Israël en guerre - Jour 144

Rechercher

« Je veux croire en l’espoir », assure la maire de Haïfa lors d’une manifestation à Tel Aviv

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

La maire de Haïfa, Einat Kalisch-Rotem, prend la parole lors du rassemblement pour les 100 jours du massacre du 7 octobre, le 14 janvier 2024 (Capture d'écran)
La maire de Haïfa, Einat Kalisch-Rotem, prend la parole lors du rassemblement pour les 100 jours du massacre du 7 octobre, le 14 janvier 2024 (Capture d'écran)

La maire de Haïfa, Einat Kalisch-Rotem, a pris la parole lors du rassemblement pour les 100 jours depuis le 7 octobre, en tant que membre de la famille de l’otage Itay Svirsky.

« Je veux croire en l’espoir, celui d’un pays libre sur notre terre », a-t-elle déclaré, reprenant les paroles de l’hymne israélien, Hatikva. Les otages sont nés libres et ils sont aujourd’hui emprisonnés, en captivité, a-t-elle dit, et « Nous ne pouvons chanter l’hymne de tout notre cœur que si nous n’avons pas perdu espoir ».

Kalisch-Rotem a ajouté qu’en tant que maire de Haïfa et donc fonctionnaire, son travail consistait à servir la population.

« Cette guerre a commencé chez nous, dans nos pièces sécurisées, celles-là même qui sont supposées nous sauver la vie », a rappelé Kalisch-Rotem, ajoutant que la seule façon de croire à nouveau en Israël était d’avoir des dirigeants « qui dirigent avec humilité et sagesse », et de faire en sorte que les otages soient libérés dans le cadre d’un accord, quel qu’en soit le prix.

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.