Rechercher

Moshe Lador : Netanyahu sait trop bien qu’il est dans une mauvaise position

L'ancien procureur a critiqué le chef du Likud pour la formation d'une coalition qui veut s'attaquer au système judiciaire - en raison, selon lui, de ses déboires judiciaires

Moshe Lador à la Knesset, en février 2012. (Crédit : Kobi Gideon/Flash90)
Moshe Lador à la Knesset, en février 2012. (Crédit : Kobi Gideon/Flash90)

L’ancien procureur de l’État Moshe Lador a déclaré, samedi, que le Premier ministre désigné Benjamin Netanyahu a parfaitement conscience de se trouver en mauvaise position dans le cadre de son procès actuel pour corruption et qu’il œuvre à neutraliser le système judiciaire pour échapper à la prison.

Lador, qui avait supervisé les poursuites intentées contre l’ex-Premier ministre Ehud Olmert, a indiqué que les projets de refonte du système judiciaire qui sont envisagés par la prochaine coalition étaient avancés « de manière brutale et forcée – d’une manière qui, j’en ai la conviction, changera le visage de notre nation ».

Il a fustigé Netanyahu qui, selon lui, « accepte de former une coalition avec ceux qui prônent de mener à bien ces initiatives ».

Notant que le Premier ministre désigné s’était opposé à de tels efforts dans le passé, Lador a indiqué qu’une seule raison pouvait être à l’origine de cette volte-face.

« On ne lui impose pas. C’est lui qui veut que cette initiative soit menée à bien… Pourquoi donc ?… Pour une seule raison sans équivoque qui est que contrairement à ce qu’il dit, il comprend très bien que sa situation judiciaire est détestable dans cette affaire et ses avocats le lui disent aussi », a expliqué Lador devant les caméras de la Douzième chaîne.

« S’il est condamné, il sait qu’il ne faudra pas grand-chose pour qu’il fasse son entrée en prison », a-t-il ajouté.

A LIRE – Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

Netanyahu doit répondre d’accusations de fraude et d’abus de confiance dans trois dossiers pour corruption distincts et de pots-de-vin dans l’un d’entre eux. Il n’a cessé de clamer son innocence en affirmant que la police, le parquet, ses opposants et les médias de gauche avaient ourdi un complot pour l’écarter du pouvoir et qu’il faisait l’objet d’une chasse aux sorcières.

Bezalel Smotrich, leader de Hatzianout HaDatit, a proposé de mettre en place des réformes qui réduiraient drastiquement l’autorité judiciaire et qui sont susceptibles de mettre un terme au procès du chef du Likud.

L’ancien Premier ministre, le député  Benjamin Netanyahu arrivant pour une audience de son procès, au tribunal de district de Jérusalem, le 31 mai 2022. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90) 

Le programme de Smotrich prévoit de faire disparaître du code pénal israélien le chef d’inculpation de « fraude et abus de confiance » – pour lequel Netanyahu est mis en examen dans les trois dossiers.

Netanyahu a indiqué, pour sa part, que son procès continuerait comme prévu, insistant sur le fait qu’il ne changerait pas la loi israélienne et que les changements ne seraient pas rétroactifs et n’influeraient donc pas sur l’action en justice dont il fait actuellement l’objet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.