Rechercher

Mont du Temple : 100 000 fidèles musulmans se rassemblent pour des prières nocturnes

Selon la police, l'événement de la nuit de Qadr s'est déroulé comme prévu ; des milliers de policiers ont été déployés dans la Vieille Ville de Jérusalem pour assurer le calme

Des fidèles musulmans palestiniens prient lors de Laylat al-Qadr, la nuit du destin, dans la mosquée Al-Aqsa sur le Mont du Temple à Jérusalem, pendant le mois sacré musulman du Ramadan, le 27 avril 2022. (Crédit: AP Photo/Mahmoud Illean)
Des fidèles musulmans palestiniens prient lors de Laylat al-Qadr, la nuit du destin, dans la mosquée Al-Aqsa sur le Mont du Temple à Jérusalem, pendant le mois sacré musulman du Ramadan, le 27 avril 2022. (Crédit: AP Photo/Mahmoud Illean)

Plus de 100 000 fidèles musulmans ont pris part à des prières de masse sur le Mont du Temple à Jérusalem mercredi soir, lors de l’une des dernières nuits avant la fin du mois sacré musulman du Ramadan qui aura lieu le 1er mai.

Les fidèles se sont rassemblés pour d’intenses prières nocturnes à la mosquée Al-Aqsa; ils se sont réunis mercredi soir pour Laylat al-Qadr (la nuit du destin), moment où les musulmans estiment que les premiers versets du Coran ont été révélés à Mahomet.

Des milliers de policiers ont été déployés dans la Vieille Ville de Jérusalem avant les prières de mercredi et de jeudi dans l’enceinte de la mosquée, où les autorités tentent de prévenir une flambée de violence depuis plusieurs semaines.

Le commissaire de la police israélienne, Kobi Shabtai, a procédé à une évaluation de la sécurité avec les responsables de la police de Jérusalem mercredi soir. Les prières se sont déroulées comme prévu, a indiqué la police.

Le Mont du Temple, connu sous le nom de Haram al-Sharif ou d’Al-Aqsa par les musulmans, est le site le plus sacré du judaïsme et le troisième site le plus sacré de l’islam. Lieu de violences fréquentes, il a été le théâtre d’affrontements entre émeutiers palestiniens et la police israélienne ces dernières semaines, alors que se déroule le mois sacré du Ramadan.

Plus tôt dans la journée de mercredi, le site d’information Axios a rapporté que des responsables israéliens et jordaniens devaient bientôt se rencontrer pour discuter des efforts à déployer pour éviter une flambée de violence autour du site.

Des fidèles musulmans prient lors de la nuit du destin (Laylat al-Qadr) dans la mosquée Al-Aqsa sur le Mont du Temple à Jérusalem pendant le mois de jeûne musulman du Ramadan, le 27 avril 2022 (Crédit: Hazem Bader / AFP)

La Jordanie, qui supervise ce site sensible en contrôlant la dotation islamique Waqf qui administre le complexe, a critiqué de manière virulente et répétée ces dernières semaines le comportement des forces de sécurité israéliennes sur le Mont du Temple.

Selon le reportage, qui cite trois sources israéliennes et occidentales anonymes, un panel se réunira après le Ramadan pour tenter de trouver un accord sur la manière de faire baisser les tensions sur le lieu saint et d’y prévenir tout incident violent.

Toujours selon Axios, l’une des principales demandes d’Amman serait qu’Israël autorise davantage de gardes non armés sur le Mont du Temple au nom du Waqf.

Dimanche, le roi Abdallah de Jordanie a rencontré au Caire le président égyptien Abdel-Fatteh el-Sissi et le prince héritier des Émirats arabes unis Mohammed bin Zayed Al Nahyan, pour discuter essentiellement des tensions à Jérusalem.

Le monarque devait rencontrer le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, mercredi soir.

La Jordanie a accusé Israël de violer le statu quo sur le site, en vertu duquel les musulmans sont autorisés à visiter et à prier, tandis que les juifs ne peuvent pas prier et ne peuvent se rendre sur le site que pendant des plages horaires restreintes.

Des fidèles musulmans palestiniens prient le jour de Laylat al-Qadr, la nuit du destin, dans la mosquée Al-Aqsa sur le Mont du Temple à Jérusalem, pendant le mois sacré musulman du Ramadan, le 27 avril 2022 (Crédit: Hazem Bader / AFP)

Lors d’un briefing aux journalistes la semaine dernière, le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid a réitéré l’engagement d’Israël à maintenir le statu quo sur le site.

Mais la Jordanie et d’autres alliés arabes se sont offusqués des appels d’Israël à maintenir la « liberté de culte » sur le site, ce que certains ont interprété comme autorisant la prière juive sur le Mont du Temple, ce qui est considéré comme une escalade majeure.

Les médias israéliens ont souvent montré des fidèles juifs sur le site priant silencieusement alors que les forces de sécurité israéliennes détournaient le regard. Israël a affirmé que de tels cas ne sont pas sanctionnés et ne font pas partie d’un quelconque changement de politique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...