Rechercher

Marjorie Taylor Greene accuse les « nazis du vaccin » de « ruiner notre pays »

"Je sais que j'utilise le mot nazi et que tout le monde se fâche quand je le dis, mais c'est ce qu'ils sont", dit la républicaine, après s'être excusée d'analogies avec la Shoah

La représentante républicaine Marjorie Taylor Greene, de Géorgie, porte un masque "Stop the Steal" alors qu'elle s'entretient avec d'autres membres républicains du Congrès dont c'est le premier mandat, sur les marches du Capitole américain à Washington, le 4 janvier 2021. (Crédit : Saul Loeb/AFP)
La représentante républicaine Marjorie Taylor Greene, de Géorgie, porte un masque "Stop the Steal" alors qu'elle s'entretient avec d'autres membres républicains du Congrès dont c'est le premier mandat, sur les marches du Capitole américain à Washington, le 4 janvier 2021. (Crédit : Saul Loeb/AFP)

JTA – Marjorie Taylor Greene a fait une autre comparaison entre la réponse de l’Amérique à la pandémie de coronavirus et la Shoah dans une interview au podcast de Steve Bannon mardi, quelques mois après s’être excusée d’avoir fait de telles comparaisons au Musée commémoratif de la Shoah des États-Unis.

« Ils sont en train de ruiner notre pays, ces nazis de la vaccination », a-t-elle déclaré, selon NBC News, en précisant qu’elle n’est toujours pas vaccinée.

« Je suis désolée. Je sais que j’utilise le mot nazi et que tout le monde se fâche quand je le dis, mais c’est exactement ce qu’ils sont », a-t-elle ajouté ultérieurement.

Greene a été critiquée à plusieurs reprises pour des commentaires établissant des comparaisons entre les mesures de santé publique relatives au coronavirus et la Shoah. En mai, elle avait comparé l’obligation du port du masque pour les membres du Congrès non vaccinés à l’obligation faite aux Juifs de porter une étoile jaune durant le régime nazi en Allemagne.

« Cette femme est une malade mentale », a déclaré Greene à l’époque, en faisant référence à la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi. « Vous savez, nous pouvons regarder une période de l’histoire où on a dit aux gens de porter une étoile jaune. Et ils étaient définitivement traités comme des citoyens de seconde zone, à tel point qu’ils étaient mis dans des trains et emmenés dans des chambres à gaz dans l’Allemagne nazie. Et c’est exactement le type de maltraitance dont parle Nancy Pelosi. »

Lorsque des groupes juifs lui ont demandé de s’excuser, Greene a redoublé d’ardeur.

« Toute personne juive rationnelle n’a pas aimé ce qui s’est passé dans l’Allemagne nazie, et toute personne juive rationnelle n’aime pas ce qui se passe avec les mandats excessifs en matière de masques et les politiques excessives en matière de vaccins », a-t-elle déclaré, répondant aux critiques lors d’une interview télévisée.

La représentante américaine Marjorie Taylor Greene passe devant une clôture installée depuis l’insurrection du Capitole le 6 janvier 2021 alors qu’elle se rend au Capitol Hill Club le 4 février 2021, au Capitole à Washington, DC. (Crédit : Alex Wong/Getty Images/AFP)

Greene a fait une comparaison similaire dans un tweet en mai au sujet d’un supermarché qui a ajouté des logos aux badges des employés vaccinés.

« Les employés vaccinés reçoivent un logo de vaccination tout comme les nazis ont forcé les juifs à porter une étoile jaune », a-t-elle déclaré dans un tweet.

Greene a fini par s’excuser pour ses commentaires et a fait une visite du musée commémoratif américain de la Shoah à Washington, DC.

« J’ai fait une erreur et cela me dérange vraiment depuis quelques semaines maintenant, alors je veux vraiment l’assumer. Certaines personnes vont jusqu’à nier la véracité des horreurs de la Shoah mais il n’y a aucune comparaison possible avec la Shoah », a déclaré Greene à l’époque après une visite privée du musée.

Mais quelques semaines plus tard, Greene est revenu à la charge avec une autre analogie avec la Shoah, comparant la promotion des vaccins à l’époque nazie.

« Biden encourageant un vaccin qui n’est PAS approuvé par la FDA montre que le Covid est un outil politique utilisé pour contrôler les gens », a tweeté Greene, une républicaine de Géorgie, en juillet. « Les gens ont le choix, ils n’ont pas besoin que vos chemises brunes médicales se présentent à leur porte pour commander des vaccins. Vous ne pouvez pas forcer les gens à faire partie de l’expérience humaine. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...