Israël en guerre - Jour 199

Rechercher

Netanyahu à Fox News : L’apparente mésentente entre Washington et Jérusalem n’aide pas à l’effort de guerre

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu interviewé sur Fox News, le 11 mars 2024. (Crédit : Capture d'écran)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu interviewé sur Fox News, le 11 mars 2024. (Crédit : Capture d'écran)

Dans une interview accordée à Fox News, le Premier ministre Benjamin Netanyahu déclare que les désaccords observés entre les États-Unis et Israël rendent plus difficile la défaite contre le groupe terroriste palestinien du Hamas.

« Dans la mesure où le Hamas croit qu’il y a un obstacle entre nous, cela ne nous aide pas », affirme Netanyahu, après l’intensification des critiques du président américain Joe Biden et de la vice-présidente Kamala Harris au cours du week-end.

Un accord, en revanche, « contribue à l’effort de guerre et à nos efforts pour parvenir à la victoire et, bien entendu, à la libération des otages ».

Netanyahu affirme que les tentatives visant à imposer un État palestinien à Israël vont à l’encontre des souhaits de la grande majorité de l’opinion publique israélienne.

« Vous n’avez pas de problème avec moi. Vous avez un problème avec l’ensemble du peuple israélien. Ils sont vraiment unis comme jamais auparavant, unis pour anéantir le Hamas et s’assurer que nous n’aurons pas un autre État palestinien terroriste comme celui que nous avions à Gaza et qui pourrait menacer l’État d’Israël. »

Dans le même temps, Netanyahu affirme que Biden et lui-même sont parvenus à un large consensus.

Il affirme qu’ils sont tous deux d’accord sur le fait que les civils doivent être évacués de Rafah avant l’incursion de l’armée israélienne.

« Le président et moi-même sommes d’accord sur le fait que nous devons anéantir le Hamas. Nous ne pouvons pas laisser un quart de la force terroriste du Hamas en place à Rafah », a-t-il affirmé.

« Nous sommes d’accord sur les objectifs fondamentaux, mais nous avons aussi des désaccords. En fin de compte, c’est Israël qui doit décider. »

À la déclaration de Biden selon laquelle l’entrée à Rafah est une « ligne rouge » pour lui, Netanyahu répond que laisser les forces du Hamas intactes à Rafah est « une ligne rouge ». « Nous ne pouvons pas laisser le Hamas survivre. »

« Nous ne ralentirons pas » dans la guerre contre le Hamas, insiste Netanyahu.

Dans un possible signal adressé à Biden, qui semble faire pression sur Israël afin de séduire les électeurs progressistes avant les élections présidentielles de novembre, Netanyahu fait référence à des sondages qui montrent que « 82 % des Américains soutiennent Israël contre le Hamas ».

Interrogé sur les propos de Biden lors du discours sur l’état de l’Union, selon lesquels lui et Netanyahu devraient avoir une conversation sur le thème « Come to Jesus », il répond qu’il n’est « pas familier avec ce terme, même si Jésus n’est pas né si loin d’ici ».

« S’il s’agit d’une conversation à cœur ouvert, nous l’avons eue de nombreuses fois au cours des 40 années où j’ai connu Joe Biden, et au cours des 12 ou 13 conversations que nous avons eues au cours de la guerre », précise Netanyahu.

Netanyahu affirme qu’Israël est « très proche de la victoire » et que la victoire « arrivera plus rapidement si nous sommes unis ».

« D’une manière ou d’une autre, nous allons y arriver », promet Netanyahu.

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.