ONU : la crise humanitaire s’aggrave au Yémen
Rechercher

ONU : la crise humanitaire s’aggrave au Yémen

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU estime que "le nombre de personnes avec un besoin aigu" d'assistance ou de protection" a augmenté de 27 %"

Un enfant souffrant de malnutrition pris en charge à l’hôpital Aslam Health Center, à Hajjah, au Yemen, le 1 octobre 2018. (Crédit : AP/Hani Mohammed)
Un enfant souffrant de malnutrition pris en charge à l’hôpital Aslam Health Center, à Hajjah, au Yemen, le 1 octobre 2018. (Crédit : AP/Hani Mohammed)

Les Nations unies ont déclaré jeudi que la crise humanitaire au Yémen, déjà présentée comme la pire au monde, était en train de s’aggraver en raison de la poursuite du conflit armé qui oppose depuis quatre ans le gouvernement aux rebelles Houthis.

« La crise humanitaire au Yémen reste la pire au monde », écrit dans un communiqué le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (Ocha).

« Près de quatre années de conflit et de grave déclin économique poussent le pays au bord de la famine et exacerbent les besoins dans tous les secteurs », ajoute cet organisme.

« On estime que 80 % de la population, soit 24 millions de personnes, ont besoin d’une forme d’aide humanitaire ou de protection, dont 14,3 millions de manière urgente », poursuit l’Ocha.

« Le nombre de personnes avec un besoin aigu (d’assistance ou de protection) a augmenté de 27 % par rapport à l’an dernier », souligne le communiqué.

Des Yéménites qui ont fui le conflit à Hodeida, prennent de l’eau dans un village au nord de la province de Hajjah, le 26 juin 2018. (Crédit : ESSA AHMED / AFP)

« Les deux tiers de toutes les régions sont déjà en situation de pré-famine », avertit cet organisme.

Une coalition menée par l’Arabie saoudite intervient depuis mars 2015 dans le conflit au Yémen aux côtés du gouvernement et contre les rebelles Houthis soutenus par l’Iran.

Le conflit a fait depuis cette date quelque 10 000 morts, en majorité des civils, et plus de 60 000 blessés, selon un bilan partiel de l’Organisation mondiale de la santé. Des ONG estiment que le nombre de morts est largement supérieur, certaines ONG citant un bilan cinq fois supérieur.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...