Rechercher

Ouverture de deux centres Nvidia dédiés à la conduite autonome en Israël

Ces unités vont développer des logiciels sur puce pour véhicules autonomes dans le cadre d’opérations de recherche et développement

Ricky Ben-David est journaliste au Times of Israël

Simulation du système de conduite de Nvidia la nuit. (Crédit : Nvidia)
Simulation du système de conduite de Nvidia la nuit. (Crédit : Nvidia)

Le géant américain des jeux et de l’infographie Nvidia a renforcé ses capacités de R&D en Israël en créant deux unités d’ingénierie destinées à développer des solutions logicielles et matérielles pour les programmes de conduite autonome de Nvidia.

Selon une information (en hébreu) parue lundi dans le quotidien économique de Haaretz « The Marker », Nvidia a mis en place une équipe chargée de mettre en œuvre un système sur puce pour véhicules autonomes et une autre, pour développer un logiciel pour la plate-forme Drive de Nvidia.

Les solutions Nvidia Drive seront intégrées dans les modèles de véhicules autonomes qui seront déployés, par exemple, par Volvo, le constructeur chinois de véhicules électriques NIO, Mercedes-Benz et Jaguar Land Rover.

Nvidia emploie actuellement plus de 3 000 personnes dans pas moins de sept centres de R & D en Israël.

L’entreprise a annoncé, cette année, le recrutement de 1 000 ingénieurs de plus, qui vont venir renforcer les équipes actuelles.

Les nouveaux venus travailleront au développement des produits et services de R & D de Nvidia en Israël, dont le réseau à haut débit et le calcul haute performance, le traitement de données (DPU), l’intelligence artificielle et l’architecture logicielle.

Une grande partie de la R & D de Nvidia en Israël repose sur des équipes héritées de son acquisition, en 2020, de l’israélien Mellanox Technologies Ltd., fabricant de serveurs à haute vitesse et solutions de stockage utilisés dans les supercalculateurs, pour la somme de 7 milliards de dollars.

Cette acquisition avait gonflé les effectifs de R&D de Nvidia en Israel d’un millier d’employés, sa plus importante équipe en dehors des États-Unis.

Les centres de R & D se trouvent à Yokneam, siège de Mellanox, Tel Aviv, Jérusalem, Raanana et Beer Sheva.

Cette année toujours, Nvidia a créé un groupe de conception et d’ingénierie en Israël chargé du développement de processeurs (unités centrales de traitement) de nouvelle génération axés sur l’intelligence artificielle, la robotique, les véhicules autonomes et la nouvelle plate-forme Omniverse de Nvidia, qui permet des simulations de monde virtuel.

Un bâtiment Nvidia en Israël. (Crédit: Nvidia)

Outre ses opérations de R & D, Nvidia gère également le Nvidia Inception Program for Startups, accélérateur qui travaille avec des centaines d’entreprises en phase de démarrage, dont 350 startups israéliennes, et le Nvidia Developer Program, qui permet aux développeurs d’accéder gratuitement aux offres de Nvidia.

La société américaine, fondée en 1993 par Jensen Huang, Chris Malachowsky et Curtis Priem pour produire des puces graphiques, est à l’origine de l’invention de l’unité de traitement graphique (GPU).

Nvidia est cotée en bourse à hauteur de 356 milliards de dollars (chiffres de novembre 2022) et son concurrent Intel Corp., à 117 milliards de dollars (chiffres de novembre 2022).

Elle a succédé à son concurrent comme premier fabricant américain de puces et deuxième fabricant mondial, juste derrière le Taïwanais TSMC.

Mobileye, filiale de conduite autonome d’Intel, basée à Jérusalem, est un leader mondial dans le domaine des systèmes de conduite autonome avec la plus grande flotte de véhicules autonomes en test dans le monde. Acquise par Intel en 2017 pour 15,3 milliards de dollars, elle a reçu un accueil chaleureux à Wall Street à la fin du mois dernier.

Intel s’est également engagé à renforcer ses capacités dans le domaine des semi-conducteurs, cette année, avec l’acquisition de l’Israelien Tower Semiconductor, pour 5,4 milliards de dollars, qui s’ajoute à l’acquisition, en 2019, de la société israélienne Habana Labs pour améliorer ses capacités en matière d’intelligence artificielle et d’accélérateurs basés sur l’IA, pour le cloud et les centres de données, domaines dominés par Nvidia.

Dans un contexte de ralentissement du marché cette année et de chute des revenus au troisième trimestre de 2022, Intel a annoncé licenciements et réductions de dépenses à hauteur de 3 milliards de dollars par an à partir de 2023.

Pour sa part, Nvidia a indiqué en août ne pas avoir de projets de suppressions d’emplois.

Nvidia et Intel disposent tous deux de centres de R & D en Israël et sont en concurrence sur le marché des talents à recruter.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...