Netanyahu : les tunnels du Hezbollah sont « un acte de guerre »
Rechercher

Netanyahu : les tunnels du Hezbollah sont « un acte de guerre »

Le Premier ministre, qui s'est entretenu avec le président russe, affirme que le groupe terroriste libanais dispose seulement de dizaines de missiles de précision

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prend la parole lors d'une conférence organisée par le quotidien financier Globes à Jérusalem, le 19 décembre 2018. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prend la parole lors d'une conférence organisée par le quotidien financier Globes à Jérusalem, le 19 décembre 2018. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Mercredi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a affirmé que le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah avait fermé des sites à Beyrouth, capitale du Liban. Netanyahu avait révélé la localisation de ces missiles de précision dans un discours prononcé aux Nations unies.

Intervenant à la conférence du quotidien israélien économique Globes à Jérusalem, Netanyahu a expliqué mercredi que la décision de dévoiler les sites s’inscrivait dans l’effort israélien pour empêcher l’organisation chiite soutenue par l’Iran de rassembler un arsenal des missiles de haute précision. Le Hezbollah travaille maintenant à mettre en place des installations de production, a-t-il accusé.

« Ils prévoyaient d’avoir déjà des milliers de missiles de précision. Au mieux, ils en ont quelques dizaines », a déclaré Netanyahu.

Dans son discours de septembre à l’Assemblée générale des Nations unies, le Premier ministre avait montré une carte indiquant la localisation des sites du Hezbollah à proximité de l’aéroport de Beyrouth. Il avait accusé le groupe terroriste « d’utiliser délibérément la population innocente de Beyrouth comme des boucliers humains ».

Capture d’écran d’une vidéo du Premier ministre Benjamin Netanyahu montrant un schéma d’un site détenu par le Hezbollah près de Beyrouth, lors de son discours devant la 73ème Assemblée générale des Nations Unies à New York, le 27 septembre 2018. (Crédit : Nations Unies)

L’armée israélienne a ensuite publié d’autres photographies des installations. Tsahal cherche à s’opposer au « projet de précision » du Hezbollah.

En mai, Netanyahu a déclaré qu’Israël « menait des opérations contre le transfert d’armes de la Syrie vers le Liban ou vers leur lieu de production au Liban ».

Israël a reconnu avoir mené des centaines de frappes aériennes au cours des récentes années en Syrie. Elles visaient à la fois à empêcher l’Iran d’établir une présence militaire permanente dans le pays et à bloquer le transfert de munitions de haute technologie vers le Hezbollah au Liban.

L’armée de l’air israélienne a largement évité de mener des raids à l’intérieur même du Liban, même si elle a indiqué qu’elle était prête à le faire.

Abordant la question des raids en Syrie, Netanyahu a déclaré qu’Israël travaillait pour y éliminer toute menace iranienne avant qu’elle ne prenne de l’ampleur.

« Tsahal est l’unique armée dans le monde qui combatte contre l’armée iranienne et, pour le moment, nous avons eu des réussites considérables », a-t-il déclaré.

« Nous frappons l’Iran [militairement] en Syrie et, bien sûr, les Etats-Unis le frappent économiquement », a-t-il ajouté, en référence à la remise en place des sanctions contre Téhéran le mois dernier après retrait du président américain Donald Trump de l’accord limitant le programme nucléaire iranien.

« J’appelle tous les membres du Conseil de sécurité à condamner les actes d’agression injustifiées de la part du Hezbollah, à désigner le Hezbollah comme une organisation terroriste dans son intégralité, à pousser à des sanctions plus fortes contre le Hezbollah », a dit M. Netanyahu lors d’une intervention devant la presse.

Israël a lancé le 4 décembre une vaste opération de détection et de destruction de tunnels, de son côté de la frontière. Il dit avoir localisé quatre souterrains jusqu’ici – deux ont été confirmés par la Finul.

Netanyahu a dit qu’il avait parlé avec Trump lundi au sujet de l’Iran et avec le Secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo mardi.

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo prend la parole à la Heritage Foundation, le 21 mai 2018, à Washington, DC. (Win McNamee/Getty Images/AFP)

Le Premier ministre israélien s’est opposé à l’accord, avec à sa tête les Etats-Unis, entre l’Iran et les puissances mondiales en 2015 qui a levé les douloureuses sanctions économiques contre l’Iran en échange d’un arrêt de son programme nucléaire.

Netanyahu a expliqué, à de nombreuses reprises, que l’accord scellé par l’administration Obama n’empêcherait pas l’Iran d’obtenir des armes nucléaires, après que l’expiration des restrictions dix ans plus tard.

Netanyahu a déclaré avoir parlé au président russe Vladimir Poutine « l’autre jour » pour discuter de la prochaine réunion du Conseil de sécurité des Nations unies sur les tunnels d’attaques transfrontaliers.

« J’ai demandé que la Russie prenne la position juste, qui est de condamner le Hezbollah, et non pas de les soutenir ou de rester neutre sur le sujet ».

Netanyahu a dit que la Russie s’était souvent exprimée pour éviter des guerres dans la région. « Eh bien, la manière d’éviter une autre guerre est d’empêcher le Hezbollah d’agresser Israël depuis le Liban ou pour la même raison, depuis la Syrie. C’est la même chose pour l’Iran ».

« Je l’ai dit à M. Poutine à de nombreuses reprises », a-t-il expliqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...