Israël en guerre - Jour 236

Rechercher

Ron Huldai : Les dictatures ne redeviennent démocratiques qu’après un bain de sang

Le maire de Tel Aviv, Ron Huldai, assiste à la conférence internationale annuelle sur l'innovation municipale à Tel Aviv, le 19 février 2020. (Miriam Alster/Flash90)
Le maire de Tel Aviv, Ron Huldai, assiste à la conférence internationale annuelle sur l'innovation municipale à Tel Aviv, le 19 février 2020. (Miriam Alster/Flash90)

Le maire de Tel Aviv, Ron Huldai, a affirmé que si Israël se transforme en dictature, il ne redeviendra une démocratie qu’après un bain de sang.

« Les États peuvent se transformer d’une démocratie en une dictature, comme c’est le cas ici. Les dictatures ne redeviennent démocratiques qu’au prix d’un bain de sang. C’est l’histoire du monde », déclare Huldai à la Treizième chaîne.

« [Les politiciens] ne sont pas intéressés par le plaidoyer du président. Je lance un appel à toutes les personnes sérieuses qui connaissent l’Etat d’Israël – vous devez comprendre qu’il n’y a pas de droite ou de gauche ici ; il y a des méchants contre des gentils », a dit Huldai, faisant référence à l’appel au compromis du président Isaac Herzog la veille.

Huldai est l’un des dizaines de milliers de manifestants qui se sont rassemblés devant la Knesset à Jérusalem pour protester contre la réforme judiciaire du gouvernement.

Le projet de refonte du ministre de la Justice Yariv Levin, qui est soutenu par Benjamin Netanyahu actuellement jugé pour corruption, prévoit de restreindre de manière importante la capacité de la Haute-cour à invalider des lois et des décisions gouvernementales avec l’adoption d’une clause dite « dérogatoire » qui permettrait au Parlement de surseoir aux décisions de la Cour suprême avec un vote à la majorité simple de 61 députés. Ces propositions prévoient aussi de donner au gouvernement le contrôle total de la sélection des juges ; de faire disparaître la notion juridique du « caractère raisonnable » du code pénal israélien, une notion sur laquelle s’appuient les magistrats pour juger une législation ou une décision prise par la coalition et elles prévoient également que les ministres seront autorisés à nommer leurs propres conseillers juridiques au lieu de devoir faire appel à ceux qui opèrent sous les auspices du ministère de la Justice.

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.