Nazareth : des coups de feu font un mort et un blessé grave
Rechercher

Nazareth : des coups de feu font un mort et un blessé grave

Ce jeune homme de 22 ans est le 72e Arabe israélien à perdre la vie cette année dans les violences qui continuent à frapper la communauté

Photo d'illustration : La police inspecte la scène d'un meurtre dans la ville de Nazareth, au nord du pays, le 23 septembre 2019. (Crédit : Porte-parole de la police)
Photo d'illustration : La police inspecte la scène d'un meurtre dans la ville de Nazareth, au nord du pays, le 23 septembre 2019. (Crédit : Porte-parole de la police)

Un jeune homme de 22 ans a été tué et un autre individu a été grièvement blessé quand des hommes armés, qui n’ont pas été identifiés, ont ouvert le feu sur un magasin de Nazareth, dans le nord du pays, dans la matinée de lundi, ont fait savoir la police et les services de secours.

La victime s’appelait Mohammed Salam et il habitait la ville. Le blessé grave, qui serait lui aussi âgé d’une vingtaine d’années, a été évacué à l’hôpital.

Le mobile de cette agression reste indéterminé. Toutefois, selon des informations, un ami de Salam avait été tué par balle dans la ville, le mois dernier.

« Mais qu’a-t-il fait pour avoir été abattu ainsi ? », s’est interrogé un proche, des propos rapportés par le site Ynet. « Ces criminels n’ont pas de limite, ils n’ont pas de pitié, et ils continuent à tuer, encore et encore ».

Salam est le 72e Arabe israélien à perdre la vie cette année dans le contexte des violences qui frappent sans discontinuer la communauté.

Vendredi, c’est une femme de 28 ans qui a été abattue au volant de sa voiture alors qu’elle circulait dans la ville de Ramle, dans le centre du pays.

Selon la police, la femme, qui a été identifiée sous le nom de Lorin Musrati, a été prise pour cible par la famille de feu son mari – qui avait lui-même été abattu en 2015. La famille s’opposait à la décision prise par la jeune veuve de quitter la ville avec ses enfants pour s’installer à Haïfa après le décès de son époux, a fait savoir Haaretz, qui a ajouté que les enquêteurs examinaient également d’autres mobiles possibles.

Lorin Musrati ,28 ans, tuée par balle alors qu’elle était au volant de sa voiture à Ramlé, le 20 août 2021. (Autorisation) ,

Il y a eu d’autres coups de feu – qui n’ont pas fait de mort – qui ont été signalés dans les localités à forte population arabe, vendredi.

Selon l’organisation à but non-lucratif Abraham Initiatives, ce sont 72 Arabes israéliens qui sont morts dans des homicides depuis le début de l’année 2021. Onze étaient des femmes. En 2020, 96 Arabes israéliens avaient été tués dans un cadre de violences – le bilan le plus lourd de mémoire récente.

Douze Palestiniens de Cisjordanie et de Jérusalem-Est ont par ailleurs perdu la vie cette année dans des homicides apparents sur le territoire israélien.

Les villes arabes ont connu, ces dernières années, une recrudescence des violences dont le crime organisé serait le principal responsable. Les Arabes reprochent à la police de ne pas parvenir à réprimer les organisations criminelles puissantes et de détourner largement le regard face à ces violences – avec, entre autres, des querelles familiales, des guerres entre gangs ou des violences faites aux femmes.

Selon un rapport établi par la Knesset en 2020, environ 400 000 armes illégales circulent en Israël, la vaste majorité dans les communautés arabes.

Le mois dernier, le Premier ministre Naftali Bennett a dit que les violences et les crimes, dans la société arabe israélienne, étaient des « fléaux nationaux » alors qu’il rencontrait de hauts-responsables du gouvernement et de la police pour mettre en place un plan de lutte contre ces violences.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...