Israël en guerre - Jour 200

Rechercher

Lapid à la coalition : « Si vous avez encore une once d’équité, arrêtez »

Carrie Keller-Lynn est la correspondante politique et juridique du Times of Israël.

Le leader de l'opposition, Yaïr Lapid, s'exprimant lors d'un débat à la Knesset avant un vote sur le projet de loi du "caractère raisonnable", le 23 juillet 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le leader de l'opposition, Yaïr Lapid, s'exprimant lors d'un débat à la Knesset avant un vote sur le projet de loi du "caractère raisonnable", le 23 juillet 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le chef de l’opposition, Yaïr Lapid, déclare que les 29 semaines de protestations continues contre le vaste plan du gouvernement visant à priver le système judiciaire de son pouvoir démontrent la force de l’esprit démocratique d’Israël.

« Israël est né démocratique et nous avons un instinct démocratique », a déclaré Lapid en s’adressant à la Knesset.

Il ajoute que le projet de loi visant à supprimer le contrôle judiciaire sur le « caractère raisonnable » des décisions politiques de haut niveau « veut nous transformer en Pologne et en Hongrie, mais nous ne sommes pas ces pays ».

Faisant référence aux milliers d’Israéliens qui ont défilé samedi sur une grande route de Jérusalem pour protester contre le vote d’aujourd’hui sur le projet de loi du « caractère raisonnable », Lapid affirme que les Israéliens ne sont pas disposés à accepter la refonte judiciaire du gouvernement, dont le projet de loi sur le « caractère raisonnable » n’est que la première salve.

Trois générations ont défilé hier et ont scandé : « Vous êtes tombés sur la mauvaise génération ».

Faisant allusion aux avertissements de l’opposition selon lesquels Israël pourrait être au bord d’une guerre civile, inspirée par des tensions sociales de longue date attisées par le débat sur la réforme du système judiciaire, Lapid déclare : « Nous n’avons pas marché hier pour déclarer la guerre, mais pour l’empêcher. Pour dire au gouvernement : ‘Si vous avez encore une once d’équité, arrêtez’. »

Lapid estime qu’il est encore possible de parvenir à un compromis et a déclaré que si la coalition mettait fin à sa tentative unilatérale de modifier le pouvoir judiciaire, il reviendrait aux discussions organisées à la résidence présidentielle.

« Si vous arrêtez [l’avancement de la législation], nous sommes là [pour négocier]. Nous avons discuté à la résidence présidentielle. Les portes sont ouvertes et nous attendent tous. Elles attendent que nous revenions et que nous parlions pour éviter un désastre. Pour éviter la désintégration. Pour empêcher qu’une minorité extrême ne prenne le contrôle de la vie de la majorité israélienne », a-t-il déclaré.

S’adressant directement au cabinet, Lapid déclare : « Nous ne voulons pas vous vaincre sur ce point, car nous serions alors tous perdants. La vérité est que tout le monde veut un compromis, mais personne ne sait comment y parvenir ni à quoi il ressemblera. »

« Il n’y a qu’une seule façon de le savoir : continuer à essayer. Arrêter la législation. Se rendre à la résidence présidentielle. Nos jambes prieront pendant tout le trajet. Nous devons y aller et argumenter, nous battre et parler encore et encore, et ne pas cesser d’essayer parce que le destin d’Israël en dépend », ajoute-t-il.

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.