Israël en guerre - Jour 236

Rechercher

A Tel Aviv, le lieu du rassemblement pour les otages a été déplacé pour appuyer les demandes des organisateurs

Illustration : Ruby Chen, un sablier à la main, prend la parole lors d’une conférence de presse Place des Otages, à Tel Aviv, en Israël, le 16 décembre 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)
Illustration : Ruby Chen, un sablier à la main, prend la parole lors d’une conférence de presse Place des Otages, à Tel Aviv, en Israël, le 16 décembre 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

Le rassemblement hebdomadaire en faveur de la libération des otages a eu lieu en face de la base militaire de la Kirya, dans un mouvement destiné à appuyer les demandes de ses organisateurs vis-à-vis du gouvernement.

Depuis la scène, Shir Segal, dont la mère Aviva a été libérée le mois dernier et dont le père Keith est, selon toute probabilité, toujours otage, s’est adressée aux autorités de la sécurité de la base, haut-lieu de la hiérarchie de la Défense.

« Gantz, Gallant, Netanyahu, nous vous avons élus, maintenant écoutez-nous, entendez l’immense souffrance des otages et approuvez le principe d’un nouvel accord dès maintenant », a déclaré Shir Segal, tandis que plusieurs milliers de personnes, sur la Place des Otages, scandaient « Maintenant ».

Yamit Ashkenazi, la sœur de Doron Steinbrecher, également originaire de Kfar Aza et otage, a parlé de « l’immense douleur » du kibboutz suite à la mort accidentelle, de la main des soldats israéliens, de trois otages, deux d’entre eux originaires de Kfar Aza.

« L’objectif de cette guerre est de les ramener vivants, mais trois otages – deux d’entre eux originaires du kibboutz Kfar Aza – sont revenus dans des cercueils », a-t-elle dit, ajoutant que cela montrait la nécessité d’un « accord immédiat ».

Lors des précédents rassemblements, la scène était tournée vers le nord, face au musée d’art de Tel Aviv, tournant le dos à la Kirya.

L’autre nouveauté est le défilé, qui s’est arrêté près du rassemblement, et est audible depuis la place. On y entend une centaine de manifestants scander « Un accord maintenant ».

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.