Rechercher

New York : Écoles juives et synagogues de nouveau à distance

Plusieurs écoles donneront cours par internet jusqu'aux vacances d'hiver; plusieurs synagogues ont annoncé l'arrêt des offices de Shabbat en présentiel

Illustration : Un travailleur couvert d'un équipement de protection individuelle lave un bus scolaire qui dessert une communauté juive ultra-orthodoxe dans l'arrondissement de Brooklyn à New York, le 27 mars 2020. (AP Photo/John Minchillo)
Illustration : Un travailleur couvert d'un équipement de protection individuelle lave un bus scolaire qui dessert une communauté juive ultra-orthodoxe dans l'arrondissement de Brooklyn à New York, le 27 mars 2020. (AP Photo/John Minchillo)

New York Jewish Week via JTA – Il y a vingt-et-un mois, les synagogues et les écoles juives de la ville de New York étaient parmi les premières institutions à fermer leurs portes en raison de la pandémie de COVID-19. Après les avoir rouvertes, ces dernières semaines, elles ont de nouveau décidé de travailler à distance.

Une décision instaurée jusqu’aux vacances d’hiver pour plusieurs écoles religieuses.

De leur côté, vendredi, des synagogues ont annoncé vouloir organiser les offices de ce Shabbat, soit jusqu’à samedi soir, uniquement en ligne.

« Nous ne sommes plus convaincus que les personnes vaccinées, portant des masques, peuvent raisonnablement se rassembler en toute sécurité dans nos espaces spécifiques à l’intérieur sans risque substantiel de propagation du virus », peut-on lire dans l’annonce faite vendredi par Romemu, une congrégation du Renouveau juif à Manhattan.

« Nous nous souvenons de mars 2020, lorsque nous avons agi pour limiter les rassemblements sur place avant même qu’il soit largement considéré comme nécessaire de le faire. Nous estimions alors, comme aujourd’hui, que la santé et la sécurité de nos fidèles et de ceux qui assistent à nos offices sont notre priorité absolue, » a-t-elle écrit.

La décision prise par plusieurs institutions juives de travailler à distance en mars 2020 a provoqué un changement sans précédent dans la vie juive. Les synagogues non-orthodoxes ont commencé à organiser des offices de Shabbat virtuels, pour la plupart pour la toute première fois, et le monde juif dans son ensemble a rapidement investi dans le déplacement de la vie et des programmes juifs entièrement en ligne.

Le Young Israel of New Rochelle, dans la banlieue de New York, a été la première synagogue des États-Unis à fermer ses portes en raison de la pandémie de coronavirus. (Samuel Heilman via JTA)

À mesure que les taux diminuaient, que le monde en apprenait davantage sur le virus et que les vaccins étaient distribués, les synagogues et les écoles ont rouvert leurs portes, bien que certaines synagogues organisent encore des offices virtuels ou diffusent des retransmissions pour les personnes absentes.

Ces derniers jours, des nouvelles inquiétantes ont été publiées, suscitant la crainte chez les New-Yorkais qui ont assisté à la première vague de contamination de la pandémie aux États-Unis. Le nombre de cas de COVID-19 dans la ville a plus que doublé au cours des deux dernières semaines, le taux de tests positifs a grimpé en flèche et les files d’attente dans les centres de dépistage n’ont cessé de s’allonger. La variante Omicron est considérée comme susceptible d’entraîner une nouvelle augmentation du nombre de cas.

L’Abraham Joshua Heschel School de Manhattan a annoncé jeudi soir par courriel qu’elle fermerait son école secondaire et passerait à l’apprentissage virtuel jusqu’à la fin des vacances d’hiver, au milieu de la semaine prochaine. La décision a été motivée par 14 cas de Covid-19 au cours des deux jours précédents. L’école est tenue de vacciner ses élèves.

« Au vu de cette tendance, ainsi que des inconnues sur la propagation au sein des classes, en consultation avec notre comité consultatif, nous avons décidé que l’apprentissage en classe pour le lycée n’est pas assez sûr pour ces derniers jours avant les vacances d’hiver. Il y a, bien sûr, beaucoup d’incertitude en ce moment », a écrit Ariela Dubler, la directrice de l’école, dans le courriel.

L’école Shefa de Manhattan, qui accueille des élèves souffrant de troubles de l’apprentissage, dispense elle aussi ses cours à distance jusqu’aux vacances d’hiver.

La synagogue Menorah Keneseth Chai de Philadelphie, aux Etats-Unis. (Crédit : Google Maps)

Du côté des synagogues, plusieurs ont annoncé un retour aux services entièrement virtuels. Outre Romemu, Central Synagogue, la grande congrégation réformée de Midtown, a également cité l’augmentation des cas et annoncé sur son site web que les offices de Shabbat « se tiendront virtuellement. » L’East Midwood Jewish Center de Brooklyn a pris la même décision, tout comme Lab/Shul, une congrégation non-confessionnelle de Manhattan.

Mais certaines tiennent encore au présentiel. SAR Academy, l’externat orthodoxe K-8 du Bronx qui a été le premier à fermer au début de la pandémie, n’a pas fermé ses portes Des élèves de l’école ont pourtant été testés positifs au virus cette semaine.

« Nous ressentons définitivement le rythme frénétique qui nous ramène à cette époque, mais nous en savons certainement beaucoup plus », a déclaré le rabbin Bini Krauss, directeur de l’école. « Nous avons un système très solide pour analyser les informations, pour communiquer, et je me sens mieux vis-à-vis de ce sujet. On a l’impression que tout va très vite, et nous devons prendre des décisions intelligentes et saines. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...