Netanyahu promet de poursuivre la lutte contre les tunnels à Gaza
Rechercher

Netanyahu promet de poursuivre la lutte contre les tunnels à Gaza

"Nous ne cherchons pas l'escalade mais rien ne nous empêchera de faire ce qui doit l'être pour préserver la sécurité," a déclaré le Premier ministre

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant la réunion hebdomadaire du gouvernement dans ses bureaux, à Jérusalem, le 8 mai 2016 (Crédit : Emil Salman/POOL)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant la réunion hebdomadaire du gouvernement dans ses bureaux, à Jérusalem, le 8 mai 2016 (Crédit : Emil Salman/POOL)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affirmé dimanche que son pays poursuivrait les opérations à la frontière avec Gaza pour lutter contre les tunnels afin qu’aucune galerie souterraine d’attaque ne puisse déboucher sur son territoire, après quatre jours d’hostilités qui semblent connaître un répit.

« Israël continuera à agir à chaque fois que cela sera nécessaire pour détecter et prévenir la menace des tunnels dans le sud », a-t-il dit aux journalistes à l’ouverture du conseil hebdomadaire des ministres.

« Nous ne cherchons pas l’escalade mais rien ne nous empêchera de faire ce qui doit l’être pour préserver la sécurité ».

« Israël continuera à agir tant que c’est nécessaire pour découvrir et contrer la menace des tunnels dans le sud. Nous ne lésinerons pas sur les ressources et les moyens nécessaires pour assurer la sécurité des résidents de la zone adjacente à la bande de Gaza. Au cours des deux dernières années, ces communautés ont fleuri assistant à une augmentation considérable du nombre de résidents. Nous travaillons à poursuivre cette tendance. »

Les dernières violences dans la bande de Gaza ont eu lieu samedi matin lorsque l’aviation israélienne a mené des raids en représailles à un tir de roquette. Ces échanges de tirs se sont arrêtés depuis plus de 24 heures après quatre jours d’hostilités, les plus intenses depuis la guerre meurtrière et dévastatrice de l’été 2014.

Vendredi, Ismaïl Haniyeh, le chef du Hamas à Gaza, avait également assuré que son mouvement terroriste, qui contrôle la bande de Gaza, n’appelait « pas à une nouvelle guerre », tout en insistant sur le fait qu’il n’accepterait pas d’incursions.

Pour les experts, après quatre jours de violences qui ont tué une Palestinienne de 54 ans, l’escalade est jusqu’ici contrôlée et aucun des deux camps ne veut d’une nouvelle guerre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...