Netanyahu remercie les Etats-Unis pour leur travail « en coulisses » en Jordanie
Rechercher

Netanyahu remercie les Etats-Unis pour leur travail « en coulisses » en Jordanie

Le Premier ministre a remercié Jared Kushner et Jason Greenblatt après qu'un accord a été conclu pour régler le différend concernant l'ambassade d'Israël en Jordanie

Jared Kushner, à gauche, conseiller du président américain Donald Trump, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Tel Aviv, le 24 août 2017. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)
Jared Kushner, à gauche, conseiller du président américain Donald Trump, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Tel Aviv, le 24 août 2017. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a remercié samedi les Etats-Unis pour leurs « efforts en coulisses » pour résoudre le conflit diplomatique entre Israël et la Jordanie à propos d’une fusillade à l’ambassade d’Israël à Amman.

« Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a exprimé ses remerciements à [Jared] Kushner et [Jason] Greenblatt pour leurs efforts dans les coulisses, qui ont aidé à résoudre la crise », a déclaré le bureau du Premier ministre dans un communiqué.

Suite à l’incident de juillet, au cours duquel un garde de sécurité israélien a abattu deux Jordaniens après que l’un d’entre eux l’a attaqué, la Jordanie avait empêché Israël de rouvrir son ambassade ou de renvoyer son ambassadeur à Amman pour protester contre l’accueil chaleureux réservé au garde et au personnel de l’ambassade à leur retour en Israël immédiatement après l’incident.

Israël versera 5 millions de dollars d’indemnités aux familles, ont déclaré samedi des diplomates en Jordanie au journal al-Rai. Des responsables israéliens avaient déjà déclaré qu’une somme non divulguée serait versée au gouvernement jordanien et non aux familles. Le journal a rapporté que la somme sera transférée par les dirigeants jordaniens aux familles.

Avec un accord désormais conclu pour mettre fin à l’impasse diplomatique, la Dixième chaîne a rapporté samedi qu’Israël travaillait pour organiser un appel téléphonique entre Netanyahu et le roi Abdallah II de Jordanie, ainsi qu’une éventuelle réunion.

La chaîne d’information a déclaré que les deux dirigeants ne se sont pas parlé depuis juillet et que leur dernière rencontre remonte à près de trois ans. Les deux dirigeants seront à Davos cette semaine pour le Forum économique mondial, mais aucune réunion n’a encore été convenue, a rapporté le reportage télévisé.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre le roi Abdallah II de Jordanie à Amman le 27 juillet 2010. (Avi Ohayon / GPO / Flash90)

Un porte-parole du gouvernement jordanien a annoncé jeudi qu’Israël avait présenté ses excuses pour les deux personnes tuées par balle, ainsi que pour le meurtre d’un juge jordanien dans un incident séparé en 2014.

Peu de temps après, le bureau du Premier ministre israélien a publié une déclaration annonçant que l’ambassade, qui a été fermée à la suite de l’incident de juillet, allait rouvrir.

Le porte-parole jordanien, Mohammad Momani, a également déclaré qu’Israël avait accepté de se conformer à toutes les conditions préalables du royaume pour la reprise des relations diplomatiques régulières entre les deux parties. Celles-ci incluaient, dit-il, une action en justice contre le garde de sécurité israélien accusé d’avoir tué les deux Jordaniens dans l’enceinte de l’ambassade, et une compensation financière aux trois familles jordaniennes endeuillées.

Dans sa déclaration jeudi soir, le bureau du Premier ministre a confirmé qu’il avait conclu un accord avec la Jordanie sur ces deux incidents, ajoutant que l’ambassade « retournerait à la pleine activité immédiatement ». S’écartant des termes annoncés par la Jordanie, il a déclaré que les autorités israéliennes prendraient une décision « dans les semaines à venir » quant à savoir si le garde, Ziv Moyal, sera jugé pour la fusillade.

Funérailles de Mohammed Jawawdeh, âgé de 17 ans, qui a été tué lors de l’attaque au tournevis d’un agent de sécurité dans l’enceinte de l’ambassade d’Israël dans la capitale jordanienne, le 25 juillet 2017 à Amman. (Khalil Mazraawi / AFP)

Netanyahu a déclaré vendredi que les relations avec la Jordanie étaient maintenant « sur la bonne voie » et a indiqué qu’il nommera un nouvel ambassadeur à Amman dans les prochains jours.

S’exprimant devant des journalistes alors qu’il rentrait en Israël après une visite de cinq jours en Inde, Netanyahu, également ministre des Affaires étrangères d’Israël, a déclaré que l’ancienne ambassadrice Einat Schlein serait nommée à un autre poste.

La fusillade à l’ambassade avait conduit à une détérioration des relations bilatérales, qui étaient déjà tendues suite à la décision d’Israël de placer des détecteurs de métaux aux entrées du Mont du Temple à la suite d’une attaque terroriste sur le site sacré de Jérusalem. Les détecteurs de métaux avaien ensuite été retirés. La Jordanie est le gardien du site de la mosquée Al-Aqsa, qui se trouve au sommet du mont du Temple.

Immédiatement après l’incident, la Jordanie avait brièvement refusé de permettre à Moyal de retourner en Israël ou de reconnaître son immunité diplomatique, une impasse qui menaçait de se transformer en une crise plus grave.

Mais le lendemain, Moyal et le reste du personnel de l’ambassade ont été autorisés à retourner en Israël, suite à une pression diplomatique qui s’est traduite par un appel téléphonique entre le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le roi Abdallah II de Jordanie, ainsi qu’une intervention américaine et une visite à Amman du chef de l’agence de sécurité du Shin Bet, Nadav Argaman.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre le garde de sécurité Ziv Moyal (d) et l’ambassadrice d’Israël en Jordanie, Einat Schlein, au bureau du Premier ministre à Jérusalem le 25 juillet 2017. (Haim Zach / GPO)

Netanyahu avait été critiqué pour sa gestion de l’incident après la publication par son bureau des images de sa rencontre avec Moyal et de ses félicitations avant que les enquêteurs de l’un ou l’autre pays aient déterminé ce qui s’était passé pendant l’incident.

Vendredi, Netanyahu a également déclaré qu’Israël n’avait pas présenté d’excuses aux Jordaniens, mais leur avait dit qu’il « exprimait des regrets ».

Il a dit qu’Israël avait versé de l’argent en dédommagement au gouvernement, mais pas à la famille du propriétaire de la société et du travailleur tués dans l’échauffourée. Il n’a pas donné le montant de la compensation.

Le Premier ministre a refusé de dire si le vice-président américain Mike Pence proposerait une initiative de paix lors de sa visite la semaine prochaine, et a déclaré que le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas ne devrait pas chercher un autre médiateur dans les pourparlers de paix israélo-palestiniens.

« Il n’y a pas d’autre médiateur », a déclaré Netanyahu. « S’il ne veut pas de médiateur, s’il ne veut pas des Etats-Unis, il ne veut pas la paix. »

Le Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...