L’ONU accuse Damas de « crimes contre l’humanité » dans la Ghouta orientale
Rechercher

L’ONU accuse Damas de « crimes contre l’humanité » dans la Ghouta orientale

La Commission d'enquête indépendante et internationale sur la Syrie a rendu public un rapport de 23 pages détaillant les souffrances endurées par les civils dans cette enclave

Fumée s'élève suite aux bombardements du gouvernement syrien sur la ville assiégée par les rebelles de Harasta, dans la région de la Ghouta orientale, à la périphérie de Damas, le 12 mars 2018 (Crédit : AFP PHOTO)
Fumée s'élève suite aux bombardements du gouvernement syrien sur la ville assiégée par les rebelles de Harasta, dans la région de la Ghouta orientale, à la périphérie de Damas, le 12 mars 2018 (Crédit : AFP PHOTO)

Les crimes perpétrés par les forces loyales au régime syrien pendant le siège de la Ghouta orientale, notamment en affamant des civils, s’apparentent à des « crimes contre l’humanité », a conclu mercredi une enquête de l’ONU.

Cette enclave rebelle située aux portes de Damas a été reprise par le régime en avril, après 5 années de siège.

« A l’issue du plus long siège de l’histoire moderne (…) la Commission d’enquête de l’ONU a condamné cette pratique barbare », ont déclaré les enquêteurs dans un communiqué.

La Commission d’enquête indépendante et internationale (COI) sur la Syrie a été mandatée en mars par le Conseil des droits de l’homme pour enquêter sur les événements qui se sont déroulés entre février et avril 2018 dans la Ghouta orientale. Elle a rendu public un rapport de 23 pages détaillant les souffrances endurées par les civils dans cette enclave.

« Le fait que des civils assiégés soient attaqués sans distinction et qu’ils soient privés systématiquement de nourriture et de médicaments est totalement odieux », a déclaré le chef de la COI, Paulo Pinheiro, dans un communiqué.

Il a accusé les forces loyales syriennes d’avoir recouru à des tactiques « illégales », visant à « punir les habitants et forcer la population à se rendre ou à mourir de faim ».

Le rapport conclut que « certains actes perpétrés par les forces pro-gouvernementales pendant le siège, notamment la privation délibérée de nourriture de la population civile comme pratique de guerre, s’apparentent à des crimes contre l’humanité ».

« Des centaines de milliers de Syriens, femmes, hommes, enfants, dans tout le pays ont trop longtemps souffert des effets pervers et durables de cette forme médiévale de combat », a souligné le rapport.

La Commission a également accusé les groupes rebelles ou islamistes, comme Jaich al-Islam, Ahrar al-Cham et Hayat Tahrir al-Cham, d’avoir commis des « crimes de guerre » en lançant « des attaques aveugles » sur Damas, qui ont tué et mutilé des centaines de civils.

« Pendant toute la durée du siège, des groupes armés ont arrêté de façon arbitraire et torturé des civils à Douma, parmi lesquels des membres de minorités religieuses, commettant de façon répétée des crimes de guerre tels que la torture, les traitements cruels et les outrages à la dignité », a indiqué le rapport.

Les enquêteurs, qui n’ont pas été autorisés à mener des investigations en Syrie, affirment avoir basé leurs conclusions sur quelque 140 interviews organisées dans la région et à partir de Genève.

Le rapport a également rappelé qu’à la chute de la Ghouta orientale, le 14 avril, environ 140 000 personnes avaient été déplacées de leur foyer.

Des dizaines de milliers d’entre elles sont encore internées illégalement par les forces gouvernementales dans des camps aménagés autour de Damas, a ajouté le document.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...