Israël en guerre - Jour 199

Rechercher

L’opposition soutient le raid de Jénine mais demande la fin du blitz judiciaire

Lapid et Gantz appellent le gouvernement à mettre un terme aux efforts pour réformer le système judiciaire ; les manifestants se sont rassemblés à Ben Gurion et au port de Haïfa

Le chef du parti HaMahane HaMamlahti, Benny Gantz, dirigeant une réunion de  sa faction, à la Knesset, à Jérusalem, le 3 juillet 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/ Flash90)
Le chef du parti HaMahane HaMamlahti, Benny Gantz, dirigeant une réunion de sa faction, à la Knesset, à Jérusalem, le 3 juillet 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/ Flash90)

Les députés de l’opposition ont apporté leur soutien à l’opération de Tsahal dans la ville de Jénine en Cisjordanie lundi, mais ont critiqué le gouvernement pour sa reprise du processus législatif de la réforme du système judiciaire.

S’exprimant lors d’une réunion hebdomadaire de sa faction Yesh Atid, le chef de l’opposition Yaïr Lapid a déclaré qu’il soutenait les forces de sécurité et a demandé à la communauté internationale de considérer les 28 victimes du terrorisme de cette année « avant de dénoncer Israël » pour sa campagne contre le terrorisme émanant de Jénine.

Cependant, il a déclaré que la coalition aurait dû arrêter l’avancement d’un projet de loi visant à restreindre le contrôle judiciaire des décisions du gouvernement, ce qui aurait facilité les militants anti-réforme à arrêter leurs manifestations alors que l’opération était toujours en cours.

« Le gouvernement aurait dû arrêter le processus législatif, voilà ce qui aurait dû se passer aujourd’hui. Ainsi, il y aurait de la place pour terminer la manifestation à l’aéroport Ben Gurion. C’est aussi ce que les organisateurs de la manifestation ont dit », a déclaré Lapid, réitérant qu’il n’appellerait pas à l’arrêt de la grande manifestation prévue à l’aéroport.

« Les manifestants ont pleinement le droit de manifester dans un pays démocratique … tant que nous sommes un pays démocratique », a-t-il déclaré.

Quelques heures plus tôt, le groupe de réservistes Frères d’armes avait appelé la coalition à arrêter l’avancement du projet de loi visant à empêcher les juges d’exercer un contrôle judiciaire sur le critère de « caractère raisonnable » des décisions du gouvernement, affirmant qu’elle n’aurait d’autre choix que de protester si les discussions de la Knesset sur la législation se poursuivaient, même dans le contexte de l’opération militaire en cours.

Lapid a également noté qu’il avait une réunion prévue la semaine prochaine pour recevoir une mise à jour de sécurité du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Le chef du parti HaMahane HaMamlahti, Benny Gantz, a soutenu l’opération de Jénine et a mis en garde les groupes terroristes du Hamas et du Hezbollah contre toute implication, déclarant que « quiconque menace des citoyens israéliens finira en prison ou dans une tombe ».

« Nous soutenons tous les forces de sécurité et Tsahal, leur faisons confiance pour mener à bien la mission et prions pour qu’ils rentrent chez eux en paix », a-t-il déclaré. « Nous, en tant qu’opposition responsable, soutenons le gouvernement dans sa lutte contre le terrorisme. »

Des hommes armés palestiniens prenant position lors d’un affrontement avec l’armée israélienne dans la ville de Jénine, en Cisjordanie, le 3 juillet 2023. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)

L’opération de Jénine a été lancée tôt lundi matin, en réponse à une série d’attentats terroristes meurtriers perpétrés par des Palestiniens de la région.

Tsahal a déclaré que l’opération avait commencé par une série de frappes aériennes contre plusieurs cibles « d’infrastructures terroristes » dans la ville, y compris une salle de guerre commune partagée par divers groupes armés de la ville.

Les responsables palestiniens de la santé ont déclaré que huit personnes avaient été tuées et au moins 27 autres blessées, dont sept considérées dans un état grave, lors des frappes et des affrontements avec les forces israéliennes, qui se sont poursuivis dans la nuit.

Gantz, se faisant l’écho de Lapid, a exigé l’arrêt de la réforme, accusant Netanyahu de faire avancer le processus législatif, tout en négligeant des questions plus urgentes.

« Notre unité et notre force sont essentielles à notre existence. Netanyahu doit faire face à nos énormes défis et arrêter ses efforts législatifs », a déclaré Gantz. « Au lieu de s’occuper du démantèlement de la démocratie et de son coup d’État, Netanyahu doit s’arrêter, faire face aux grands défis et ne pas céder à la petite politique. »

La cheffe du parti Avoda, Merav Michaeli, a accusé les anciens gouvernements de Netanyahu d’avoir permis l’anarchie à Jénine.

« La situation sécuritaire à Jénine est le résultat du renforcement du Hamas et de l’affaiblissement de l’Autorité palestinienne, par les anciens gouvernements Netanyahu », a déclaré Michaeli à l’ouverture de la réunion de sa faction.

« Cette politique de longue date nous explose au visage », a-t-elle ajouté.

« La véritable sécurité ne peut être obtenue que par un accord diplomatique », a-t-elle déclaré, appelant à une solution à deux États pour mettre fin au conflit israélo-palestinien.

Michaeli a accusé la coalition de « profiter de l’opération » pour faire adopter un projet de loi visant à restreindre le contrôle judiciaire de la notion de « caractère raisonnable » des décisions des élus.

« Je ne soutiens pas le gouvernement, j’envoie de la force à Tsahal et aux forces de sécurité », a-t-elle déclaré.

La cheffe du parti Avoda Merav Michaeli lors d’une réunion de sa faction, à la Knesset, à Jérusalem, le 5 juin 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le chef de l’alliance arabe radicale Hadash-Taal, le député Ayman Odeh, a déclaré que l’opération en cours du gouvernement à Jénine faisait partie d’un plan visant à annexer des parties de la Cisjordanie.

« L’objectif est l’annexion de la zone C », a déclaré Odeh au début de sa réunion de faction à la Knesset, faisant référence aux zones contrôlées par Israël dans le cadre des Accords d’Oslo.

« La nation palestinienne continuera à lutter jusqu’à ce qu’une nation soit formée sur les lignes de 1967, aux côtés de l’État d’Israël », a-t-il déclaré.

Le chef du parti Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, a soutenu l’opération, mais a déclaré que cela « n’était pas suffisant.

« Sans traiter avec les dirigeants du [groupe terroriste palestinien du] Hamas dans la Bande de Gaza qui ont assumé la responsabilité de la série d’attaques terroristes que nous avons récemment vécues », a déclaré Liberman. « Traiter uniquement avec Jénine, cela n’a pas de sens. Nous devons revenir aux assassinats ciblés. »

Le Likud, le parti de Netanyahu, a annulé sa réunion de faction en raison de l’opération de Jénine.

Le parti ultra-orthodoxe le Shas a ouvert sa réunion du parti par des prières pour le succès à Jénine.

Des manifestants bloquant l’entrée du port de Haïfa lors d’une manifestation contre la réforme du système judiciaire prévue par le gouvernement, le 3 juillet 2023. (Crédit : Shir Torem/Flash90)

Alors que les négociations entre la coalition et l’opposition sur une réforme judiciaire largement consensuelle se sont effondrées, la lutte pour la refonte s’est de nouveau intensifiée ces derniers jours alors que le gouvernement se prépare à faire adopter unilatéralement certaines parties de la législation.

Jurant d’aller de l’avant avec une journée de manifestations planifiées, malgré l’opération de Jénine, des manifestants anti-gouvernement ont bloqué l’accès au port de Haïfa lundi matin et se sont rassemblés à l’aéroport Ben Gurion dans l’après-midi.

Des Israéliens protestant contre les projets du gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu de réformer le système judiciaire, à l’aéroport Ben Gurion près de Tel Aviv, le 3 juillet 2023. (Crédit : AP Photo/ Ohad Zwigenberg)

Les manifestations s’intensifient alors que la commission de la Constitution, du Droit et de la Justice de la Knesset a entamé ses délibérations sur le projet de loi sur la notion de « caractère raisonnable ». Les membres de la coalition ont promis d’adopter une telle loi avant les congés d’été de la Knesset, à la fin du mois.

Les organisateurs de la manifestation avaient déclaré qu’ils annuleraient les événements de lundi si la commission reportait sa session lundi, mais la réunion de la Knesset s’est déroulée comme prévu.

De la fumée s’échappant des maisons à l’intérieur du camp de réfugiés de Jénine, après une frappe aérienne israélienne dans la ville de Jénine, au nord de la Cisjordanie, le 3 juillet 2023. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)

Les tensions entre Israéliens et Palestiniens sont vives dans toute la Cisjordanie depuis un an et demi, l’armée israélienne menant des opérations antiterroristes quasi-quotidiennes en Cisjordanie suite à plusieurs attentats terroristes palestiniens particulièrement meurtriers.

Depuis le début de l’année, les attentats terroristes en Israël et en Cisjordanie ont fait 24 morts et plusieurs blessés graves.

Selon le Times of Israel, 144 Palestiniens de Cisjordanie ont été tués au cours de cette période – la plupart lors d’affrontements avec des soldats, mais certains dans des circonstances plus douteuses qui font l’objet d’une enquête par Tsahal.

Le nord de la Cisjordanie, et en particulier la ville de Jénine et ses environs, est depuis longtemps considéré par Tsahal comme un foyer du terrorisme. Selon Tsahal, quelque 50 fusillades ont été menées par des habitants de la région depuis l’année dernière, et 19 Palestiniens recherchés se sont enfuient à Jénine pour se cacher des forces israéliennes.

Carrie Keller-Lynn a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.