idée qu’Israël ne gagnerait pas la guerre circulait « dans les studios de télévision ». Il avait déclaré à un journaliste : « Je continuerai à me battre contre le Hamas, et vous, contre moi… »

Gantz a appelé « tout le monde, de part et d’autre de l’échiquier politique, à réfléchir avant de parler – pensez aux soldats et aux otages, réfléchissez à ce qui nous a conduits là et pourquoi. Les citoyens d’Israël méritent davantage de notre part. »

« Il n’y a pas de victoires instantanées », a déclaré Gantz, qui a rejoint Netanyahu pour former un gouvernement d’unité d’urgence quelques jours après le massacre du 7 octobre.

« Nous gagnerons parce qu’il le faut, nous gagnerons parce que nous n’avons pas d’autre pays », a-t-il déclaré, ajoutant que le combat pourrait être « long et compliqué ».

« La libération des otages fait partie intégrante de la victoire et ne se fera pas au détriment de l’élimination de la menace du Hamas », a-t-il ajouté.

Gantz a par ailleurs souligné son intention de s’installer au kibboutz Yad Mordechaï, près de la bande de Gaza. Cette communauté a été attaquée le 7 octobre dernier, comme une vingtaine d’autres communautés du sud, mais les équipes de sécurité ont réussi à y déjouer les attaques.

Blinken : Riyad veut la fin de la guerre et s’acheminer « rapidement » vers un État palestinien

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken avec le ministre de la sécurité saoudien Musaed Al Aiban, à sa droite, après une rencontre avec le prince héritier Mohammed bin Salman, à Ryad, le 5 février 2024. (Crédit : Mark Schiefelbein/AP)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken avec le ministre de la sécurité saoudien Musaed Al Aiban, à sa droite, après une rencontre avec le prince héritier Mohammed bin Salman, à Ryad, le 5 février 2024. (Crédit : Mark Schiefelbein/AP)

Le Secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré que le dirigeant de facto de l’Arabie saoudite avait réitéré son intérêt pour l’établissement de relations diplomatiques avec Israël lors de leur rencontre à Riyad hier, mais qu’il souhaitait la fin du conflit de Gaza et la création d’un État palestinien.

« S’agissant de la normalisation, le prince héritier a réitéré le fort intérêt de l’Arabie saoudite à poursuivre dans cette voie », a déclaré M. Blinken aux journalistes lors d’une conférence de presse à Doha.

« Mais il a également répété ce qu’il m’avait déjà dit, à savoir que pour ce faire, deux choses étaient nécessaires : la fin du conflit à Gaza et une voie claire et crédible vers la création d’un État palestinien », a ajouté Antony Blinken.

Le ministre de l’Energie s’entretient avec son homologue italien d’une possible exportation de gaz naturel liquéfié vers l’Italie

Ilustration : Un champ de gaz naturel en Méditerranée. (Crédit : Moshe Shai/FLASH90)
Ilustration : Un champ de gaz naturel en Méditerranée. (Crédit : Moshe Shai/FLASH90)

Le ministre de l’Energie, Eli Cohen, s’est entretenu par téléphone avec son homologue italien Gilberto Pichetto Fratin de la possible exportation de gaz naturel liquéfié vers l’Italie.

Les deux hommes ont également évoqué la coopération dans le développement des énergies renouvelables maritimes, domaine dans lequel l’Italie a une plus grande expérience qu’Israël.

Cohen a remercié Pichetto Fratin pour son soutien à Israël dans sa guerre contre le Hamas.

« L’Italie est un allié clé dans notre région », a déclaré Cohen, selon le compte rendu israélien, « et l’accord énergétique entre nos deux pays qui sera signé cette année renforcera la stabilité et l’indépendance énergétiques d’Israël et améliorera les liens d’Israël avec l’Europe. »

Israël et l’Italie sont tous deux membres du Forum du gaz de la Méditerranée orientale.

Le Qatar dit avoir reçu une réponse « positive » du Hamas sur un projet d’accord sur les otages

Le Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Qatar, l'émir Mohammed ben Abdulrahman al-Thani, et le secrétaire d'État américain Antony Blinken se serrant la main lors d'une conférence de presse à l'issue d'une réunion à Doha, le 7 janvier 2024. (Crédit : Karim Jaafar/AFP)
Le Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Qatar, l'émir Mohammed ben Abdulrahman al-Thani, et le secrétaire d'État américain Antony Blinken se serrant la main lors d'une conférence de presse à l'issue d'une réunion à Doha, le 7 janvier 2024. (Crédit : Karim Jaafar/AFP)

Le Premier ministre du Qatar a affirmé mardi avoir reçu une réponse « positive » du Hamas sur un projet d’accord qui prévoit la libération d’otages détenus dans la bande de Gaza en échange d’une pause dans les combats entre Israël et le groupe terroriste palestinien.

« Nous avons reçu une réponse du Hamas concernant le cadre général de l’accord sur les otages. Cette réponse contient quelques commentaires, mais elle est globalement positive », a déclaré Mohammed ben Abdelrahmane Al-Thani lors d’une conférence de presse tenue à Doha aux côtés du secrétaire d’État américain, Antony Blinken.

Le Hamas a indiqué mardi dans un communiqué avoir remis sa réponse aux médiateurs égyptiens et qataris concernant un projet de cessez-le-feu avec Israël, qui inclut le sort des otages détenus depuis le 7 octobre.

Halevi : Tsahal enquête déjà sur son action en temps de guerre

Le chef d'état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, s'exprime lors d'une conférence militaire, le 6 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Le chef d'état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, s'exprime lors d'une conférence militaire, le 6 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, a confirmé que l’armée avait d’ores et déjà commencé à enquêter sur son action dans le cadre de la guerre dans la bande de Gaza, sans toutefois donner de détails sur la portée de ces enquêtes.

« Pourquoi n’avons-nous pas encore enquêté ? La guerre est très intense, et notre attention est focalisée sur de très nombreuses questions », a déclaré Halevi lors d’une conférence résumant les activités récentes de l’armée de l’air israélienne.

« Une enquête demande du temps, suppose des investigations et, selon notre compréhension, les enquêtes difficiles supposent également un certain cadre émotionnel. Elles doivent être menées de la bonne manière. C’est la raison pour laquelle nous avons attendu, jusqu’à présent », a-t-il dit.

« Mais notre intention est très claire. Enquêter, collecter des informations et plonger au fond du puits, sans rien laisser au hasard. Nous voulons savoir et comprendre ce qui a fonctionné, mais aussi ce qui n’a pas fonctionné et ce que nous aurions pu faire différemment. Pour le dire simplement, nous le faisons pour nous améliorer », a ajouté Halevi.

Au Caire, Antony Blinken réitère l’opposition des États-Unis à tout déplacement forcé de Gazaouis

Le Secrétaire d'État américain Antony Blinken est accueilli par la deuxième secrétaire du protocole du ministère égyptien des Affaires étrangères, Sarah Henry, deuxième à partir de la gauche, et l'ambassadeur des États-Unis en Égypte, Herro Mustafa Garg, troisième à partir de la gauche, à son arrivée à l'aéroport du Caire Est au Caire, le 6 février 2024. (Crédit : Mark Schiefelbein / POOL / AFP)
Le Secrétaire d'État américain Antony Blinken est accueilli par la deuxième secrétaire du protocole du ministère égyptien des Affaires étrangères, Sarah Henry, deuxième à partir de la gauche, et l'ambassadeur des États-Unis en Égypte, Herro Mustafa Garg, troisième à partir de la gauche, à son arrivée à l'aéroport du Caire Est au Caire, le 6 février 2024. (Crédit : Mark Schiefelbein / POOL / AFP)

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a réitéré l’opposition des États-Unis au déplacement forcé des Palestiniens de Gaza à l’occasion de son entretien avec le président égyptien Abdel Fatah al-Sissi, au Caire, plus tôt dans la journée, a indiqué le département d’État.

Le compte-rendu américain de leur réunion reprend l’argumentaire de l’administration Biden sur la guerre, à savoir la reconnaissance du rôle de médiation de l’Égypte et sa contribution à l’acheminement de l’aide humanitaire à Gaza, le soutien à la coordination régionale pour lutter contre la menace des Houthis en mer Rouge et à une solution à deux États.

L’opposition des États-Unis au déplacement forcé des Palestiniens n’est pas nouvelle, mais elle est de nouveau mise sur le devant de la scène plus d’une semaine après une conférence à laquelle ont assisté près d’un tiers du gouvernement israélien et qui se disait favorable à l’émigration des Palestiniens de Gaza.

Les autorités égyptiennes n’ont pas encore publié de compte-rendu de cette réunion, qui constitue la deuxième des cinq étapes de Blinken dans la région cette semaine après l’Arabie saoudite et avant le Qatar, Israël et la Cisjordanie.

Tsahal frappe des cibles du Hezbollah dans le sud Liban après des tirs de roquettes sur le nord du pays

Illustration : Une photo prise dans le village de Majdelzoun, au sud du Liban, montre des volutes de fumée lors d'une frappe aérienne israélienne à la périphérie du village de Zibqin, le 28 janvier 2024. (Crédit : KAWNAT HAJU / AFP)
Illustration : Une photo prise dans le village de Majdelzoun, au sud du Liban, montre des volutes de fumée lors d'une frappe aérienne israélienne à la périphérie du village de Zibqin, le 28 janvier 2024. (Crédit : KAWNAT HAJU / AFP)

L’armée israélienne a revendiqué des frappes sur des cibles du Hezbollah dans le sud Liban, aujourd’hui.

Selon Tsahal, les sites frappés par des avions de combat à Labbouneh, Jabal Blat et Houla étaient des postes d’observation et d’autres infrastructures utilisées par l’organisation terroriste.

Plusieurs roquettes et missiles ont été tirés par le Hezbollah ces dernières heures sur le nord d’Israël, sans toutefois faire de blessés.

L’armée israélienne affirme avoir frappé les sites de lancement avec de l’artillerie et précisé que l’alerte à l’infiltration de drones, plus tôt dans la journée dans le nord d’Israël, était une fausse alerte.

Tsahal trouve un gilet de l’ONU et une mitrailleuse lors d’un raid à Khan Younès

Tsahal a indiqué que l’unité de commando Egoz avait découvert une veste des Nations Unies (ONU) et une mitrailleuse dans une maison à Khan Younès, dans le sud de Gaza.

Un commandant de l’équipe Egoz a filmé les lieux, indiquant où les soldats avaient trouvé la veste de l’ONU et la mitrailleuse.

« On voit ici une armoire à vêtements… et ici une veste de l’ONU », explique le lieutenant.

À l’étage, le commandant entre dans une chambre à coucher qui a été inspectée par les soldats, puis il ouvre un autre placard et en sort la mitrailleuse.

« C’est ici que nous avons repéré la mitrailleuse, une mitrailleuse PK utilisée par le Hamas », explique-t-il.

Les services de renseignement israéliens auraient apporté la preuve que 12 membres du personnel de l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) à Gaza étaient impliqués dans les attaques meurtrières du 7 octobre et que des centaines d’autres employés sont directement liés au groupe terroriste du Hamas et à d’autres groupes terroristes.

 

Alerte aux drones dans le nord d’Israël

Illustration : L'armée israélienne interceptant un drone se dirigeant vers l'espace aérien israélien depuis le Liban, le 20 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Illustration : L'armée israélienne interceptant un drone se dirigeant vers l'espace aérien israélien depuis le Liban, le 20 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Une alerte à l’infiltration de drones a retenti dans la région de Galilée.

Les kibboutzim Dan, Snir, Ghajar, Dafna, Hagoshrim et Shear Yeshuv, tous proches de la frontière libanaise, sont en état d’alerte.

L’armée israélienne enquête sur l’origine de l’alerte.

L’organisation terroriste du Hezbollah a déjà mené plusieurs attaques sur le nord d’Israël à l’aide de drones chargés d’explosifs, mais il y a également eu de nombreuses fausses alertes.

Des images des frappes de drones de Tsahal sur des hommes armés du Hamas à Khan Younès

Illustration : Une photo prise depuis Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, montre de la fumée s'élevant au-dessus des bâtiments de Khan Younès à la suite de bombardements israéliens, le 5 février 2024, alors que les combats se poursuivent entre Israël et le groupe terroriste du Hamas. (Crédit : SAID KHATIB / AFP)
Illustration : Une photo prise depuis Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, montre de la fumée s'élevant au-dessus des bâtiments de Khan Younès à la suite de bombardements israéliens, le 5 février 2024, alors que les combats se poursuivent entre Israël et le groupe terroriste du Hamas. (Crédit : SAID KHATIB / AFP)

L’armée israélienne a diffusé les images de l’appui aérien rapproché apporté à la 98e division à Khan Younès, dans le sud de Gaza, ces tout derniers jours.

La première vidéo montre un drone de l’armée de l’air israélienne en train d’identifier un membre du Hamas qui s’approche de la brigade parachutiste.

Les opérateurs de drones informent les soldats de cette menace, au moment-même  le terroriste entre dans un bâtiment situé à quelques dizaines de mètres de là.

Lorsque l’homme sort du bâtiment, il est frappé par le drone : les images donnent à voir une forte déflagration, le signe qu’il était armé d’explosifs.

La deuxième vidéo montre le moment où des hommes armés du Hamas ont ouvert le feu depuis un bâtiment sur les soldats de la brigade Givati.

L’armée israélienne explique avoir fait intervenir un hélicoptère d’attaque dans cette zone, qui a rapidement frappé la position du Hamas et tué ses membres.

 

Les sirènes d’alerte à la roquette activées à Misgav Am, près de la frontière libanaise

Les sirènes d’alerte à la roquette ont résonné à Misgav Am, à proximité de la frontière avec le Liban.

Il y a eu des tirs de roquette sporadiques pendant toute la journée, le Hezbollah revendiquant une attaque à la roquette qui a eu lieu dans la matinée et qui a fait deux blessés, des soldats israéliens.

Les villes proches de la frontière nord ont été largement évacuées de leurs habitants depuis le 8 octobre, date à laquelle les forces placées sous l’autorité du Hezbollah ont commencé à attaquer quotidiennement les communautés et les postes militaires israéliens situés le long de la frontière.

Le groupe terroriste affirme agir en soutien à la bande de Gaza dans le cadre de la guerre qui oppose Israël au Hamas, une guerre qui avait été déclenchée par le massacre commis sur le sol israélien, le 7 octobre.

Liban : L’armée n’est pas en capacité de se déployer le long de la frontière avec Israël en cas d’accord avec le Hezbollah

De la fumée s'échappant de la frontière au nord d'Israël à proximité d'une installation militaire à Metula, après que le groupe terroriste libanais du Hezbollah a lancé une salve de roquettes, sur une photo prise depuis le sud du Liban, le 31 décembre 2023. (Crédit : Hasan Fneich/AFP
De la fumée s'échappant de la frontière au nord d'Israël à proximité d'une installation militaire à Metula, après que le groupe terroriste libanais du Hezbollah a lancé une salve de roquettes, sur une photo prise depuis le sud du Liban, le 31 décembre 2023. (Crédit : Hasan Fneich/AFP

Le ministre des Affaires étrangères libanais par intérim Abdullah Bou Habib a fait savoir, dans un entretien, que l’armée libanaise n’avait pas la capacité de se déployer sur la frontière avec Israël, a indiqué Al Arabiya.

Bou Habib a cité « une pénurie d’équipements » pour expliquer son opposition à l’idée, qui ferait partie d’une solution diplomatique avancée par les États-Unis dont l’objectif est d’empêcher que les combats actuellement en cours entre Israël et le Hezbollah ne se transforment en guerre ouverte.

Selon les médias israéliens, ce plan prévoit un retrait du Hezbollah qui s’éloignerait de huit à dix kilomètres de la frontière. Les forces des Nations unies et libanaises, pour leur part, entreraient dans le secteur frontalier en nombre beaucoup plus important.

Bou Habib a indiqué qu’il était défavorable à un retrait du Hezbollah jusqu’au fleuve Litani, ce que demande Israël, « parce que cela entraînera une reprise de la guerre ».

Le chef de la diplomatie libanaise a dit s’opposer aux « solutions partielles », ajoutant qu’il n’acceptera qu’un accord final et définitif qui viendrait résoudre les conflits frontaliers avec l’État juif.

L’envoyé spécial américain Amos Hochstein se trouvait en Israël, ce week-end, pour discuter de possibles solutions diplomatiques avec les officiels israéliens dans le cadre de cette crise.

2 soldats légèrement blessés par des roquette tirées par le Hezbollah depuis le Liban

Des troupes israéliennes opérant sur la frontière nord dans une photo diffusée par l'armée pour publication le 6 février 2024 (Crédit : Armée israélienne)
Des troupes israéliennes opérant sur la frontière nord dans une photo diffusée par l'armée pour publication le 6 février 2024 (Crédit : Armée israélienne)

Deux soldats ont été légèrement blessés dans une attaque à la roquette en provenance du Liban sur une zone proche de la communauté de Margaliot dans le nord du pays ce matin, a indiqué Tsahal.

Le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, qui affirme avoir visé une position militaire, a revendiqué l’attaque vers 8 heures.

Tsahal a bombardé les sites de lancement et a mené d’autres frappes aériennes contre des cibles du Hezbollah durant la matinée et la nuit passée.

Ce matin, des avions de chasse ont frappé un bâtiment utilisé par le Hezbollah dans le village de Marwahin ; cette nuit, ils ont frappé un autre site appartenant au groupe terroriste à Mays al-Jabal, selon Tsahal.

L’armée israélienne affirme avoir également bombardé à l’artillerie des zones du Sud-Liban pour « éliminer les menaces ».

Le Hezbollah a par ailleurs revendiqué d’autres tirs de missiles et de roquettes contre des positions de l’armée près de Rosh Hanikra et de Margaliot ces dernières heures. Aucun blessé n’a été signalé.

Le groupe terroriste mène des attaques quotidiennes de missiles, de roquettes et de drones sur le nord d’Israël dans le contexte de la guerre à Gaza.

Le Hamas annonce un nouveau bilan de 27 585 morts  

Des Palestiniens transportent leurs proches tués par les frappes israéliennes dans la bande de Gaza à Deir al Balah, le 5 février 2024. (Crédit : AP Photo/Adel Hana)
Des Palestiniens transportent leurs proches tués par les frappes israéliennes dans la bande de Gaza à Deir al Balah, le 5 février 2024. (Crédit : AP Photo/Adel Hana)

Le ministère de la Santé à Gaza, contrôlé par le Hamas, a annoncé mardi un bilan de 27 585 personnes tuées dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre entre Israël et le groupe terroriste islamiste palestinien.

Il a fait état d’un total de 107 morts au cours des dernières 24 heures, et de 66 978 personnes blessées depuis le début de la guerre le 7 octobre.

Le Hamas est accusé de gonfler le nombre des victimes civiles et d’y inclure les Palestiniens tués par les roquettes tirées par les factions terroristes qui retombent dans la bande. Le Hamas ne fait pas non plus de distinction, dans ce bilan, entre les civils et les terroristes.

L’armée israélienne affirme avoir tué plus de 10 000 membres du groupe terroriste à Gaza, en plus d’un millier terroristes à l’intérieur d’Israël le 7 octobre.

Gaza : Tsahal a tué plusieurs terroristes qui ont commis les massacres du 7 octobre

Les troupes israéliennes opérant dans la bande de Gaza sur une photo diffusée par l'armée pour publication le 6 février 2024 (Crédit : Armée israélienne)
Les troupes israéliennes opérant dans la bande de Gaza sur une photo diffusée par l'armée pour publication le 6 février 2024 (Crédit : Armée israélienne)

Tsahal a indiqué que ses troupes continuaient à combattre les terroristes du Hamas en surface et sous terre dans le sud de Khan Younès, tout en menant des raids dans le nord et le centre de la bande de Gaza.

Une frappe aérienne dans le centre de Gaza, à Deir al-Balah, a tué un terroriste palestinien du Jihad islamique qui avait participé à l’attaque de Nir Oz lors de l’assaut du 7 octobre, selon Tsahal.

Dans l’ouest de Khan Younès, Tsahal rapporte que la 98e division est en train de nettoyer de nouvelles zones, en surface et en sous-sol, éliminant aussi bien les hommes que les infrastructures du Hamas, et que de nombreux terroristes vêtus de vêtements civils s’y trouvent.

Selon l’armée israélienne, les troupes auraient tué des dizaines de terroristes et en auraient capturé environ 80 dans l’ouest de Khan Younès, parmi lesquels plusieurs avaient pris part au massacre du 7 octobre.

Au cours de ces opérations, des tireurs d’élite de la brigade Givati ont tué plus de 15 hommes du Hamas, des troupes de la 646e brigade parachutiste de réserve ont localisé et éliminé un poste de surveillance du Hamas, et des troupes de la brigade parachutiste et de l’unité d’élite Egoz ont localisé une cache d’armes, où se trouvaient des fusils d’assaut, des RPG et des engins explosifs antichars.

Par ailleurs, dans le nord de la bande de Gaza, Tsahal a indiqué que des soldats d’observation de la 414e unité du Corps de défense des frontières avaient repéré quatre terroristes du Hamas qui plaçaient du matériel de surveillance dans la région de Beit Hanoun, dans ce qui semblait être une tentative du groupe terroriste de restaurer ses capacités. La cellule a été détruite par un hélicoptère d’attaque, selon Tsahal.

Au cours de raids, d’embuscades et de batailles dans le nord et le centre de Gaza, Tsahal affirme que la brigade Nahal a tué des dizaines de terroristes du Hamas et la 401e brigade blindée une quinzaine d’hommes.

Lors d’un incident, un bateau lance-missiles de la marine a repéré une cellule du Hamas près des troupes de la brigade Nahal sur la côte du centre de la bande de Gaza. Tsahal affirme que la cellule a été frappée par la marine, l’armée de l’air israélienne et les troupes au sol.

La 401e brigade, en collaboration avec l’armée de l’air, a également frappé un bâtiment utilisé par le Hamas pour tirer sur les troupes et stocker des armes, a ajouté Tsahal.

Des sirènes retentissent à Rosh Hanikra, près de la frontière avec le Liban

Des sirènes de roquettes retentissent à Rosh Hanikra, près de la frontière avec le Liban.

C’est la deuxième fois ce matin que les sirènes signalent des tirs de roquettes en provenance du Liban.

Blinken au Moyen-Orient, vers un cinquième mois de guerre Israël-Hamas

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken débarquant à l'aéroport israélien Ben Gurion pour une visite inopinée à Ramallah, en Cisjordanie, afin de rencontrer le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le 5 novembre 2023. (Crédit : Jonathan Ernst/POOL/AFP)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken débarquant à l'aéroport israélien Ben Gurion pour une visite inopinée à Ramallah, en Cisjordanie, afin de rencontrer le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le 5 novembre 2023. (Crédit : Jonathan Ernst/POOL/AFP)

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken poursuit mardi sa tournée au Moyen-Orient pour tenter d’imposer une trêve dans la guerre entre Israël et le Hamas qui s’apprête à entrer dans son cinquième mois.

M. Blinken, qui a entamé lundi en Arabie saoudite cette cinquième tournée régionale depuis le début de la guerre, fait route mardi matin vers l’Egypte puis gagnera en fin de journée le Qatar, deux pays médiateurs aux côtés de Washington, avant de se rendre en Israël et en Cisjordanie.

Des sirènes retentissent à Margaliot près de la frontière avec le Liban

Des sirènes retentissent à Margaliot près de la frontière avec le Liban, avertissant de l’arrivée de tirs de roquettes.

Les villes proches de la frontière nord ont été en grande partie évacuées depuis le 8 octobre, date à laquelle les forces dirigées par le Hezbollah ont commencé à lancer des attaques quotidiennes contre les communautés israéliennes et les postes militaires situés le long de la frontière.

Le groupe terroriste affirme qu’il agit ainsi pour soutenir Gaza dans le cadre de la guerre d’Israël contre le groupe terroriste Hamas, déclenchée par le massacre du 7 octobre.

 

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.