Rechercher

L’UE « rejette » le statut d’observateur de Chypre-Nord dans une organisation turcique

Erdogan avait "remercié" les membres de l'OET d'avoir "accepté la République de Chypre-Nord comme membre observateur", mais les autres membres n'avaient pas confirmé cette adhésion

Carte des membres de l'Organisation des Etats turciques. (Crédit : AteshCommons / Domaine public)
Carte des membres de l'Organisation des Etats turciques. (Crédit : AteshCommons / Domaine public)

L’Union européenne a « rejeté » samedi les déclarations de la Turquie sur l’adhésion de l’autoproclamée République turque de Chypre-Nord (RTCN) comme membre observateur de l’Organisation des États turciques (OET), dénonçant « toute action visant à faciliter (…) la reconnaissance internationale de l’entité sécessionniste chypriote turque ».

Lors d’un sommet de l’OET à Samarcande, en Ouzbékistan, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait « remercié » les membres de cette organisation d’avoir « accepté la République de Chypre-Nord comme membre observateur ».

Mais les autres membres de l’OET n’avaient toutefois pas confirmé cette adhésion, l’Ouzbékistan, pays hôte du sommet, et le Kazakhstan jetant même l’incertitude sur l’annonce turque, sans toutefois la démentir formellement.

« Cette décision, en attente de ratification par les membres de l’Organisation, est regrettable et contredit le fait que plusieurs membres de l’Organisation ont exprimé leur soutien ferme au principe de l’intégrité territoriale et à la Charte des Nations unies », a déclaré Peter Stano, le porte-parole du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell, dans un communiqué.

« Toute action visant à faciliter ou à aider de quelque manière que ce soit la reconnaissance internationale de l’entité sécessionniste chypriote turque nuit gravement aux efforts visant à créer un environnement propice à la reprise des pourparlers sous les auspices des Nations unies », a-t-il poursuivi, rappelant que l’UE « ne reconnaît que la République de Chypre comme un sujet de droit international, conformément aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies ».

Dans un communiqué diffusé samedi soir, le ministère turc des Affaires étrangères a « entièrement rejeté » la déclaration de l’UE.

« La décision concernant l’adhésion comme membre observateur de la RTCN a été prise à l’unanimité au sommet de l’OET », a affirmé Ankara, accusant l’UE « d’hypocrisie » et d’être « prisonnière des politiques stériles » de la Grèce et de Chypre.

Le président turc avait plus tôt affirmé que l’adhésion de Chypre-Nord comme membre observateur à l’OET n’avait pas valeur de reconnaissance.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan prononce un discours lors d’une réunion de son parti Justice et Développement à la Grande Assemblée nationale turque à Ankara, le 18 mai 2022. (Crédit : Adem Altan/AFP)

« Il serait faux de considérer ceci comme une reconnaissance. Une reconnaissance a d’autres caractéristiques et c’est quelque chose de délicat », a déclaré M. Erdogan aux journalistes à bord de son vol de retour de Samarcande.

Le chef de l’Etat turc a cependant ajouté son intention de « travailler » pour la reconnaissance internationale de Chypre-Nord.

La RTCN a proclamé son indépendance unilatéralement en 1983, neuf ans après l’invasion du nord de Chypre par l’armée turque, en réaction à un coup d’Etat de nationalistes chypriotes-grecs qui voulaient rattacher l’île à la Grèce.

Cette « déclaration de sécession » a été jugée « juridiquement nulle » par le Conseil de sécurité de l’ONU trois jours plus tard.

Chypre reste aujourd’hui divisée, la République de Chypre, membre de l’UE depuis 2004, n’exerçant son autorité que sur la partie sud de l’île.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...