Rechercher

Macron appelle à résister « au retour du nationalisme »

Sa déclaration intervient alors que la campagne pour la présidentielle d'avril 2022 a débuté sur les thèmes de l'identité française et de l'immigration

Le président français Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée le 9 novembre 2021 depuis l’Elysée, à Paris. (Crédit : Christophe ARCHAMBAULT / AFP)
Le président français Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée le 9 novembre 2021 depuis l’Elysée, à Paris. (Crédit : Christophe ARCHAMBAULT / AFP)

« N’ayons pas peur, croyons en nous ! », a lancé mardi Emmanuel Macron en s’adressant aux Français et en les appelant à « résister » aux « obscurantismes » et au « retour du nationalisme » à cinq mois de la présidentielle.

« Je vois bien, je sens bien, j’entends bien l’incertitude, les doutes, parfois la fatigue, quelque fois la colère (…) qui se manifestent », a déclaré le chef de l’État au cours d’une allocution télévisée.

« Mais regardez ce que nous avons réussi en agissant ensemble » ces derniers mois avec la crise du COVID-19, a-t-il ajouté.

« Unis, nous avons réussi l’impensable. Alors je vous le dis avec beaucoup de conviction : n’ayons pas peur, croyons en nous, croyons en la France, en une France qui reste elle-même, forte de son histoire, de sa culture, de sa langue, de sa laïcité, de ce qui l’unit, forte de son esprit de résistance » à « la soumission aux dogmes, aux obscurantismes, au retour du nationalisme » et « forte de sa volonté d’embrasser l’avenir et de continuer d’assumer sa part d’universel », a-t-il ajouté. Avant de conclure : « Croyons en nous, nous le méritons. »

Cette déclaration intervient alors que la campagne pour la présidentielle d’avril 2022 a débuté sur les thèmes de l’identité française et de l’immigration, brandis en particulier par les candidats de la droite et de l’extrême droite.

Selon un sondage Harris Interactive pour Challenges publié mercredi, le polémiste identitaire Eric Zemmour arrive en deuxième position, avec 18-19 % des intentions de vote, derrière Emmanuel Macron (23-24 %) – les deux n’étant pas encore candidats – et devance Marine Le Pen (15-16 %) selon les configurations testées.

Dans son allocution, Emmanuel Macron a insisté sur l’importance des mesures qu’il proposera dans le cadre de la présidence française de l’Union européenne au cours du premier semestre 2022. Car « seule une entente européenne solidaire et volontaire peut apporter à chacun de nos pays européens un relais et une force de frappe. Il suffit d’ouvrir les yeux pour mesurer combien nos intérêts se rencontrent et s’accordent », a-t-il expliqué. 

Selon lui, « les orientations de l’UE ne sont pas lointaine ou évanescentes, elles sont la trame de nos vies, et des années qui viennent ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...