Israël en guerre - Jour 234

Rechercher

Netanyahu : Un accord sur les otages qui prévoit la fin de la guerre maintiendrait le Hamas comme une menace pour Israël

Le Premier ministre reproche au groupe terroriste sa "position extrême", qui exige le retrait de toutes les forces de Tsahal ; Haniyeh accuse Israël de "saboter" les pourparlers au Caire

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu faisant une déclaration vidéo, le 5 mai 2024. (Crédit : Capture d'écran via Government Press Office)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu faisant une déclaration vidéo, le 5 mai 2024. (Crédit : Capture d'écran via Government Press Office)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a renouvelé son refus de céder à la demande du Hamas de mettre fin à la guerre contre Israël en échange de la libération des otages qu’il détient, déclarant dimanche qu’une telle décision maintiendrait l’organisation terroriste palestinienne au pouvoir dans la bande de Gaza et constituerait une menace pour Israël.

Ces remarques interviennent alors que les dirigeants du Hamas entament au Caire une deuxième journée de négociations en vue d’une trêve et d’un accord sur les otages avec des médiateurs égyptiens et qataris. Les responsables palestiniens affirment qu’il n’y a aucune évolution apparente, car le groupe terroriste persiste à exiger que tout accord prévoie une cessation des combats. Israël attend une réponse à la dernière proposition de trêve, une proposition jugée généreuse par les États-Unis à l’égard du Hamas.

Le chef du Hamas, Ismail Haniyeh, a reproché dimanche à Netanyahu de « saboter » les pourparlers en cours, et le ministre de la Défense, Yoav Gallant, a déclaré qu’il apparaissait clairement que le groupe terroriste n’avait pas l’intention d’accepter un accord de sitôt.

Netanyahu a fait valoir dimanche qu’Israël était disposé à interrompre les combats à Gaza afin d’obtenir la libération des otages encore détenus par le Hamas, dont le nombre s’élèverait à plus de 130 et dont plusieurs dizaines seraient morts.

« Mais alors qu’Israël s’est montré disposé [à faire des compromis], le Hamas reste retranché dans ses positions extrêmes, au premier rang desquelles la demande de retirer toutes nos forces de la bande de Gaza, de mettre fin à la guerre et de laisser le Hamas au pouvoir », a déclaré Netanyahu dans un communiqué.

« Mettre fin à la guerre et laisser le Hamas intact, c’est une chose que l’État d’Israël ne peut pas accepter », a-t-il ajouté. « Nous ne sommes pas prêts à accepter une situation dans laquelle les brigades du Hamas sortiraient de leurs bunkers, reprendraient le contrôle de Gaza, reconstruiraient leur infrastructure militaire et recommenceraient à menacer les citoyens d’Israël. »

Des personnes passant devant des photos de personnes toujours retenues en otage par les terroristes du Hamas à Gaza, sur la Place des Otages, à Tel Aviv, le 1er mai 2024. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Une telle situation, a-t-il averti, permettrait au groupe terroriste de tenir sa promesse de perpétrer une nouvelle attaque comme celle, meurtrière, du 7 octobre, qui a déclenché la guerre.

« Se plier aux exigences du Hamas serait une terrible défaite pour Israël », a déclaré Netanyahu. « Ce serait une immense victoire pour le Hamas, pour l’Iran et pour l’ensemble de l’axe du mal. C’est pourquoi Israël n’acceptera pas les exigences du Hamas, qui sont synonymes de capitulation, et nous poursuivrons le combat jusqu’à ce que nous ayons atteint tous nos objectifs. »

Le Premier ministre s’en est également pris à la multitude d’articles parus dans les médias au sujet des négociations sur les otages, déclarant qu’ils « nuisent aux négociations pour la libération des personnes enlevées et causent des souffrances inutiles aux familles des otages qui vivent un véritable cauchemar ».

« Contrairement à ce que disent ces publications, c’est le Hamas qui fait obstacle à la libération de nos otages », a-t-il ajouté, faisant apparemment référence aux informations selon lesquelles la partie israélienne s’opposerait à la conclusion d’un accord.

De son côté, Haniyeh a déclaré que le Hamas était désireux de parvenir à un cessez-le-feu global qui mettrait fin à « l’agression » israélienne, garantirait le retrait d’Israël de la bande de Gaza et permettrait de conclure un accord sérieux sur « échange d’otages ».

Haniyeh, basé au Qatar, a également reproché à Netanyahu « de poursuivre l’agression et d’élargir le cercle du conflit, et de saboter les efforts déployés par les médiateurs et les différentes parties ».

Ismaïl Haniyeh, le chef du bureau politique du groupe terroriste palestinien du Hamas basé à Doha, s’adressant à la presse après une réunion avec le ministre iranien des Affaires étrangères, à Téhéran, en Iran, le 26 mars 2024. (Crédit : AFP)

Toujours dimanche, Gallant a déclaré qu’Israël avait identifié des signes indiquant que le Hamas n’était pas intéressé par un accord sur les otages et qu’en conséquence, l’armée lancerait son offensive à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, dans un « avenir proche ».

« Nous avons des objectifs clairs pour cette guerre. Nous sommes déterminés à éliminer le Hamas et à libérer les otages. Nous avons donné du temps [au Hamas] et nous voulions arriver à une situation où nous pourrions procéder à la libération des otages le plus rapidement possible, avec un certain retard dans l’action opérationnelle, parce que les otages sont dans une situation difficile et que nous devons faire tous les efforts possibles pour les libérer », a déclaré Gallant aux troupes dans le corridor de Netzarim, au centre de la bande de Gaza.

« Nous avons identifié des signes alarmants indiquant que le Hamas n’a pas l’intention de conclure un accord-cadre avec nous », a-t-il ajouté.

Israël, qui considère la destruction du Hamas dans la bande de Gaza comme un objectif clé de la campagne militaire qu’il a lancée en réponse à l’attaque dévastatrice du groupe terroriste palestinien le 7 octobre, a fermement maintenu que tout accord sur l’arrêt des hostilités et la libération des otages enlevés lors de l’assaut du Hamas ne serait que temporaire.

Un responsable palestinien proche des efforts de médiation a déclaré que la délégation du Hamas était arrivée au Caire avec la détermination de parvenir à un accord « mais pas à n’importe quel prix ».

« Un accord doit mettre fin à la guerre et permettre aux forces israéliennes de quitter Gaza, et Israël ne s’est pas encore engagé à le faire », a déclaré ce responsable à Reuters, sous couvert de l’anonymat.

Une source du Hamas, qui aurait tenu des propos similaires auprès de l’agence qatarie Al-Arabiya, a également déclaré que Netanyahu avait promis à plusieurs reprises de lancer une offensive dans la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, afin de « faire pression et d’empêcher la conclusion d’un accord, pour des raisons personnelles ».

Le refus d’Israël d’accepter la fin de la guerre dans le cadre de l’accord sur les otages pourrait faire échouer les négociations et « Netanyahu porte l’entière responsabilité de cette perturbation », a déclaré cette même source.

Un autre responsable palestinien a déclaré à Reuters que les négociations « se heurtent à des difficultés parce qu'[Israël] refuse de s’engager dans un cessez-le-feu global », mais il a ajouté que la délégation du Hamas se trouvait toujours au Caire dans l’espoir que les médiateurs puissent faire pression sur Israël pour qu’il modifie sa position.

Des manifestants réclament la libération des otages détenus dans la bande de Gaza et protestent contre le gouvernement devant la base de Hakirya à Tel Aviv, le 4 mai 2024. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Des responsables israéliens et américains ont déclaré à CNN que même si le Hamas acceptait la proposition actuelle, il faudrait encore plusieurs jours pour finaliser un accord.

Alors que les médiateurs arabes et américains exercent d’intenses pressions pour obtenir un cessez-le-feu temporaire, plusieurs informations ont fait état samedi de la volonté du Hamas d’accepter la dernière proposition à la lumière des assurances données par les États-Unis quant à une « cessation durable » de la guerre.

On ignore si une réponse de ce type consisterait à approuver purement et simplement la proposition faite ou si elle serait assortie de diverses mises en garde.

Toutefois, un responsable israélien – qui, selon de nombreuses sources, ne serait nul autre que Netanyahu – a déclaré le même jour qu’Israël n’accepterait « en aucun cas » un accord qui mettrait fin à la guerre.

Les négociations précédentes ont été bloquées en partie à cause de la demande du Hamas d’un cessez-le-feu durable et des promesses de Netanyahu de venir à bout des derniers membres du groupe terroriste dans la ville de Rafah, à l’extrême sud du pays, où la moitié de la population de Gaza s’est réfugiée.

Israël n’a pas encore envoyé de délégation au Caire. Un responsable israélien a déclaré samedi qu’il ne le ferait qu’en cas de « mouvement positif » sur le cadre proposé.

Le Qatar, où le Hamas dispose d’un bureau politique, et l’Égypte tentent d’assurer la médiation d’une suite au bref cessez-le-feu de novembre, dans un contexte de consternation internationale face à l’augmentation du nombre de morts à Gaza et à la situation critique de ses 2,3 millions d’habitants.

Les négociateurs ont proposé une pause de 40 jours dans les combats et un échange d’otages innocents contre des prisonniers palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité, selon les informations publiées par la Grande-Bretagne.

D’autres aspects de la proposition ont fait l’objet de déclarations diverses, mais largement similaires. Israël a donné son accord préliminaire à des conditions qui, selon une source, prévoient le retour de 20 à 33 otages en échange de la libération de centaines de prisonniers palestiniens et d’une trêve de plusieurs semaines.

Cela laisserait une centaine d’otages à Gaza, dont certains seraient morts en captivité selon Israël. La source, qui a demandé à ne pas être identifiée par son nom ou sa nationalité, a déclaré à Reuters que leur retour pourrait nécessiter un accord supplémentaire.

Des dizaines de milliers d’Israéliens ont manifesté samedi pour demander à M. Netanyahu d’accepter un accord de cessez-le-feu avec le Hamas qui permettrait de ramener les otages. Des rassemblements hebdomadaires ont eu lieu pour exhorter le gouvernement à suivre cette ligne de conduite.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.