Israël en guerre - Jour 139

Rechercher

Netanyahu décollera pour les États-Unis lundi matin

Alors que la refonte fait rage et que la situation sécuritaire est tendue en Israël, le Premier ministre passera 6 jours aux Etats-Unis, et rencontrera Biden entre autres dirigeants

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et le président américain Joe Biden, à droite). (Crédit : Flash90/AP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et le président américain Joe Biden, à droite). (Crédit : Flash90/AP)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu se prépare à décoller pour les États-Unis tôt lundi, quelques heures après la fin de la fête de Rosh HaShana, pour une visite qui comprendra une série de réunions avec des dirigeants mondiaux à l’Assemblée générale des Nations unies, mais qui sera encore loin de ce qu’il avait espéré.

La rencontre la plus médiatisée sera la visite tant attendue du président américain Joe Biden, dans un format qui ne manquera pas de décevoir le Premier ministre, qui souhaite ardemment une visite à la Maison Blanche depuis qu’il est revenu au pouvoir à la tête d’une coalition de droite, d’extrême-droite et ultra-orthodoxe, à la fin du mois de décembre. L’Administration Biden s’est abstenue d’une telle invitation en raison des manifestations de masse et de l’opposition farouche au projet de refonte du système judiciaire du gouvernement Netanyahu, contre lequel Washington a mis en garde à maintes reprises.

Biden s’est contenté d’organiser une rencontre avec Netanyahu en marge de l’Assemblée générale, la semaine prochaine. Le Premier ministre doit s’adresser aux dirigeants du monde entier vendredi matin, heure locale.

Le conseiller américain à la Sécurité nationale, Jake Sullivan, a déclaré lors d’un briefing vendredi que la rencontre entre Biden et Netanyahu aurait lieu mercredi prochain et que les deux dirigeants « discuteraient d’une série de questions bilatérales et régionales axées sur les valeurs démocratiques partagées entre les États-Unis et Israël ».

La décision de mettre l’accent sur les valeurs démocratiques partagées entre les deux pays laisse entrevoir l’intention de l’administration de continuer à exprimer ses préoccupations concernant la refonte judiciaire du gouvernement Netanyahu lors de la réunion de la semaine prochaine.

Faisant référence aux efforts déployés par les États-Unis pour négocier un accord de normalisation entre Israël et l’Arabie saoudite, Sullivan a déclaré que les deux dirigeants discuteraient également de la « vision de Biden pour une région plus stable, plus prospère et plus intégrée, et compareraient leurs notes sur la manière de contrer et de dissuader efficacement l’Iran ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, rencontrant le vice-président des États-Unis Joe Biden, à Jérusalem, en 2010. (Crédit : Avi Ohayun/GPO)

Des responsables de la Maison Blanche auraient dit la semaine dernière au bureau de Netanyahu qu’ils envisageaient d’accueillir le Premier ministre à la Maison Blanche dans le courant de l’année.

Un haut fonctionnaire américain a déclaré au site d’information Axios mardi que la Maison Blanche souhaitait voir comment les choses se déroulaient avec la refonte judiciaire avant de lancer une invitation pour une réunion de suivi entre Netanyahu et Biden dans le bureau ovale.

Les avis sont mitigés au sein de l’Administration Biden, certains poussant le président à mettre de côté ses différends avec Netanyahu avant une saison électorale difficile en 2024. D’autres soutiennent que le fait d’embrasser Netanyahu pourrait nuire au président auprès de la gauche du parti démocrate, qui estime que Biden est trop centriste.

Netanyahu aura attendu plus de sept mois avant que Biden n’accepte une rencontre, alors que Washington ne cache pas sa frustration face à la refonte judiciaire du gouvernement israélien et à sa politique à l’égard des Palestiniens.

Les Premiers ministres – Netanyahu compris lors de ses précédents mandats – se sont rendus à la Maison Blanche bien plus tôt, à la suite de leur prestation de serment.

Des responsables américains ont déclaré que la réunion de New York avec Netanyahu donnerait à Biden l’occasion de discuter de la manière dont le Premier ministre entend faire avancer la refonte judiciaire et de parler des efforts des États-Unis pour négocier un accord de normalisation entre Israël et l’Arabie saoudite.

Rencontre avec Musk, manifestations à New York

Décollant de l’aéroport Ben Gurion, près de Tel Aviv, tôt lundi matin, Netanyahu rencontrera Elon Musk à l’usine Tesla de Fremont lors d’une escale en Californie, où il s’entretiendra également avec des experts et des chefs d’entreprise dans le domaine en pleine évolution de l’intelligence artificielle (IA).

Elon Musk, PDG de SpaceX et Tesla, lors de la conférence de presse post-lancement de SpaceX Falcon Heavy Flight 1, le 6 février 2018. (Autorisation)

La rencontre avec Elon Musk survient alors que le milliardaire est accusé d’avoir encouragé l’antisémitisme sur sa plateforme de réseaux sociaux X – anciennement Twitter – et qu’il est en conflit avec l’Anti-Defamation League (ADL).

Le Washington Post, citant cinq personnes familières avec la situation, a déclaré jeudi que la réunion prévue faisait partie d’une « campagne menée par les amis et les alliés juifs de Musk, ainsi que par les dirigeants de sa société de réseaux sociaux, pour conjurer la croissante controverse ».

En réponse, Musk a tweeté : « Cette discussion a été planifiée il y a plusieurs semaines et porte sur l’IA, pas sur la Defamation League (ils ont laissé tomber le ‘A’). »

Des Israéliens à San Francisco ont déclaré qu’ils avaient l’intention de protester contre la réunion.

Une série de réunions

À New York, plus tard dans la semaine, Netanyahu rencontrera le président sud-coréen Yoon Suk Yeol, le chancelier allemand Olaf Scholz et le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, a annoncé son bureau jeudi.

Ces rencontres s’ajoutent à celles avec le président turc Recep Tayyip Erdogan et le président ukrainien Volodymyr Zelensky, annoncées plus tôt dans la semaine.

Biden accueillera séparément Zelensky à Washington, quelques mois après l’avoir rencontré lors du sommet de l’OTAN en Lituanie en juillet.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, brandissant une carte indiquant les sites de missiles présumés du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah à Beyrouth, s’adressant à l’Assemblée générale des Nations Unies, à New York, le 27 septembre 2018. (Crédit : Timothy A. Clary/AFP)

Netanyahu se présentera devant l’Assemblée générale des Nations unies vendredi matin, à New York, après avoir demandé cette tranche horaire pour son discours annuel. Ces discours sont souvent mémorables. Netanyahu a tendance à utiliser des supports visuels peu orthodoxes pour souligner son discours ferme à l’égard de l’Iran et de ses mandataires.

Le Premier ministre a été critiqué pour avoir demandé que son discours soit reporté au vendredi matin, lui assurant ainsi qu’à son épouse un week-end à l’étranger aux frais du contribuable.

Netanyahu passera au total six jours aux États-Unis, Shabbat compris, avec son équipe dans un hôtel de l’Upper East Side, avant de rentrer avant Yom Kippour, le jour du Grand Pardon qui débutera dimanche à la tombée de la nuit.

Des manifestations sont attendues devant le siège des Nations unies durant toute la durée du séjour de Netanyahu à New York.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.