Rechercher

Miki Zohar veut commencer par contourner la Haute Cour, le Likud dément

Miki Zohar, député du Likud, arrive pour une réunion avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Tel Aviv, le 6 mai 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Miki Zohar, député du Likud, arrive pour une réunion avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Tel Aviv, le 6 mai 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Miki Zohar, député du Likud, affirme que le premier ordre du jour d’un éventuel nouveau gouvernement dirigé par le parti avec d’autres partis de droite et religieux sera l’adoption d’un projet de loi permettant à la Knesset de passer outre les décisions de la Haute Cour de justice.

Au micro de la Douzième chaîne, Zohar a déclaré que « nous souhaitons gouverner, donc la chose essentielle que nous ferons sera de promulguer la clause de neutralisation. »

Mais le Likud a publié une déclaration disant que la proposition de Zohar ne représentait que « son opinion personnelle ».

En réponse, Zohar, qui est 10e sur la liste du Likud, a déclaré qu’il n’avait pas l’intention de rejoindre la coalition si elle n’incluait pas la clause.

Le projet de loi donnerait à la Knesset la capacité d’annuler les décisions de la Haute Cour dans les cas où celle-ci annule de nouvelles lois.

A LIRE : Deux camps de la droite, deux réformes opposées du système judiciaire

Une telle mesure est depuis longtemps l’objectif des politiciens de droite et ultra-orthodoxes, qui ont vu la Cour annuler des mesures concernant l’appropriation de terres en Cisjordanie, la détention de migrants et le report de l’enrôlement militaire des ultra-orthodoxes.

Les législateurs de droite ont également présenté cette proposition controversée comme un outil permettant de protéger Netanyahu des accusations de corruption pour lesquelles il est jugé.

A LIRE – Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

C’est vous qui le dites...