Netanyahu au Rwanda : les peuples doivent pouvoir se défendre eux-mêmes
Rechercher

Netanyahu au Rwanda : les peuples doivent pouvoir se défendre eux-mêmes

Le Premier ministre a aussi rejeté les critiques internationales après sa décision de construire des logements supplémentaires à Jérusalem Est et en Cisjordanie

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le président rwandais Paul Kagame allume la Flamme du Souvenir au Mémorial du Génocide de Gisozi à Kigali le 7 avril 2015,  la première journée de deuil marquant les 21 ans du génocide de 1994 qui a coûté la vie à 800 000 personnes en plus de 100 jours.  (Crédit : Stéphanie Aglietti/AFP)
Le président rwandais Paul Kagame allume la Flamme du Souvenir au Mémorial du Génocide de Gisozi à Kigali le 7 avril 2015, la première journée de deuil marquant les 21 ans du génocide de 1994 qui a coûté la vie à 800 000 personnes en plus de 100 jours. (Crédit : Stéphanie Aglietti/AFP)

KIGALI, Rwanda – La leçon centrale du génocide rwandais est que les pays doivent toujours être capables de se défendre eux-mêmes, parce que l’on ne peut pas se fier à la communauté internationale pour intervenir en cas d’attaque, a déclaré le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Pendant une conférence de presse commune avec le président rwandais Paul Kagame, Netanyahu a parlé des deux génocides que les juifs et les Rwandais ont connus, soulignant le fait que tous deux ont été précédés par des incitations à la haine et la déshumanisation des victimes.

« Aujourd’hui, Israël et le Rwanda sont des états qui ont réussi, et des modèles de progrès. Nos deux peuples ont appris les leçons du passé. Le génocide est précédé d’incitation aux meurtres de masse. Les mots comptent. Ils ont le pouvoir de tuer. »

Les nazis ont déshumanisé les juifs avant l’Holocauste, et les Hutus ont déshumanisé les Tutsis avant d’en tuer un million d’entre eux, a déclaré Netanyahu.

A présent que l’ayatollah d’Iran appelle à la destruction d’Israël, le monde civilisé doit
« parler et alerter le monde », a déclaré le Premier ministre.

Une autre leçon à tirer des deux génocides est que « nous devons être capables de nous défendre par nous-mêmes, a ajouté Netanyahu. Au Rwanda, les casques bleus de l’ONU n’ont pas réussi à maintenir la paix. Ils n’ont pas répondu aux appels urgents à la rédemption au sujet du génocide imminent. Ils ont fui. Nous ne pouvons pas, ni l’un ni l’autre, délocaliser notre sécurité », a déclaré Netanyahu.

Pendant la conférence de presse à la résidence de Kagame, Netanyahu a également rejeté les critiques internationales de sa récente décision de construire des logements supplémentaires à Jérusalem Est et en Cisjordanie.

Construire des appartements n’empêchera pas la paix, a-t-il dit. Au contraire, les incitations [à la violence] palestiniennes et le refus de Ramallah de relancer des négociations bilatérales directes sont responsables de l’absence de progrès, a-t-il déclaré.

Mardi, les Etats-Unis ont sévèrement condamné la décision d’approuver la construction de 560 nouveaux logements dans l’implantation de Maale Adumim, en Cisjordanie, à l’est de la capitale, ainsi que de 240 nouveaux logements dans les quartiers juifs de Jérusalem Est, disant qu’Israël saisissait systématiquement des terres palestiniennes et que cela remettait en cause l’engagement de Jérusalem à la solution à deux états.

Mercredi, l’Union européenne a rejoint cette critique, disant que ce geste menaçait la viabilité de la solution à deux états. Lundi, un porte-parole de Ban Ki-moon, secrétaire général de l’ONU, avait déclaré qu’il était
« profondément déçu »
par cette annonce.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...