Rechercher

Mohammed Shtayyeh fustige l’éventuel transfert de la mission britannique à Jérusalem

Le Premier ministre de l'AP affirme que le transfert de l'ambassade ne ferait qu'"encourager" Israël et compromettrait la possibilité d'une solution à deux États

Le Premier ministre de l'Autorité palestinienne Mohammad Shtayyeh s'exprime lors d'une conférence de presse à l'Association de la presse étrangère dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 9 juin 2020. (Crédit : Abbas Momani/Pool Photo via AP)
Le Premier ministre de l'Autorité palestinienne Mohammad Shtayyeh s'exprime lors d'une conférence de presse à l'Association de la presse étrangère dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 9 juin 2020. (Crédit : Abbas Momani/Pool Photo via AP)

Le Premier ministre de l’Autorité palestinienne (AP), Mohammad Shtayyeh, s’est dit préoccupé par les propos de la Première ministre britannique, Liz Truss, qui a laissé entendre qu’elle envisageait de transférer l’ambassade de son pays de Tel Aviv à Jérusalem.

S’exprimant avant la réunion hebdomadaire du cabinet à Ramallah, Shtayyeh a prévenu que tout transfert d’ambassade ne ferait qu' »encourager » la « puissance occupante » et « saper » le potentiel d’une solution à deux États, selon un communiqué de l’agence de presse officielle de l’AP, Wafa.

Les responsables du Parti conservateur ont indiqué à plusieurs reprises qu’ils envisageraient de transférer l’ambassade à Jérusalem, tout récemment lors de la conférence des Conservative Friends of Israel à Birmingham, dimanche.

Lors d’une réception organisée par Conservative Friends of Israel à l’occasion de cette conférence, Truss a déclaré qu’elle était « une grande sioniste et une grande partisane d’Israël » et s’est engagée à « renforcer les relations entre le Royaume-Uni et Israël ».

Liz Truss rencontre des partisans lors d’une réunion pour l’élection du Parti conservateur au NEC, à Birmingham, en Angleterre, le 23 août 2022. (Crédit : Rui Vieira/AP)

Le président du Parti conservateur, Jake Berry, a promis de soutenir Israël « dans sa lutte pour assurer sa sécurité et pour que la capitale, Jérusalem, soit le siège de notre nouvelle ambassade. »

Shtayyeh a déclaré que le transfert de l’ambassade violerait le droit international et a cité le rôle de la Grande-Bretagne dans la création d’Israël par le biais de la Déclaration Balfour, qui, selon Shtayyeh, est toujours responsable du sort des Palestiniens.

La Déclaration Balfour, publiée en 1917 par le ministre des Affaires étrangères de l’époque, Arthur James Balfour, exprime le soutien britannique à « un foyer national pour le peuple juif » et est considérée comme un précurseur de la création d’Israël en 1948.

La déclaration est considérée par les Israéliens comme l’un des événements les plus marquants de la création de l’État juif. De nombreux Palestiniens partagent ce point de vue, mais de manière beaucoup moins positive.

La semaine dernière, le Guardian a rapporté que les ambassadeurs de tous les États arabes avaient envoyé une lettre commune à Truss pour la mettre en garde contre le transfert de l’ambassade britannique en Israël de Tel Aviv à Jérusalem.

La lettre a été envoyée en septembre, juste avant que Truss ne se rende à New York, où elle s’est exprimée devant l’Assemblée générale des Nations unies et a également rencontré le Premier ministre israélien Yair Lapid, qu’elle a informé que son bureau allait procéder à un réexamen de l’emplacement actuel de l’ambassade.

Parmi les signataires de la lettre figurent les Émirats arabes unis et Bahreïn, qui ont signé les accords d’Abraham avec Israël en 2020, ainsi que le Maroc, qui a normalisé ses relations avec Israël peu après.

Le Premier ministre Yair Lapid, à droite, avec la Première ministre britannique Liz Truss, à gauche, à New York, le 21 septembre 2022. (Crédit : Avi Ohayon/GPO)

Des objections similaires ont été soulevées par les alliés européens du Royaume-Uni, selon le rapport.

Israël considère Jérusalem comme sa capitale indivisible, alors que la majorité de la communauté internationale ne la reconnaît pas comme telle et considère que les frontières définitives de la ville dépendent des pourparlers de paix entre Israël et les Palestiniens.

Seuls les États-Unis, le Guatemala, le Kosovo et le Honduras ont ouvert des ambassades à Jérusalem. D’autres pays, dont la Hongrie, la République tchèque, la Serbie et l’Australie, ont des bureaux officiels de commerce ou de défense à Jérusalem.

Dans ses remarques lundi, Shtayyeh a également décrié l’augmentation récente des violences en Cisjordanie – qui ont inclus des affrontements entre les forces de sécurité israéliennes et des hommes armés palestiniens et des attaques visant des civils israéliens. Il a accusé Israël de violer les droits de l’homme des Palestiniens et a exhorté la communauté internationale à faire pression sur Israël.

« Tout progrès dans les relations entre l’Union européenne et le pays occupant, sans le lier au droit international et aux droits de l’homme, serait une récompense imméritée, et encouragerait Israël à persister dans ses politiques oppressives et racistes, et ses violations des droits de l’homme », a ajouté Shtayyeh, faisant apparemment référence à une réunion entre des responsables israéliens et européens lundi.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...