L’un des fondateurs du Hamas placé en détention administrative par Israël
Rechercher

L’un des fondateurs du Hamas placé en détention administrative par Israël

Hassan Youssef a été arrêté le 2 avril ; il a déjà été arrêté à plusieurs reprises par Israël et "a passé près de vingt ans en détention"

Le dirigeant du Hamas, Hassan Youssef dans son bureau à Ramallah le 30 juillet 2015 (Crédit photo: Elhanan Miller / Times of Israel)
Le dirigeant du Hamas, Hassan Youssef dans son bureau à Ramallah le 30 juillet 2015 (Crédit photo: Elhanan Miller / Times of Israel)

Hassan Youssef, l’un des fondateurs du groupe terroriste islamiste du Hamas, a été placé lundi en détention administrative par les autorités israéliennes pour une durée de six mois, a indiqué son fils à l’AFP.

Le Shin Bet, service de sécurité intérieure israélien, a confirmé l’information sans fournir de détails.

La détention administrative, remontant à l’Empire ottoman, est une disposition qui permet à Israël de détenir des Palestiniens sans inculpation ni jugement pour des périodes de six mois renouvelables indéfiniment.

Hassan Youssef, l’un des principaux chefs du Hamas en Cisjordanie, a été arrêté à son domicile le 2 avril, selon le Club des prisonniers palestiniens.

Il a été arrêté à plusieurs reprises par Israël auparavant et « a passé près de vingt ans en détention », a dit une porte-parole du Club, Amani Sarahna.

Hassan Youssef, 64 ans, était en prison quand il a été élu en 2006 au Parlement palestinien, aujourd’hui inactif. Il avait été libéré la dernière fois fin 2018 après 10 mois de détention administrative.

« Nous condamnons cette décision. Mon père souffre de diabète et de tension », a expliqué à l’AFP son fils Owais.

Il y a actuellement environ 500 Palestiniens placés en détention administratives en Israël, et six sont en grève de la faim pour protester contre cette disposition, a dit la porte-parole du Club des prisonniers palestiniens.

Mossab Youssef, fils du fondateur du Hamas le cheikh Hassan Youssef, à une conférence de presse à Jérusalem le 19 juin 2012 (Crédit photo : Yonatan Sindel/Flash90)

Hassan Youssef est connu pour avoir déshérité son fils qui avait admis avoir travaillé comme informateur pour le Shin Bet, sous le nom de code de « Prince vert », durant la seconde Intifada.

Les partisans en Israël de la détention administrative défendent cette mesure en invoquant la nécessité de mettre à l’écart des individus présumés dangereux et l’impossibilité, pour des raisons supérieures de sécurité, de rendre publiques certaines preuves retenues contre eux.

Les détracteurs dénoncent la détention administrative comme attentatoire aux droits fondamentaux. Elle est l’un des grands motifs de protestation palestiniens contre les agissements israéliens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...