Netanyahu affirme que Gantz ne sera pas son ministre de la Défense
Rechercher

Netanyahu affirme que Gantz ne sera pas son ministre de la Défense

Le Premier ministre a contredit Steinitz et Erdan pour qui le Likud pourrait proposer le poste à l'ex-chef de Tsahal ; Gantz : le Likud sera le bienvenu, mais sans Netanyahu

Le ministre de l'Énergie, Yuval Steinitz, lors d'une conférence à Petah Tikva, le 30 mars 2019. (Capture d'écran/Treizième chaîne)
Le ministre de l'Énergie, Yuval Steinitz, lors d'une conférence à Petah Tikva, le 30 mars 2019. (Capture d'écran/Treizième chaîne)

Au milieu d’une campagne agressive de son parti ces derniers jours visant à dépeindre le dirigeant de Kakhol lavan Benny Gantz comme une personne instable, le ministre Likud Yuval Steinitz a déclaré samedi que l’ancien chef de Tsahal pourrait se voir attribuer le poste de ministre de la Défense dans un futur gouvernement dirigé par Benjamin Netanyahu, qui a par la suite catégoriquement rejeté cette idée.

« Je pense que le Likud remportera les élections. Il est possible que Benny Gantz – et à mon avis, c’était aussi son objectif premier – demande à être le ministre de la Défense du gouvernement Netanyahu. Nous examinerons toutes les options », a déclaré Yuval Steinitz lors d’une interview à la tribune d’un événement culturel organisé à Petah Tikva, pendant Shabbat.

Interrogé sur les propos de son collègue, Gilad Erdan, ministre Likud, a déclaré à la Treizième chaîne que tout parti prêt à accepter « les principes fondamentaux d’un gouvernement de droite » serait le bienvenu.

« Benny Gantz n’est pas exclu du poste de ministre de la Défense », a ajouté le ministre de la Sécurité publique, tout en précisant que le chef de Kakhol lavan n’était pas fait pour devenir Premier ministre.

Cependant, Netanyahu a publié son propre communiqué, mettant fin à un tel scénario, samedi soir.

Affirmant que Gantz avait été faible au sujet de la sécurité et des implantations, le Premier ministre a déclaré qu’il « ne sera pas ministre de la Défense dans mon gouvernement ».

En réponse, l’ancien chef d’état-major a fait savoir : « Netanyahu ne sera pas ministre des Finances de mon gouvernement. Il perdra les élections et ira affronter ses trois chefs d’accusation » – une référence aux trois enquêtes pour corruption dans lesquelles le Premier ministre risque une inculpation, dans l’attente d’une audience.

Il a ajouté que le Likud serait un partenaire bienvenu dans le gouvernement qu’il dirigerait, mais Netanyahu et sa politique de « haine… seront écartés de la vie publique ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...