Livni : Netanyahu essaie de faire taire les médias et veut une presse “faible”
Rechercher

Livni : Netanyahu essaie de faire taire les médias et veut une presse “faible”

Yesh Atid votera le budget 2017 – 2018 s’il comprend de l’argent pour le Nord

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

La députée de l'Union sioniste Tzipi Livni pose une question au Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant l'heure des questions parlementaires, le 18 juillet 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
La députée de l'Union sioniste Tzipi Livni pose une question au Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant l'heure des questions parlementaires, le 18 juillet 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Tzipi Livni, numéro deux de l’Union sioniste, a accusé le Premier ministre Benjamin Netanyahu de tenter de réduire les médias au silence, affirmant qu’il souhaite une presse « faible ».

Attaquant les efforts du Premier ministre pour démanteler la nouvelle corporation de radiodiffusion publique, la députée a déclaré que Netanyahu « ne veut qu’il n’y ait là-bas qu’une seule voix : la sienne. »

« S’il n’y a pas de radiodiffuseur public, cela nuit au public », a-t-elle déclaré.

Le président l’Union sioniste, Isaac Herzog, a quant à lui déclaré lundi que le gouvernement faisait face à de « réels défis », notamment la « stabilité de la démocratie », le sujet de l’évacuation de l’avant-poste illégal d’Amona, en Cisjordanie, et le budget pour les deux années à venir.

Herzog a déclaré que la « haine qui a entraîné [l’assassinat du premier ministre Yitzhak] Rabin a un nouveau visage », qu’il a décrit comme la haine pour une position politique, plutôt que pour un individu.

Herzog a appelé tous les Israéliens à assister à l’hommage à Rabin à Tel Aviv samedi soir.

Il a déclaré qu’il assisterait à la cérémonie place Rabin avec Tzipi Livni, numéro deux de l’Union sioniste.

« J’appelle tous les citoyens israéliens, tous les députés, tous les militant du parti » à y assister, a-t-il déclaré.

D’autre part, le dirigeant du parti Yesh Atid, Yair Lapid, a déclaré que son parti, qui siège dans l’opposition, soutiendrait le budget si Netanyahu remettait en place un plan de finance pour développer les communes du Nord d’Israël.

Le chef du parti Yesh Atid, le député Yaïr Lapid lors de la conférence de presse avec la presse étrangère à Jérusalem, le lundi 25 janvier 2016. (Crédit : capture d'écran)
Le chef du parti Yesh Atid, le député Yaïr Lapid lors de la conférence de presse avec la presse étrangère à Jérusalem, le lundi 25 janvier 2016. (Crédit : capture d’écran)

« Si le plan revient dans le budget, comme l’a promis le Premier ministre, nous le voterons avec joie », a déclaré Lapid au début de la réunion hebdomadaire de son parti.

Le budget a des financements pour tous les partis, mais « pour ça, il n’y a pas d’argent », a-t-il déclaré.

Pendant que Lapid s’adressait à ses députés, des centaines de manifestants du nord d’Israël se rassemblaient devant la Knesset pour protester contre la décision du gouvernement de supprimer le programme de son budget pour deux ans.

Précédemment, des manifestants opposés à cette coupe avaient lancé du papier toilette au ministre des Finances Moshe Kahlon pendant une réunion de la commission des Finances.

Ilan Gilon (à droite), député du Meretz, pendant une manifestation d'habitants du nord d'Israël contre le projet de coupes budgétaires pour leurs communes, devant la Knesset, à jérusalem, le 31 octobre 2016. "Le gouvernement perd le nord", peut-on lire sur les bannières. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Ilan Gilon (à droite), député du Meretz, pendant une manifestation d’habitants du nord d’Israël contre le projet de coupes budgétaires pour leurs communes, devant la Knesset, à jérusalem, le 31 octobre 2016. « Le gouvernement perd le nord », peut-on lire sur les bannières. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...