Manche : le long parcours d’un professeur d’histoire pour reconnaître des Justes
Rechercher

Manche : le long parcours d’un professeur d’histoire pour reconnaître des Justes

Les époux Tourneux ont sauvé et caché un enfant juif nommé Jean-Claude en Normandie durant la Seconde Guerre mondiale

L'église Notre-Dame de Carentan. (Crédit : Andreas F. Borchert / CC BY-SA 4.0)
L'église Notre-Dame de Carentan. (Crédit : Andreas F. Borchert / CC BY-SA 4.0)

Il aura fallu plus de sept ans de travail et de recherches à Olivier Jouault, professeur d’histoire au collège Gambetta de Carentan (Normandie), pour clore son dossier visant à attribuer le titre de Justes parmi les nations à un couple défunt de sa ville.

Après un premier contrôle au centre Yad Vashem de Paris, le dossier sera transmis au mémorial de Yad Vashem à Jérusalem, où il sera examiné par le comité qui attribue le titre de Juste parmi les nations. « C’est un grand soulagement pour moi et le sentiment du devoir accompli ! », explique Olivier Jouault au journal Ouest-France.

Les époux Tourneux – lui était directeur de l’usine des phosphates de Brévands et elle couturière à domicile – ont sauvé et caché un enfant juif nommé Jean-Claude durant la Seconde Guerre mondiale.

S’ils sont tous deux décédés, le professeur a pu rencontrer Jean-Claude Prager, qui habite dans la banlieue de Lyon, ainsi que sa fille, qui transmet désormais son histoire – son père étant trop touché par la maladie pour témoigner.

« Maintenant nous recherchons des descendants des époux Tourneux, neveux, nièces, qui pourraient aussi compléter leur histoire mais aussi des témoignages de Carentanais qui ont eu connaissance de faits de cette période, camarades d’école de Jean-Claude, appelé à l’époque Bouvier », explique Olivier Jouault. « Car le titre de Juste ne peut être remis qu’à des descendants. »

Le 17 mai prochain, un monument en homage à tous les Juifs déportés et aux Justes parmi les nations de la Manche sera inauguré à Cherbourg.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...