Netanyahu: Israël n’autorisera pas l’entrée de civils syriens sur son territoire
Rechercher

Netanyahu: Israël n’autorisera pas l’entrée de civils syriens sur son territoire

Israël a fait parvenir des produits alimentaires, habits et médicaments à des réfugiés dans l plateau du Golan syrien mais maintient une "politique de non intervention"

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu salue les forces de sécurité dans une vidéo, le 17 juin 2018 (Capture d'écran :  YouTube)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu salue les forces de sécurité dans une vidéo, le 17 juin 2018 (Capture d'écran : YouTube)

Israël continuera d’apporter une aide humanitaire aux réfugiés syriens fuyant la guerre, mais n’accueillera aucun civil sur son territoire, a affirmé dimanche son Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Israël a fait parvenir des tonnes de produits alimentaires, des habits ainsi que des médicaments à des civils réfugiés dans la partie syrienne du plateau du Golan après avoir fui les combats dans le sud de la Syrie voisine, avait annoncé vendredi l’armée israélienne.

« Nous continuerons à défendre nos frontières, à offrir une aide humanitaire tant que nous pourrons mais nous n’autoriserons pas d’entrées sur notre territoire », a déclaré M. Netanyahu avant le conseil des ministres hebdomadaire.

Il a par ailleurs réitéré l’exigence d’Israël que l’Iran se retire militairement de la Syrie, ce qu’il considère comme une priorité pour son pays.

Les civils syriens ont fui une offensive du régime de Bashar el-Assad et de ses alliés déclenchée le 19 juin pour reprendre les zones rebelles dans la province de Deraa, dans le sud de la Syrie.

L’armée israélienne a annoncé dimanche dans un communiqué avoir renforcé ses troupes sur la partie israélienne du Golan pour « faire face aux développements de l’autre côté de la frontière ».

Des Syriens fuyant les bombardements des forces gouvernementales dans la campagne du sud de la province de Daraa se déplacent en tracteurs et camions près de la ville de Shayyah, au sud de la ville de Daraa, vers la zone frontalière entre les hauteurs du Golan et la Syrie le 28 juin 2018. (AFP PHOTO / Mohamad ABAZEED)

Le communiqué précise que « la politique de non intervention dans le conflit syrien reste inchangée tant que la souveraineté israélienne n’est pas remise en cause ou que ses citoyens ne sont pas menacés ».

Tout en veillant à ne pas être aspiré dans le conflit, Israël a frappé à plusieurs reprises le territoire syrien, notamment contre des convois d’armes destinées, selon lui, au groupe terroriste du Hezbollah libanais, allié du régime syrien et ennemi de l’Etat hébreu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...