L’opposition saisit la Cour après le rejet du vote sur l’enquête des sous-marins
Rechercher

L’opposition saisit la Cour après le rejet du vote sur l’enquête des sous-marins

Lapid accuse les alliés de Netanyahu de miner la démocratie après le rejet par Levin du vote ; le chef du groupe Meretz annonce saisir la justice

La députée Tamar Zandberg du parti de gauche Meretz après l'annulation par le président de la Knesset d'un vote demandant une enquête sur l'affaire des sous-marins, le 21 octobre 2020. (Shmulik Grossman/Knesset)
La députée Tamar Zandberg du parti de gauche Meretz après l'annulation par le président de la Knesset d'un vote demandant une enquête sur l'affaire des sous-marins, le 21 octobre 2020. (Shmulik Grossman/Knesset)

Les députés de l’opposition ont attaqué mercredi le Premier ministre Benjamin Netanyahu, après l’annulation par le président de la Knesset Yariv Levin d’un vote en plénière visant à établir une enquête parlementaire sur une importante affaire de corruption dans laquelle plusieurs alliés du Premier ministre sont poursuivis au pénal.

Levin, un allié de Netanyahu au sein du parti du Likud, a révoqué le vote initial sur un point technique et la proposition a ensuite été rejetée lors d’un second vote, alors que l’opposition faisait savoir avec brouhaha sa colère.

Le chef de l’opposition Yair Lapid, dont le parti Yesh Atid-Telem a soutenu la motion, a déclaré que le comportement du gouvernement privait la Knesset de son rôle dans la démocratie israélienne.

« Je suis membre de la Knesset depuis huit ans. Jamais un vote n’a été annulé après le scrutin. J’ai parlé aux membres les plus anciens de cette Assemblée ; aucun d’entre eux ne se souvient de quelque chose de similaire », a expliqué M. Lapid dans une déclaration télévisée. « Si vous pouvez annuler des votes, vous pouvez fermer la Knesset. On n’en a plus besoin. »

Lapid a dit que la Knesset était « juste un théâtre pour que Netanyahu puisse faire le tour du monde et prétendre qu’Israël est toujours une démocratie ».

Il a affirmé que la coalition voulait bloquer l’enquête sur le scandale de corruption, connu sous le nom « d’affaire des sous-marins », parce que Netanyahu serait impliqué si elle se poursuivait.

« Il est impliqué jusqu’au cou dans ce scandale. C’est pourquoi ils sont prêts à tout faire pour empêcher une enquête », a déclaré M. Lapid.

Le chef de l’opposition Yair Lapid s’adresse au plénum de la Knesset, le 19 octobre 2020. (Shmulik Grossman/Porte-parole de la Knesset)

Il s’est également dit déçu que ses anciens alliés du parti Kakhol lavan aient évité le vote. Kakhol lavan a abandonné son partenariat avec le parti Yesh Atid de Lapid pour créer une coalition au pouvoir avec Netanyahu, promettant de freiner son comportement de l’intérieur.

« Ils ne sont pas la dernière ligne de défense de la démocratie, ils sont la dernière ligne de défense de Netanyahu », a déclaré M. Lapid. « Le peuple de Netanyahu a tiré sur la démocratie israélienne à bout portant et Kakhol lavan s’est encore enfui. »

Miki Zohar, chef de la coalition, plaide sa cause devant le vice-président de la Knesset, Mansour Abbas, en séance plénière, le 21 octobre 2020. (Shmulik Grossman/Knesset)

Le bureau du conseiller juridique de la Knesset a déclaré qu’il examinerait l’annulation du vote, a rapporté Walla.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...