Israël en guerre - Jour 144

Rechercher

Marche des drapeaux : « Mort aux Arabes » scandé et agressions contre les Palestiniens

Des milliers de nationalistes religieux, des ministres et des élus ont participé à cet événement controversé

Des participants israéliens à la Marche des drapeaux annuelle frappant des résidents palestiniens de la Vieille Ville de Jérusalem, le 18 mai 2023. (Crédit : Ir Amim)
Des participants israéliens à la Marche des drapeaux annuelle frappant des résidents palestiniens de la Vieille Ville de Jérusalem, le 18 mai 2023. (Crédit : Ir Amim)

Des milliers d’Israéliens ont participé jeudi à la Marche des drapeaux de Jérusalem. Cet événement annuel très controversé a de nouveau donné lieu à des chants racistes et à des échauffourées avec des résidents palestiniens, alors que les participants nationalistes religieux, en grande partie des adolescents, se frayaient un chemin à travers le quartier musulman de la Vieille Ville.

Malgré plusieurs dizaines de cas de violence et de harcèlement de la part de participants juifs et les menaces proférées avant la marche par des groupes terroristes de Gaza, le rassemblement s’est achevé sans incident majeur. Il y a deux ans, le Hamas avait tiré des roquettes sur Jérusalem à l’occasion de la marche, ce qui avait entraîné une guerre de 11 jours entre Israël et Gaza.

Le défilé annuel vers le mur Occidental est censé marquer la réunification par Israël de Jérusalem-Est et de Jérusalem-Ouest lors de la Guerre des Six Jours de 1967, mais il a gagné en notoriété au fil des ans, car il est souvent entaché de discours haineux et de violences de la part de participants juifs d’extrême-droite à l’égard des Palestiniens et de leurs biens.

L’aspect particulièrement sensible de la Marche des drapeaux est son itinéraire à travers la porte de Damas et le quartier musulman, qui sont très majoritairement côtoyés par les Palestiniens. Les critiques affirment que ce rassemblement est conçu pour provoquer les Palestiniens, qui sont contraints par la police israélienne de fermer leurs magasins pour permettre la manifestation.

Comme elle l’a fait ces deux dernières années, l’administration Biden a demandé à Israël, avant la journée de jeudi, de détourner la marche du quartier musulman. Il s’agissait cependant d’une bataille difficile, étant donné que le gouvernement précédent, plus modéré, s’était opposé à cette demande l’année dernière, et que Netanyahu a finalement suivi le mouvement.

Différents groupes de participants à la Marche des drapeaux se sont affrontés, ont frappé des Palestiniens et ont harcelé des journalistes. Ils ont également entonné des chants racistes tels que « Mort aux Arabes », « Que ton village brûle » et « Un Arabe est un fils de p*** », en dansant près de la porte de Damas avant et pendant le rassemblement de jeudi après-midi.

Parmi les manifestants se trouvaient plus d’une douzaine de membres de la coalition, dont le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, qui participe depuis de nombreuses années au rassemblement annuel. Jeudi, c’était la première fois qu’il s’y rendait en tant que ministre, ce qui conférait une légitimité supplémentaire à cette manifestation qui a fait l’effet d’un paratonnerre. Quelque 3 000 agents de la police, que Ben Gvir supervise, ont été déployés dans et autour de la Vieille Ville pour assurer la sécurité de la marche.

La police a déclaré avoir arrêté 10 personnes avant même le début officiel du rassemblement à 16h, dont plusieurs militants de gauche qui ont temporairement bloqué une autoroute de Cisjordanie à l’extérieur de Jérusalem en tentant d’empêcher les résidents d’implantations de participer à la marche. Plusieurs autres personnes ont été arrêtées pour avoir provoqué des Palestiniens, selon la police.

La plupart des participants étaient des adolescents religieux, dont beaucoup venaient en bus de yeshivot. Des itinéraires distincts ont été tracés pour les hommes et les femmes afin d’éviter les danses mixtes.

Tous les participants à la Marche des drapeaux n’approuvent pas l’itinéraire du rassemblement, et certains préfèrent éviter la partie qui traverse le quartier musulman, préférant emprunter un autre chemin approuvé par la police, qui passe par le quartier arménien pour se rendre au mur Occidental.

D’autres ont évité le rassemblement nationaliste et ont préféré participer à la neuvième marche annuelle des fleurs à travers la Vieille Ville, un peu plus tôt dans la journée.

Plusieurs centaines de personnes ont distribué des fleurs aux habitants des quartiers musulman, chrétien et arménien afin de diffuser un message « d’amour, d’inclusion [et] de solidarité » avant ce que les organisateurs ont décrit comme le « racisme et l’incitation » de la Marche des drapeaux, a déclaré le groupe Tag Meïr, qui aspire à la coexistence.

Peu après, la police a demandé aux commerçants palestiniens de la Vieille Ville de fermer leurs magasins plus tôt que prévu pour laisser la place aux marcheurs juifs.

« L’officier de police est passé et nous a dit de fermer », a déclaré Shadi Hatib, commerçant, au Times of Israel avant le rassemblement. Il a expliqué qu’il avait gardé son stand de jus de fruits ouvert un peu plus longtemps pour gagner un peu plus d’argent, ajoutant qu’un policier lui avait dit « nous ne voulons pas qu’ils vous causent des problèmes ».

« Mais ils ne me versent pas de compensation pour la fermeture », a fait remarquer ce natif de Jérusalem-Est.

Tous les commerçants n’ont pas accepté de suivre la directive de la police et ont finalement été éloignés de l’itinéraire du défilé par la police.

Des dizaines d’événements violents se sont produits dans la Vieille Ville et aux alentours au cours de l’après-midi. Un groupe de participants a lancé des pierres, des bouteilles d’eau, des mâts de drapeaux et d’autres objets sur une foule de journalistes majoritairement musulmans positionnés au-dessus de la porte de Damas. Plusieurs d’entre eux ont été blessés à la tête et ont dû être soignés.

Les assaillants ont également agité des drapeaux devant les caméras, insultant des journalistes, notamment ceux travaillant pour le Times of Israel. Parmi les dizaines d’objets lancés, plusieurs brandissaient le drapeau noir de l’organisation raciste Lehava. Les policiers ont investi la zone, mais certains manifestants ont tout de même réussi à lancer différents objets en direction des journalistes. La police a annoncé plus tard qu’elle avait arrêté deux personnes à la suite de cet incident.

Certains participants ont crié des remarques racistes en direction de Palestiniennes âgées, a rapporté Fox News.

Plusieurs bagarres ont éclaté entre des adolescents nationalistes religieux et des adolescents palestiniens dans la Vieille Ville avant le rassemblement, la police arrivant sur les lieux peu après et repoussant les Palestiniens des ruelles bloquées pour la marche.

À l’extérieur de la Vieille Ville, des militants d’extrême-droite ont vendu des t-shirts, certains arborant une arme automatique dégainée à travers une étoile de David, d’autres portant les phrases « Nous retournons à Evyatar [avant-poste illégal évacué] » et « Mort aux terroristes ». Cette dernière phrase est connue comme un slogan de la droite signifiant « Mort aux Arabes ».

Le député Yitzhak Kroizer, du parti ultranationaliste Otzma Yehudit, a déclaré au Times of Israel que la marche visait à « appliquer la souveraineté à toutes les parties de Jérusalem » et à célébrer la réunification de la ville.

« Lors de la Marche des drapeaux, nous manifestons notre joie de voir Jérusalem réunifiée, la capitale éternelle du peuple juif, nous célébrons avec les masses du peuple juif et nous déclarons ‘Am Yisrael chaï’ [« longue vie au peuple juif »] », a déclaré le député, qui était accompagné de ses deux filles.

Kroizer a déclaré qu’il n’approuvait pas les chants provocateurs et racistes qui sont couramment entonnés lors de l’événement annuel, mais il a insisté sur le fait que de tels incidents n’étaient pas « l’essence » de l’événement.

La députée Limor Son Har Melech (Otzma Yehudit) a déclaré au Times of Israel que la célébration représentait « notre victoire sur les Arabes, [qui] est la plus belle de toutes les victoires ».

« Cela ne va pas de soi, c’est un honneur que nous soyons ici », a déclaré Son Har Melech, avec sa fille devant la Grande Synagogue de Jérusalem, où des milliers de personnes s’étaient rassemblées avant de se diriger vers la Vieille Ville.

Jeudi matin, des députés du parti du Premier ministre Benjamin Netanyahu, le Likud, et un ministre d’Otzma Yehudit se sont joints à quelque 1 200 Juifs pour visiter le mont du Temple, point ultrasensible de l’actualité. Ayala, l’épouse de Ben Gvir, faisait également partie des fidèles.

Les Émirats arabes unis, la Jordanie et l’Égypte ont dénoncé ces visites comme des provocations inutiles qui risquaient d’aggraver les tensions entre Israéliens et Palestiniens.

Le mont du Temple est le lieu le plus sacré du judaïsme, car il abrite deux Temples bibliques, tandis que les musulmans vénèrent le sanctuaire de la mosquée Al Aqsa comme leur troisième lieu le plus sacré, ce qui a fait de cette zone une source majeure de tension dans le conflit israélo-palestinien. De nombreux musulmans nient tout lien juif avec le site et considèrent toute présence israélienne sur place comme une provocation.

Des images mises en ligne par un militant jeudi matin montrent un groupe de Juifs priant ouvertement sur le mont du Temple, en contradiction avec le statu quo selon lequel les Juifs sont autorisés à visiter le site – à certaines heures, dans le cadre de restrictions strictes et en empruntant un itinéraire prédéterminé – mais pas à y prier.

Alors qu’il n’y a pas eu d’incidents majeurs à Jérusalem-Est ou en Cisjordanie jeudi, des centaines de Palestiniens ont protesté contre la Marche des drapeaux le long de la frontière avec Gaza.

L’armée israélienne a qualifié la manifestation d’émeute, affirmant que certains participants avaient lancé des engins explosifs en direction de la barrière de sécurité et que ses forces avaient répondu par des tirs réels pour disperser la foule.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.