Mirivs: les élections sont derrière nous, mais pas les craintes d’antisémitisme
Rechercher

Mirivs: les élections sont derrière nous, mais pas les craintes d’antisémitisme

"Les élections sont peut-être finies, mais les craintes de résurgence de l'antisémitisme demeurent largement", a averti le grand-rabbin au lendemain des élections au Royaume-Uni

Ephraim Mirvis. (Crédit : AP/Chris Jackson)
Ephraim Mirvis. (Crédit : AP/Chris Jackson)

Le grand-rabbin britannique Ephraim Mirvis, qui avait pris position de façon sans précédent contre le parti travailliste, a déclaré vendredi que bien que les élections soient finies, de nombreux défis demeurent, notamment l’antisémitisme et l’islamophobie.

« Les élections sont peut-être finies, mais les craintes de résurgence del’antisémitisme demeurent largement », a averti Ephraim Mirvis dans un communiqué.

« L’islamophobie, le racisme et d’autre formes de préjugés continuent de sévir dans nos communautés et, comme cela a été relayé, même nos partis politiques », a dénoncé Ephraim Mirvis. « Il est désormais vital que nous unissions le pays, en veillant à ce que toutes les voix de notre société soient entendues et respectées. Nous devons nous concentrer sur nos valeurs communes et laisser toutes les formes de haine et de préjugé derrière nous. »

Dans une tribune publiée le mois dernier, le grand-rabbin s’est dit obligé d’intervenir dans le monde politique, car les Juifs britanniques étaient « pétris d’anxiété » au sujet de l’avenir de la communauté et du judaïsme dans le pays dans une perspective de victoire du Labour.

Sans appeler explicitement les gens à ne pas voter pour le parti travailliste, ni même mentionner nommément Corbyn, Ephraim Mirvis avait mis en garde contre « un nouveau poison – venu d’en haut – a pris racine dans le Labour ».

Le Premier ministre Boris Johnson, dont le Parti conservateur a largement défait la formation travailliste, a été accusé d’islamophobie par le passé, notamment après avoir dit que les femmes portant la burqa ressemblaient à des « boîtes aux lettres ».

De son côté, la présidente du Board of Deputies of British Jews, Marie van der Zyl, a déclaré dans un communiqué que le parti travailliste a « laissé le racisme antijuif proliférer » et que le Premier ministre Boris Johnson se servira de sa victoire pour rassembler le parti.

« Lorsqu’il se retirera, l’histoire ne sera pas tendre avec la présidence de Jeremy Corbyn au sein du Parti travailliste, où le racisme antijuif a pu prospérer. Certains dans les plus hautes sphères du parti ont semblé s’entendre pour protéger les antisémites », a dénoncé Marie van der Zyl.

« Nous appelons le prochain [chef] du Labour à agir rapidement pour mettre en place les mesures recommandées de façon répétée par les organisations communautaires juives afin de commencer à résoudre la crise et à faire avancer la vie politique » », a-t-elle appelé de ses vœux.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...